• LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)

      

    A gauche, une photo aérienne extraite de https://q-xx.bstatic.com/images/hotel/max1024x768/961/96126344.jpg ; au centre, une photo extraite de https://marinas.com/view/landmark/vqsv6_Le_Landin_Castle_Landmark_Le_Landin_High_Normandy_France#&gid=1&pid=1 ; à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.; le site du Câtelier est caché par les arbres.

     

         " La commune du Landin est située sur la rive gauche de la Seine à la naissance du méandre de Brotonne, dans un vallon, dont le sommet est appelé le Câtelier, qui permet d'accéder au fleuve. Elle est bordée par la forêt de Brotonne qui est située dans le département de la Seine-Maritime. Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande. " [1]

     

         " Les vestiges d'une puissante motte féodale, située à proximité de l'actuel château, rappellent l'importance de la forteresse d'origine où Jean sans Terre aurait séjourné. Entre autres propriétaires du fief du Landin, on retiendra la famille Garin de la fin du 15ème à la fin du 17è siècle, à laquelle a succédé l'abbaye de Jumièges avant l'acquisition vers 1760 par l'abbé de Boisemont. Ce dernier a fait planter un parc et bâtir un château qui constitue l'origine du château actuel. Le marquis de Chaumont-Quitry, chambellan de Napoléon III, a donné à l'édifice sa physionomie actuelle entre 1850 et 1860, avec l'avant-corps arrondi couvert d'un dôme et l'ensemble des décors intérieurs. Il a remanié le parc et fait construire la plupart des dépendances. " [5]

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)   LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)

     

    Plan de situation de la motte du Landin ; blason du royaume d'Angleterre.

     

    Historique

     

         " 911 : Charles le Simple abandonne à Rollon le territoire qui deviendra le duché de Normandie. Le Landin fait alors partie du domaine ducal.

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)     1015 : Hauville, la forêt de Bretonne et le Landin sont donnés à Gilbert Crespin.

         1050 : Crespin donne ses terres à l’abbaye de Jumièges. 

     

    Blason de la famille Crespin par User : Ssire Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par User:Ssire., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5012623

     

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)     1119 : L’abbé de Jumièges cède à Hubert de Lisieux pour une durée de trente ans le fief de Hauville. Sur une des côtes du Landin s’édifie un manoir où les abbés de Jumièges aiment à se retirer. " [3]

     

    Blason de l'abbaye de Jumièges par Chatsam - Eie werk, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9840806

     

     

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)     1123 : " Il fut acheté à l’abbaye de Jumièges en 1123 par Galeran de Meulan ou l’un de ses vassaux (...) Un manuscrit exceptionnel y atteste la construction d’une structure fortifiée (castellum ), en 1123, un an avant le siège par Henri Ier Beauclerc du château des comtes de Meulan à Vatteville-la-Rue... " [4]

     

    Blason de la famille de Meulan par Odejea, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4043234

     

         " Fin 12e, Jean de Mortain, plus connu sous le nom de Jean Sans Terre, duc de Normandie, devient roi d’Angleterre. Il vient habiter plusieurs fois le manoir construit sur une motte féodale, pour lequel il dépense des sommes considérables pour le fortifier. La motte féodale du château du Landin est l’une des mieux conservée de la région.

         1205 : Le manoir devient propriété du roi de France Philippe Auguste après la conquête de la Normandie.

         Fin 15e, les ports de la Foulerie et du Gouffre permettent l’embarquement des produits du plateau du Roumois vers Rouen. La route de la Foulerie date de cette époque. La période sous occupation anglaise fut noire, les paysans quittant les terres du Landin pour se cacher des ennemis.

         1450 : Alors qu’Agnès Sorel se meurt au Mesnil sous Jumièges, Charles VII, venu chassé au Landin, se perd dans la brume puis se retrouve grâce au son de la cloche du presbytère.

         1459 : Dunois chasse les Anglais du Roumois.

         1541 : Le fief du Landin est tenu par Jean Garin, écuyer reçu au parlement en 1542, et bienfaiteur de l’hôpital de Rouen.

         1685 : La petite fille de Garin se marie à François Harden de la Mare-Boc qui dilapide sa fortune et doit céder ses terres à Pierre Cousin, receveur général. Ce dernier échangera ses terres avec l’abbaye de Jumièges, contre la seigneurie de Conteville, près de Pont-Audemer. Puis l’abbaye vend le Landin à la duchesse de Chaulnes d’Ailly.

         18e, la duchesse cède le Landin à Nicolas Thirel de Boschanel, abbé de Boismont, prédicateur ordinaire du roi et membre de l’Académie Française. Il est l’auteur de « Panégyrique de Saint-Louis », « d'Oraisons funèbres » et de « Discours » prêchés dans l’église de la charité, et qui permit de lever des sommes suffisantes afin de bâtir un hôpital ecclésiastique et militaire dont La Rochefoucault avait conçu l’idée. L’hôpital fut construit à Montrouge.

         1757 : L’abbé de Boismont obtient l’abbaye de Grestain, et édifie un superbe château près de l’emplacement de l’ancien manoir.
         1779 : De nombreux chemins sont tracés, des allées de tilleuls plantées, ainsi que des cèdres du Liban et de l’Himalaya, et des hêtres de la Patte d’oie.
         1786 : Mort de l’abbé de Boismont. La seigneurie du Landin appartient désormais à Mr Louis le Halleur, négociant en draps à Rouen, et se trouve sous la juridiction de la baronnie et haute justice de Mauny tenue par les Estampes, une très ancienne famille.

         La fin du 18e est une période de grave crise économique qui engendre la Révolution.
         28 Messidor, An XI (16 août 1803), Louis le Halleur meurt (un taureau le tue dans la cour de la ferme du château).
         1er Vendémiaire, An XII : La propriété du Landin est acquise par Mr Hyppolite Jean - Jacques René de Sainte Marie d’Aigneaux, qui sera nommé sous-préfet de Pont-Audemer sous La Restauration.

         21 Octobre 1836 : La seigneurie est vendue à Mme Adélaïde Louise Charlotte de Bourbon, épouse du marquis de Chaumont-Quitry.
         1852 : Mort du marquis de Chaumont de Quitry, époux de Louise de Bourbon.
         1860 : Joseph de Chaumont-Quitry, fils du marquis, est nommé chambellan de Napoléon III.
         1862 : Construction des deux grandes ailes du château et de l’église, consacrée par monseigneur Duvaucaux évêque d’Evreux. " [3]

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)

     

         " C'est au conseiller général de Routot Odon de Chaumont-Quitry que sont dus l'avant-corps arrondi couvert d'un dôme et l'ensemble des décors intérieurs. Il a fait remanier le parc et construire la plupart des dépendances. " [1]

     
         " 1866 : Décès brutal de Joseph de Chaumont Quitry.

         Voir ce nom à : https://fr.wikipedia.org/wiki/Odon_de_Chaumont-Quitry

     

         1867 : La marquise vend alors le château a Mr André Claude Alphonse, baron de Guénifey. Les Guénifey seront maires du Landin de père en fils jusqu’en 1908.

         1903 : Mort de André Jacques de Guénifey, époux de Marie-Roseline d’Ivry, petite fille par sa mère du maréchal Mouton, comte de Lobau (Noblesse d’Empire).
         1904 : Charles de Guénifey est élu maire du Landin.

         1920 : Décès de Charles de Guénifey, peintre animalier, élève de Busson.

         1936 : Décès de la baronne de Guénifey. Le château passe à sa fille Elisabeth, épouse Du Moustier. Au décès de celle-ci, le château passe à sa fille Yvonne, épouse du vicomte Daru, descendant de l’intendant de Napoléon Ier.

         1966 : A la mort de Mr Daru, le château est vendu à Mr Ramis, puis à Girard-Claudon, puis à Mme Heitschel.

         1996 : Mr et Mme Coral rénovent le château, réhabilitent le parc et les écuries ainsi que les trois maisons. Suite à un incendie, Ie dôme et le campanile seront refaits à neuf et paraissent à présent plus beaux que jamais. La hêtraie a été récemment replantée, et donne tout son charme a l’allée du château. " [3]

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)     « Motte du Landin »

         Les investigations menées respectivement sur les sites de « La butte de l’Ecuyer » à Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime) et de « La motte du Landin » (Eure), tous deux localisés au contact de la forêt de Brotonne sont à l’origine d’une vaste étude « géo-archéologique » élargie depuis janvier 2006 à l’ensemble des fortifications médiévales liées, en basse Seine, à la puissante famille des Beaumont-Meulan.

         Les études historiques, relevés topographiques et observations archéologiques du bâti doivent permettre d’effectuer une cartographie des sites fortifiés de cette famille – principalement implantés à proximité du réseau hydrographique (le long de la Seine, de l’Eure et de la Risle) – et d’en dresser une typochronologie (donjons quadrangulaires, donjons annulaires (ou shell-keeps ), éperons barrés, etc.). Au 12e s., cette « géographie castrale » est principalement limitée au nord et à l’ouest par les châteaux ducaux, au sud-est par ceux des seigneurs de Tosny, ennemis héréditaires des Beaumont-Meulan.

         L’une des premières investigations entreprise concerne le vaste domaine agricole et seigneurial du Landin, situé à l’est de la forêt de Brotonne. Il fut acheté à l’abbaye de Jumièges en 1123 par Galeran de Meulan ou l’un de ses vassaux, et se situe au contact d’un imposant domaine forestier, d’un vaste territoire céréalier (le plateau du Roumois) et d’une cavée menant à la Seine, lieu de passage incontournable. Un manuscrit exceptionnel y atteste la construction d’une structure fortifiée (castellum ), en 1123, un an avant le siège par Henri Ier Beauclerc du château des comtes de Meulan à Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime), situé à l’extrémité ouest de la forêt. Même si, à la différence des autres sites fortifiés de cette famille, celui du Landin ne présente aucune trace de vestige maçonné en surface, sa topographie révèle néanmoins la présence d’un puissant fossé, qui verrouille totalement l’éperon.

         Le groupe typologique des fortifications du 12es. liées directement aux Beaumont-Meulan sera prochainement enrichi (2006-2008) par l’étude des sites de Beaumont-le-Roger, Goupillières, Gouttières, Brionne, Montfort-sur-Risle, Pont-Audemer et du Neubourg (Eure).

    (Relevé et présentation Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard). " [4]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Google Earth. Le site déboisé met en évidence la colline du Câtelier.

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)  LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) 

     

    Protection :

     

         " Le château, les communs et dépendances, le parc avec la grille d'honneur et la clôture, la motte et les vestiges archéologiques connus ou à découvrir, en totalité (cad. A 100 à 103, 111, 148, 149) : inscription par arrêté du 29 avril 2002. " [5]

     

          Le château du Landin et son parc de 50 hectares est un une propriété privée qui propose des chambres d’hôtes et des gîtes. [NDB]

     

    LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure) LES REMPARTS DU LANDIN (Eure)
     

    A proximité :

     

         J'ignore où se trouve exactement le lieu mentionné ci-dessous [NDB] :

     

         " Le Landin. Dans le Parc du Landin, à l'Ouest des ruines de « l'Hermitage », du côté de la route de Vatteville à la
    Haye-de-Routot, dominant la vallée du «
    Gouffre » et le chemin qui va de la Seine à Hauville, se trouve une motte avec talus et fossés. Elle porte le nom de « Rond de la Pierre ».

    L. Fallue Mém. sur les travaux militaires (Mém. S. A. N., t. IX, 1835, p. 101). In. Antiquités de la Forêt et de la presqu'île de Brotonne, Caen, 1837, in-8°, p. 47. L. Coutil : Inv. des Menh. et Dolm., etc. (Bull. S. N. E. P., t. IV, 189C, p. 80. " [2] 

     

    Sources :

     

    [1] Extrait du site Wikipédia

    [2] Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie ; Éditeurs : Derache (Paris) / Didron (Caen) / Hardel (Rouen) / Le Brument () / Société des antiquaires de Normandie (Caen) ; 1919

    [3] Extrait de https://www.chateau-du-landin.com/copie-de-decouvrir-1

    [4] Extrait de l'Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie - Responsable(s) des opérations : Anne-Marie Flambard-Héricher - Notice rédigée par : Anne-Marie Flambard-Héricher https://journals.openedition.org/adlfi/8020

    [5] Extrait de https://monumentum.fr/chateau-landin-pa27000044.html

     

    Bibliographie :

     

    Deshayes Gilles, Lefèvre Sébastien et Mouchard Jimmy, « Le Landin (Eure), La motte », BSR 2005, DRAC-SRA, 2007, p. 43-44.

     

    Bonnes pages :

     

    Site officiel du château du Landin : https://www.chateau-du-landin.com/

     

         Ci-dessous : la fiche sur le château du Landin " Le Dire des architectes des bâtiments de France - les Essentiels de l'Eure " n°99 (DRAC Haute Normandie), 2016, France Poulain :

     

    « LES REMPARTS DE LA VAUCELLE (Manche)LES REMPARTS DE GOMMERVILLE (Seine-Maritime) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :