• LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados) 

     

         " Le Bois du Château. L'ancien château de Saint-Vaast-sur-Seulles est un ensemble fortifié d'ouvrages de terre, situé au sommet d'un coteau boisé dominant la vallée de la Seulles, au nord-ouest de l'église de Saint-Vaast (11e-12e et 13e siècles) qui n'est distante que de quelques centaines de mètres. Le site a fait l'objet de fouilles à la fin du 19e siècle par le comte de Blangy qui publia alors son Journal de fouilles de Saint-Vaast. L'ouvrage est composé d'une enceinte circulaire accompagnée d'une grande basse-cour. L'enceinte, dont le diamètre estd'environ 50 mètres, est formée d'un énorme rempart de terre en demi-cercle dont les deux extrémités aboutissent aux bords escarpés de lavallée. Un fossé large et profond cerne ce rempart. Au sud de l'enceintecirculaire, la basse-cour a le même système de défense : rempart de terre et fossé. Ces derniers s'arrêtent, au nord, devant le fossé de l'enceinte et viennent rejoindre, au sud, les bords de la vallée de la Seulles, comme pour l'enceinte, en formant un vaste arc de cercle. La basse-cour mesure 50 mètres d'est en ouest, et 80 mètres du nord au sud. Pour compléter la défense, un fossé a été creusé dans la pente — pourtant très raide — qui dévale vers la Seulles ; ce fossé joint, d'une part, celui de l'enceinte circulaire, au nord, à celui de la basse-cour, ausud. Commencées en 1979, les recherches ont porté sur l'enceinte circulaire en explorant en priorité les zones non fouillées au 19e siècle.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)  LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)

    Plan hypothétique du château de Saint-Vaast-sur-Seulles : blason de la famille Tesson ancien propriétaire de ce château, mis en ligne par : schiapello1 http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Tesson.pdf - ci-dessous, restitution du château de Saint-Vaast réalisée par N. Morelle et N. Chabrier en 2009.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)     Un grand bâtiment rectangulaire (19 m x 7 m) est encore bien visible sur le rebord même de l'enceinte, parallèlement à la vallée de la Seulles. De ce côté, le rempart de terre est absent mais existe, par endroits, un mur épais (1,50 m) fait de schistes liés avec un mortier de mauvaise qualité. A l'intérieur du bâtiment, la fouille a porté sur la partie sud de celui-ci ; un pavage fait de grands schistes plats très irréguliers qui s'étend sur toute la largeur du bâtiment a été mis au jour. Une coupe stratigraphique ménagée à la limite nord de la fouille permet de se faire une bonne idée de l'histoire du bâtiment. Une très épaisse couche de démolition qui est en même temps une couche d'incendie a été retrouvée sur le dallage. Le comte de Blangy situait cet incendie vers 1356, dans le contexte d'épisodes tragiques qui ont marqué les débuts de la Guerre de Cent ans dans cette région. Les résultats de la fouille rendent plausible cette datation. Quant à la date de construction de ce bâtiment, de nombreux éléments permettent de la placer au 12e siècle. Pendant cette même campagne de fouilles, une série de décapages a été exécutée dans la moitié nord de l'enceinte afin de reconnaître les dispositions primitives de l'ouvrage. Après un an d'interruption, les recherches archéologiques ont repris cette année. Sur le rebord occidental de la basse-cour, une tour circulaire a été fouillée par moitié ; le matériel recueilli permet de situer son abandon dans la  deuxième moitié du 14e siècle. A partir de cette tour, une tranchée coupant la basse-cour d'ouest en est pendant la campagne de 1982. » (Responsable de la fouille : Joseph DECAENS).

    Pilet Christian. Archéologie historique. Fouilles exécutées par la Direction régionale des Antiquités historiques de Basse-Normandie en 1981. In: Annales de Normandie, 31ᵉ année, n°4, 1981. pp. 353-366 ; http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1981_num_31_4_5462

     

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)     « L'ancien château de Saint-Vaast, situé dans le bois qui domine la Seulles, à quelques centaines de mètres à l'ouest de l'église paroissiale, se divise en deux parties : une enceinte principale contenant un grand bâtiment que l'on peut considérer comme la résidence seigneuriale et une vaste basse-cour où sont apparues au cours des fouilles plusieurs constructions : une chapelle, une tour circulaire, divers bâtiments en pierre ou en bois. Après la quatrième campagne de fouilles (été 1983), il est permis d'avancer que la plupart des bâtiments en pierre appartiennent au 12e siècle et surtout au 13e siècle. Il manque toujours la phase primitive d'occupation puisqu'on peut supposer, d'après quelques textes et d'après le type de fortification, que le château de Saint-Vaast existait dès la première moitié du 11e siècle, à moins que cette forteresse ait succédé à une motte aujourd'hui disparue mais dont on a repéré l'emplacement dans un autre endroit du terroir de Saint-Vaast. Ci-dessus plan extrait du cadastre de 1835.

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)     Ce qui apparaît de plus en plus clairement, grâce aux deux dernières campagnes de fouilles, c'est la fin du château. En 1356, les troupes d'Edouard III aidées par les bandes navarraises et les partisans de Geoffroy d'Harcourt, mettent le siège devant Saint- Vaast. La prise de la forteresse s'accompagne d'un incendie et de la destruction de la plupart des bâtiments existant dans l'enceinte principale et dans la basse-cour. Les traces de ces événements sont bien visibles sur les vestiges de constructions et dans le sol archéologique. Une garnison anglaise reste sur place. Un capitaine est désigné par Edouard III. On s'installe dans les décombres en utilisant les pans de murs encore debout ou en construisant des installations légères, un genre de bivouac. Des monnaies anglaises (d'Edouard III) signent ce passage de courte durée. 

    Plan ci-dessus dressé par Auguste de Blangy à la suite de ses fouilles au 19ème siècle.

         Le traité de Brétigny (1360) oblige les Anglais à remettre les places qu'ils occupent en Basse-Normandie (sauf Saint-Sauveur-le-Vicomte). Saint-Vaast ne sera rendu au roi de France, moyennant une lourde rançon, qu'en 1361. D'autres installations aussi rudimentaires marquent le retour des Français. La fouille de 1983 a bien montré la succession des bivouacs anglais et français. Une occupation plus tardive (milieu du 15e siècle) accompagne probablement la reconquête de la Normandie par Charles VII à la fin de la Guerre de Cent Ans. La campagne de l'été 1983 a porté sur l'exploration méthodique et systématique du grand bâtiment découvert en 1982 à l'est de la basse- cour contre le rempart de celle-ci. Il s'agit d'une salle (15,5 m x 15 m) qui comporte une vaste cheminée placée dans le mur oriental. Jusqu'à présent, deux portes sont visibles dans les murs nord et sud ; elles sont étroites (1,10 m x 0,80 m). Etant donné les dimensions de la salle, on peut supposer qu'il existe dans le mur occidental, non entièrement dégagé, une porte plus large. A l'intérieur, la salle a, semble-t-il, dès l'origine, été séparée en deux parties inégales par une cloison légère (peut-être en bois). C'est à l'intérieur même de la salle qu'on a observé dans les couches situées au-dessus du sol primitif en terre battue, les éléments appartenant aux occupations successives des lieux après le siège de 1356. Le dernier cantonnement dans les ruines du château a vu la construction d'un four dont les vestiges sont assez bien conservés. La sole a fait l'objet d'une mesure du magnétisme thermorémanent tandis que la découverte dans les infrastructures du four d'un jeton et de quelques tessons de poterie en grès permettent de dater la construction de celui-ci peu avant le milieu du 15e siècle. L'utilisation du four n'est pas encore nette : four de forge, four de cuisine, four à pain... La destination primitive de la grande salle fait aussi problème : résidence d'un bailli, logement de la garnison, maison d'accueil pour des hôtes ou les paysans du plat pays en cas de danger ? »

    (Responsables de la fouille : Joseph Decaêns, Joëlle Burnouf, Didier Paillard, Pascal Vipard). Extrait de Annales de Normandie Fouilles exécutées par la Direction Régionale des Antiquités Historiques de Basse-Normandie en 1983 Christian Pilet Pilet Christian. Fouilles exécutées par la Direction Régionale des Antiquités Historiques de Basse-Normandie en 1983. In:Annales de Normandie, 34ᵉ année, n°4, 1984. pp. 449-470 ; http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1984_num_34_4_5602 

     

    Le "bois du château" est aujourd'hui un espace privé.

     

    Brève histoire :

    LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)11ème siècle : Saint-Vaast-sur-Seulles avec son seigneur Hamon aux Dents est mentionné par Wace. Présence d'une motte féodale ?

    Raoul Tesson ou Taisson (le Blaireau) reçoit le fief de Saint-Vaast peut être pour l'aide qu'il a apporté au jeune duc Guillaume de Normandie lors de la bataille de Val-ès-Dunes en 1047.

    12ème siècle : Le château est construit en remplacement d'une motte féodale.

    Fin 13ème siècle : Raoul V Taisson fait construire une chapelle dans la basse cour du château dédiée à saint Marc.

    1344 : Jean Tesson, compromis dans le complot de Geoffroy d'Harcourt, est décapité sur l'ordre du roi Philippe VI de Valois. Ses biens sont confisqués.

    1356 : Le château de Saint-Vaast est détruit par les soldats anglais du roi Edouard III.

    1356-1361 : occupation anglaise du site du château.

    16ème siècle : un nouveau manoir est édifié près de l'église et de l'ancien château.

    1659 : Philippe Le Hérissy, noble protestant, achète la châtellenie de Saint-Vaast.

    1680 : La châtellenie est vendue à François de Malherbe, grand prévôt de Normandie.

    1886-1889 : Auguste de Blangy, propriétaire du château de Juvigny proche, dirige les fouilles des vestiges du château de Saint-Vaast. Il publie à la suite un Journal des Fouilles de Saint-Vaast (1889).

    1979-1985 : De nouvelles fouilles sont menées sur le site par le CRAM de l'université de Caen. Joseph Decaëns dirige ces fouilles.

     

    Bonnes pages :

     https://books.google.fr/books?id=oel1lQ_iJ48C&pg=PA83&dqv=false#v=onepage&q&f=false

     

     LES REMPARTS DE SAINT-VAAST-SUR-SEULLES (Calvados)

         Un livre "Mémoire d'un château disparu, Saint-Vaast-sur-Seulles" de Nicolas Morelle a été publié aux éditions Charles Corlet en 2009.

     

     

     

     

    « LES REMPARTS D'AUNOU-LE-FAUCON (Orne)LES REMPARTS DE GRATOT (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :