• LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

     La photo aérienne à droite est extraite de l'excellent site de François Levalet : http://www.flickriver.com/photos/levalet/30861983712/

     

     LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)    « Le nom de la localité est attesté sous le forme Plesseium Grimoldi en 1135.

         Le terme "plessis" a désigné à l'origine un château, terme apparenté à l'ancien français "plaissié" « enclos formé de branches entrelacées ». Il se réfère probablement dans ce cas à la motte castrale située à cet endroit. [photo à gauche de Gilloudifs]

         L'élément "Grimoult" est un nom de personne, aujourd’hui patronyme, attesté uniquement en Normandie à une époque ancienne semble-t-il et notamment dans le Calvados. On le retrouve peut-être également dans Grimouville (Grimouvilla 1056 - 1066) dans le département voisin de la Manche.

         François de Beaurepaire explique Grimoult par le nom de personne francique Grimoaldus, anthroponyme porté par différents personnages historiques. C'est sous ce nom qu’est également connu Grimoult du Plessis, baron qui a laissé son nom au village. Il est réputé pour sa participation à la bataille du Val-ès-Dunes. » [1] 

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)  LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

     Plan hypothétique du château du Plessis-Grimoult ; blason du département du Calvados par User:Spedona 29/09/2007Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par User:Spedona 29/09/2007., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2832523

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)     Texte d'Arcisse de Caumont en 1857 : « Au sud du prieuré, et tout près des maisons du bourg, se trouvent les ruines du château du Plessis. [A gauche, gravure extraite de ce même ouvrage].

         Après la bataille du Val-des-Dunes, en 1047, tous les biens de Grimoult furent confisqués et donnés pour la plupart au chapitre de Bayeux. Le château n'a point été habité depuis, et nous pouvons le regarder comme un des types des forteresses élevées dans la première moitié du 11e siècle, malheureusement il se trouve maintenant dans un état de dégradation fort avancé.

         Les murs étaient fondés sur une éminence ovale au centre de laquelle se trouvait une cour de 8 à 10 perches d'étendue. Ils formaient ainsi une enceinte qui suivait le contour de la motte en décrivant plusieurs angles obtus : et l'ensemble du château présentait l'image d'un polygone irrégulier.

         Ces murs avaient au moins dix pieds d'épaisseur. Ils étaient revêtus de pierres posées en arête de poisson ; on y voyait de distance en distance, mais généralement de trois en trois rangs des cordons de pierres schisteuses posées horizontalement et à plat, comme les briques dans les constructions romaines de petit appareil. Les matériaux qui entraient dans la construction de ces murailles étaient liés par un ciment de chaux devenu d'une extrême dureté.

         On voit encore les débris de la grande porte. Elle était à plein-cintre, établie au milieu d'une tour carrée placée au Sud, qui faisait probablement l'office de donjon, et ne pouvait s'accéder qu'au moyen d'un pont-levis.

            Des restes de constructions appliquées le long des murs d'enceinte, à l'intérieur de la place, montrent que des logements existaient tout autour de la cour centrale. Cette cour qui forme maintenant le jardin potager d'une maison voisine, était encore pavée il y a peu de temps (Renseignement communiqué par M. Le Grand, curé du Plessis-Grimoult.). Elle se trouvait à un niveau très-bas comparativement à celui de la terrasse qui supportait les murs.

         Dans l'état de destruction où se trouve aujourd'hui le château du Plessis, on ne peut dire quelle était la hauteur des murailles ; elles n'ont plus que 10 à 12 pieds dans les parties de l'enceinte les mieux conservées, et l'on n'y voit aucune ouverture. L'éminence sur laquelle elles reposent s'élève à peine de 15 à 18 pieds au-dessus du sol environnant. Les fossés qui entourent le rempart sont encore visibles ; un ruisseau y porte ses eaux.

         Au sud-est, en avant de la forteresse, se trouvait une cour ou première enceinte qui ne parait pas avoir jamais été entourée de murs ; c'est aujourd'hui une prairie ; des fossés de clôture, remplis d'eau, indiquent la circonscription primitive. » [2] 

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

    Photo 1 extraite de  http://fortificationetmemoire.fr/mont-pincon/  ; photos 2-3 de Gilloudifs

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)     « Le Plessis-Grimoult (Calvados), l'enceinte fortifiée.

         Le site fortifié du Plessis-Grimoult se présente sous la forme d'une enceinte ovalaire de 50 à 60 de diamètre, constituée d'un rempart de terre au sommet duquel se dressent les vestiges d'une porte fortifiée et d'une petite tour en maçonnerie. Au 11e siècle, elle était la propriété de Grimoult du Plessis qui prit une part active à la révolte des barons bas-normands contre Guillaume le Bâtard. Après sa victoire à la bataille de Val-es-Dunes en 1047, le duc fit don du bien confisqué à la cathédrale de Bayeux.

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

    Ci-dessus : maquette du château du Plessis-Grimoult (vers 1000-1041) photo 1 extraite de http://mondes-normands.caen.fr/france/archeo/Normandie/mdn/fouilles/plessis/Plessiszoom.htm ; photo 2 extraite de http://fortificationetmemoire.fr/mont-pincon/

     

         Les fouilles effectuées entre 1967 et 1971 ont mis en évidence une occupation du site comprise entre le début du 10e siècle et le milieu du 11e siècle. Le mobilier archéologique, rare, est caractéristique d'un site castral : armes de chasse ou de guerre, équipement du cheval et du cavalier, mais aussi outillage artisanal nécessaire aux besoins de la petite communauté d'habitants regroupés autour du seigneur du lieu. » [3]

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)     « Grimoult ou Grimoald est baron du Plessis-Grimoult, village qui prendra son nom. Il possède également Saint-Jean-le-Blanc et Périgny. L'honneur du Plessis s'étend sur 10 600 hectares d'un seul tenant et regroupe douze paroisses autour de l'enceinte castrale du Plessis-Grimoult.

     

    La légende du "Corps nu", narrée dans le Bocage normand, raconte que Grimoult du Plessis plein de rancœur décida un jour de perdre la reine Mathilde aux yeux de Guillaume le Conquérant. A son retour de la conquête de l’Angleterre, celui-ci ordonna de rattraper son traitre qui s’était enfuit vers « le Pays Bas » (le Bocage) et de le mettre à mort. Capturé, Grimoult du Plessis fut écartelé. En réalité, en 1066, Grimoult du Plessis était mort depuis longtemps dans sa prison de Rouen. On trouvera le récit de cette légende surhttp://jcferrand.free.fr/corpsnu/. Gilles Pivard a réalisé un montage de cette légende visible ci-dessus et sur You tube :  https://www.youtube.com/watch?v=cL0kp4GpIl0&feature=youtu.be

     

         Après l'échec de la tentative d'assassinat du duc à Valognes, il lève avec les autres barons une armée composée d'environ 25 000 hommes et affronte Guillaume le Bâtard dont l'armée ducale a été renforcée par celle de son suzerain le roi Henri Ier, au lieu-dit du Val-ès-Dunes (1047), dans la région de Caen. D'origine plus modeste, il est le seul des conjurés qui sera emprisonné à la tour de Rouen et exécuté par le duc. Ses biens sont confisqués, le château du Plessis est rasé et la baronnie est donnée le 24 décembre 1074 par le duc à Odon, évêque de Bayeux, demi-frère du duc Guillaume au profit de la cathédrale. » [1]

     

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

    A gauche photo de Gilloudifs ; à droite photo des vestiges du château vers 1900.

     

         On trouve également sur la commune du Plessis-Grimoult le prieuré Saint-Étienne fondé en 1131, dont l'église priorale est en ruine. Son jardin fortifié du 14e siècle lui vaut classement aux Monuments historiques.

    LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados) LES REMPARTS DU PLESSIS-GRIMOULT (Calvados)

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de la Statistique monumentale du Calvados par Arcisse de Caumont, Volume 3, 1857

    [3] Extrait de http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/plessis/index.htm

     

    Bonnes pages : 

     

    http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/plessis/index.htm

    « LES REMPARTS DE LA ROCHE-MABILE (Orne)LES REMPARTS DE LITHAIRE (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :