• LES REMPARTS DE CETON (Orne)

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) 

     

    Ci-dessus, au centre, une photo de la Motte de Prèz extraite du site Google Earth.

     

         " Ceton est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, à la limite des départements de la Sarthe et d'Eure-et-Loir. " [1]

     

         " Il n'est point de commune dans le Perche, qui renfermât autant de châteaux forts que celle de Ceton, au moyen-âge. Ces châteaux, dont il existe à peine quelques restes, étaient : 1. celui de Prez, situé près la tour de l'église Saint-Pierre, et appartenant à Gautier-Chesnel ; 2. celui de la Motte, dont le seigneur, également nommé Gautier, figure dans le célèbre procès jugé au prieuré de Saint-Denis, sous Geoffroy III, comte du Perche, dans les dernières années du 11e siècle ; 3. la forteresse de Montgasteau ; ses seigneurs et dames sont souvent mentionnés comme bienfaiteurs des maisons religieuses, monastères et abbayes du Perche, fondés par les Rotrou aux 12e et 13e siècle ; 4. un autre château, situé au quartier dit de l'Ecu, près de l'ancienne église de Saint-Nicolas ; 5. le château de Beauvais, sur les confins de la commune, proche le Theil ; 6. la Tour ; 7. Launay ; 8. le Mesnil ; 9. le Petit-Montgasteau ; 10. la Borde ; 11. Glayes ; 12. le Vaux-Roux ; la Joussetière et les Vaux-Gomberts. Il existe encore, principalement à la Motte et à l'orient du quartier dit le Pilory, différents chemins ou voies souterraines, par où les seigneurs pouvaient en cas de siège, introduire des vivres ou munitions dans la place, opérer des sorties sur l'ennemi, ou dans le danger, se soustraire à sa fureur. (...)

         En 1229, les forteresses de Ceton ouvrirent leurs portes à la reine Blanche, victorieuse de Bellême.

         Avant la prise de cette dernière ville par Henri Ier, roi d'Angleterre, en 1112, la châtellenie de Ceton et tous les seigneurs de la commune, relevaient des Talvas, seigneurs du Bellêmois ; ils devinrent vassaux des Rotrou, quand le troisième de ce beau nom fut devenu possesseur de Bellême et du territoire en dépendant. " [2]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

         " Ceton, qui était à cette époque une ancienne ville, d'après un manuscrit intitulé « Antiennes de Ceton » trouvé dans les archives de l'ancienne châtellenie, fut aussi détruite par les Anglais ou Beaufort vers l'an 1424.

         Ses forteresses consistaient :

         1. dans Le château de Préz habité premièrement et ensuite par la famille de Boisguyon et de Vauguyon. Il était situé près de l'église Saint Pierre, du côté du couchant et dont la tour actuelle, construite sur le modèle du donjon du château de Saint Jean de Nogent Le Rotrou, en était le donjon. De cette ancienne forteresse, il ne reste que la tour, car le conseil municipal a mis un acharnement inexplicable à faire disparaître la maison du concierge et les prisons de l'ancienne châtellenie qui existaient encore et qui rappelaient à la génération présente ce lieu, qui fut très important si l'on en juge par les ruines que l'on a souvent rencontrées aux environs, notamment dans le jardin appelé le Clos du Château. Comme tous les monuments de ce genre au Moyen Age, il avait un pont-levis et était entouré de fossés.

         Son enceinte comprenait ce que l'on appelle encore le clos du jardin du château et tous les autres jardins qui en ont été détachés et qui se trouvent entourés par ce que l'on appelle encore les fossés, où coule l'eau de la fontaine du lavoir public et la rivière du Merdereau, passant entre cette ancienne enceinte et le pré du château. Cette enceinte comprenait encore l'église Saint Pierre, le Moulin du Pont ou du château, l'ancien prieuré et une partie du Pont Bique où se trouvait un grand étang et était borné au midi par la Maroisse. "

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     En résumé L'église Saint-Pierre tirerait son origine d'un prieuré placé sous la protection du château de Prez élevé sur les bords de la Maroisse. D'un côté, une tour fortifiée qui faisait partie des défenses du château serait devenue le clocher de l'église, de l'autre, l'ancienne chapelle du prieuré et, entre les deux, la nef de l'église, devenue la seule paroisse de Ceton après la destruction de l'église Saint-Nicolas pendant la guerre de Cent Ans. [NDB]

     

        " 2. un autre château fort existait dans le quartier de l'Ecu, duquel on découvrait celui de Montmirail et qui était entouré de remparts appelés remparts de Saint Nicolas parce qu'ils renfermaient l'église dédiée à ce Saint.

         Une partie des anciens souterrains existent encore. C'est de ce côté qu'on suppose que les Anglais s'étaient portés pour assiéger Ceton. Il y a une pièce de terre, qui a conservé le nom de champ de bataille, qui se trouve près du lieu où s'élevaient les remparts de Saint Nicolas, sur le bord du chemin appelé le tour de Ville, qui passe près de l'ancien calvaire pour gagner le bout de la Ville.

         Les seigneurs, qui comptaient sur leurs remparts et sur l'ardeur de leurs vassaux, durent leur opposer une vigoureuse résistance, car il y eut beaucoup de morts. Différentes fois, en creusant les caves situées sur la place, on a découvert des monceaux d'ossements mêlés de chaux et de charbon. On y a aussi trouvé de vieilles armures et différents cercueils en grès, dont l'un en 1817 et l'autre en 1818. Un pareil cercueil avait déjà été trouvé en 1806 dans un champ voisin appelé les Carrières. Du même côté du bourg, sur la route de Nogent à la Grande Marre, un autre cercueil en plomb renfermant une épée et des cheveux fut trouvé en 1824.

         Ceton, comme tout le Perche, eut à gémir sous la domination des Anglais jusqu'en octobre 1449. " [3]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    --------------------

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)    LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    Plan de situation de la motte de Prèz à Ceton ; blason de la famille de Prez dessiné par O. de Chavagnac pour l'Armorial des As http://dechav.free.fr/armorial/blason.php?id=Prez

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    Ci-dessus, à gauche et au centre, deux photos extraites du site Google Earth.

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " Plus rares sont les véritables mottes circulaires comme la Mothe-de-Prez en Ceton dotée d'une assise de 75 m de diamètre et haute de 12 m environ ; cet ouvrage, essentiellement militaire, était autrefois le siège du château féodal, ainsi qu'atteste un aveu rendu en 1654 par le seigneur du lieu, Philibert de Thurin :

         « la place dudit châtel et chatellenie de Ceton nommée la mothe de Ceton dit Prez, assise près le bourg de Ceton, close de fessez allentour, sur laquelle antiennement y avoit chastel et bastimens qui ont este ruinez, et a present n'y a sur icelle que de vieilles murailles et un bois taillis servant de garenne a connils, sauf que sur partie de ladite place est la maison seigneurialle dudit seigneur et basse-cour d'icelluy, enclose et fermée de tours et murailles, et a l'environ est l'estrize de la mettairie dudit lieu seigneurial de la mothe de Ceton de Prez ou y a grange et estable, fuie, jardin, vergers et autres commodités ». [4] 

     

    Photo ci-dessus extraite d'un site néerlandais très complet et fort bien documenté sur les mottes en Europe dont celles de Normandie : http://www.basaarts.nl/vraagbaak.php

     

    " La Motte

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)      Au sud-ouest du bourg, on aperçoit une butte artificielle : c'est la Motte, ancienne forteresse celtique qui fut occupée par les Romains. On y voit également les restes bien remarquables d'un donjon du Moyen Age qui avait ses souterrains et ses prisons, qui ont été détruits. Sur le sommet de la butte, on trouve un camp, avec ses remparts en terre qui sont maintenant couverts d'arbres et qui empêchent le visiteur de contempler à son gré le vaste horizon qui s'étend du côté de Saint Ulphace.

         Le vieux manuscrit trouvé dans les archives affirme que, dans les environs de cette butte, il y a une cloche que l'on y a enfermée dans les temps de troubles.

         Le premier Seigneur de la Motte connu dans l'histoire, c'est Raoul de Prèz qui fut en la Terre Sainte avec Gauthier Chesnel à la suite de Rotrou III et qui avait figuré avec éclat dans le procès jugé au monastère de Saint Denis. Il avait aussi été convoqué, avec beaucoup d'autres Seigneurs, par Robert II de Bellême pour déposer comme témoin, dans une grave contestation qui s'était élevée entre les moines d'Orléans et ceux de Jumièges, ordre de Saint Benoît.

     

    Ci-dessus, une belle photo de Christophe Niel extraite de https://picrt.com/ins_media/christof1961/2098621084463831759_7013543553/B0fzMHhnJrP

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     A la fin du 19e siècle, la Motte appartenait à Monsieur Le Trône, qui fit réparer avec une rare intelligence, ce beau manoir du 16e siècle, qui est aujourd'hui la propriété de Madame la générale Chabert. " [3]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    " La Motte

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     Ce petit manoir également de l'époque du 16e siècle et qui a subi maints remaniements, n'offre plus guère d'intérêt architectural ; des croisées à meneaux subsistent seulement sur la façade.

         Il a été construit sur l'emplacement d'un ancien château-fort édifié sur un monticule dit la Motte de Bry et qui, dans les temps plus anciens, était dénommé le Mont-Gaillard, dominant par sa situation le pays et la ville de Ceton ; il est adosse à une « motte » faite de main d'homme qui s'élève à une certaine hauteur et dans laquelle on s'accorde généralement à voir un ouvrage militaire remontant à. la domination romaine.

         Les dimensions de cette " motte " en forme de piton (34 mètres de diamètre) et dont le sommet s'évase en une cuvette de trois mètres de profondeur ne permettent pas d'y reconnaître l'emplacement d'un camp romain ; tout au plus pourrait-on y voir un poste d'observation (statio) d'où l`on surveillait une grande étendue du pays environnant.

          Au fond de la cuvette débouchait un puits donnant accès à un souterrain qui communiquait avec la forteresse : l'entrée de ce souterrain se devine près de la maison d'habitation ; il a d'ailleurs été bouché. " [5]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " La Motte de Prez est un château comportant une motte de grande dimension, très régulière entourée d'un fossé et reliée à une basse-cour sur le flanc de laquelle a été construit au 16e s. un manoir. Les sondages effectués dans la plate-forme de la motte permettent de supposer l'existence d'au moins deux éléments de construction : l'un, en moellons de pierre calcaire, au centre de cette plate-forme en forme de cuvette et l'autre, en rognons de silex, sur son bord nord. Celui-ci pourrait être la base d'une tour ou d'un mur. Un premier sondage de la basse-cour a probablement permis d'atteindre le sol médiéval, à une profondeur d'environ 0,4 m. (Responsable de la fouille : Michel Elie.) " [6] 

     

    Ci-dessus, deux photos aériennes extraites du site Géoportail : à gauche, années 1950-1965 ; à droite, année 2015-2020.

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " La superstition populaire a débité et débite encore, à Ceton, comme partout ailleurs, plusieurs fables ridicules sur les vieux manoirs du pays. Elle prétend, par exemple, que la butte artificielle, ou était assis le château de la Motte, renferme dans son sein une cloche d'une grosseur énorme ; d'autres, veulent qu'elle soit enfouie dans un champ situé au pied de ce monticule. " [2]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    Photos ci-dessus extraites d'un site néerlandais très complet et fort bien documenté sur les mottes en Europe dont celles de Normandie : http://www.basaarts.nl/vraagbaak.php

     

    --------------------

     

         " Le Château de Beauvais : reconstruit au 17e siècle, il offrait un panorama sur la commune et ses vallées verdoyantes. Jusqu’en 1811, il appartenait à la famille de Rosnivinem, seigneur de Chambois et de Gémages. Il a été victime d’un incendie qui a tout presque tout ravagé. " [7]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

         " Maison forte percheronne. Le château de Beauvais fut bâti vers la fin du 16e siècle, sur l'emplacement d'un château médiéval dont il est fait mention dès le 12e siècle. Construit sur un plan quadrangulaire, il ne subsiste plus aujourd'hui que les deux tours rondes du sud-est, celle de gauche abritant le pigeonnier, celle de droite à usage de chapelle. Le porche d'entrée dût être refait à cette époque également. N'en subsistent aujourd'hui que les deux piédroits dont le sommier et le départ des deux claveaux sur celui de droite témoignent de la forme en plein cintre qu'il devait avoir avant sa destruction au 19e siècle. L'ensemble des bâtiments fut repercé et agrandi à la fin du 17e siècle. L'intérieur était orné d'un ensemble de boiseries d'époque Louis XIII. " [8]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " Beauvais a été reconstruit au 17ème siècle, il est placé dans l'une des plus belles positions de la contrée, près d'un bois magnifique, et de l'autre côté, il domine la luxuriante prairie de Ceton qui se trouve sur les bords de l'Huisne entre le Theil et Avezé. En 1412, il était habité par Jean de Roseni-Vignen, de la famille de Sire de Beauvais qui fut fait prisonnier, comme nous l'avons vu, au siège de Domfront. Ses descendants étaient aussi Seigneurs de Chambois en Normandie. Mais, au commencement du 17e siècle, ils furent obligés d'aliéner cette seigneurie. Après cette aliénation, ils voulurent donner à Gémages, qu'ils possédaient, le nom de Chambois de Roseni-Vignen. Ils avaient même obtenu un arrêt du conseil à ce sujet, mais la paroisse de Gémages ne tarda pas à reprendre son nom primitif. Leur principale habitation était toujours Beauvais. Au début du 19e siècle, Madame de Roseni-Vignen le quitta pour aller habiter la ville de Chartres." [3]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne des vestiges du château de Beauvais extraite du site Géoportail.

     

         "...Beauvais, habité jusqu'en 1811 par les sires de Rosinivinen, et aujourd'hui par le savant littérateur M. le Brun-de-Charmettes, avantageusement connu parmi les beaux talents de l'époque..." [2]

    Depuis cette époque, un incendie a complètement détruit ce château.

     

    --------------------

     

         " Le manoir de Montgâteau : il daterait également du 16e siècle. Il a été bâti sur l’emplacement d’une forteresse habitée par les Rotrou au 13e siècle. Concernant ses caractéristiques, il est de style flamboyant, avec une façade dotée d’une tour octogonale surmontée d’un lanternon. Le corps de logis est prolongé par un petit bâtiment dans lequel il y a une chapelle. Montgâteau a été la propriété des hauts et puissants seigneurs de Turin. " [7]

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne) LES REMPARTS DE CETON (Orne)

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " En face de la Motte, à une faible distance du château de Glaye, sur la route de Ceton à la Ferté Bernard, on aperçoit Montgâteau, ancienne tribu celtique ou normande, qui avait aussi son camp et dont les seigneurs, dit monsieur Fret dans ses chroniques percheronnes, étaient en grande considération dans la province et portaient le nom de leur manoir. Il a été bâti dans le courant du 16e siècle. On voit, à la principale façade, en regard du bourg, une belle tourelle à pans coupés, au haut de laquelle se trouve un petit appartement qui offre la plus belle vue de la contrée. Nous ne connaissons pas le nom des seigneurs qui habitaient Montgâteau avant 1218 mais, à cette époque, il appartenait à un des Rotrou, qui assista à l'inauguration de l'église des Clairets qui eut lieu la même année.

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     Vers la fin du 14e siècle, Jeanne de Mongastel de Montgâteau, Dame de Blandé, eut le funeste avantage de plaire par sa beauté à Pierre II, Comte d'Alençon et du Perche. Elle épouse dans la suite, par le crédit du Prince, Pierre Coutrel, à qui ce mariage valut la charge de vicomte du Perche et celle de capitaine de Mortagne. Ils furent inhumés dans une des chapelles de Toussaint de Mortagne où ils avaient fondé une prébende. (...)

         Vers 1514, la châtellenie de Prèz avait été réunie à Montgâteau, par Madame de Guimenée, dame de Montbazon. " [3]

     

    Protections :

      

         Château de Beauvais : " Enceinte subsistante et les deux tours (cad. Q 59, 60) : inscription par arrêté du 26 juin 1992 " [8]

     

         Manoir du Mont Gâteau : " Logis ; façades et toitures de la grange (cad. M 188) : inscription par arrêté du 6 juillet 1992 " [8]

     

    A proximité, à Ceton :

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)LES REMPARTS DE CETON (Orne)     " Église Saint-Pierre-ès-Liens, en partie du 11e siècle, classée Monument historique. Elle abrite une sculpture du 16e siècle (Mise au tombeau), un retable et un tableau (Le Triomphe de saint Roch) du 17e classés à titre d'objets.

     

    LES REMPARTS DE CETON (Orne)     Ancien presbytère. À l'origine, il s'agit d'un logis prieural, construit au 17e siècle pour loger le chapelain et le fermier général. Il faut attendre 1878 pour que le logis prieural devienne le presbytère de la paroisse. Après le départ de l'abbé Louis Jéhan en 1997, puis des religieuses en 2005, le presbytère est devenu la mairie. " [1]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait des Antiquités et chroniques percheronnes ou recherches sur l'histoire civile, religieuse, monumentale, politique et littéraire de l'ancienne province du Perche, et pays limitrophes, Volume 3 par Louis Joseph Fret - Glaçon, 1840 https://books.google.fr/books?id=qeEDAAAAYAAJ&pg=PA474&lpg=PA474&dq=ch%C3%A2teau+de+Beauvais+Ceton&source=bl&ots=VXYmefotLT&sig=ACfU3U3DPLAj82RJrVNBtBbNWYFs7pzwPg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjAn_y4hdrjAhU68uAKHVvRDfY4FBDoATABegQIBxAB#v=onepage&q=ch%C3%A2teau%20de%20Beauvais%20Ceton&f=false

    [3] Extrait de l'Histoire de Ceton par l'Abbé Isidore Voiturier, curé de Ceton (1872-1885). https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwjjooLWvdrjAhWTDWMBHTpgBd8QFjAAegQIBBAC&url=http%3A%2F%2Fwww.perche-gouet.net%2Fhistoire%2Fpdf%2F61079-00%2FCETON.pdf&usg=AOvVaw0dLRGIjeTupeld_gA0QgAR

    [4] Extrait de Les manoirs du Perche : d'une image littéraire à la réalité archéologique par Elisabeth Desvaux-Marteville - Archéologie médiévale Année 1973 3-4 pp. 365-392 https://www.persee.fr/doc/arcme_0153-9337_1973_num_3_1_1269

    [5] Extrait du compte-rendu d'une excursion à Ceton par la Société percheronne d'histoire et d'archéologie - Bulletin de la Société percheronne d'histoire et d'archéologie. Éditeur : (Bellême) 1925 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k454073n/T72.item.r=%22Ceton%22.zoom

    [6] Extrait de Ceton (Orne). La grande motte Elie Michel - Archéologie médiévale Année 1997 27 p. 228 https://www.persee.fr/doc/arcme_0153-9337_1997_num_27_1_1470_t1_0228_0000_2

    [7] Extrait de https://actu.fr/normandie/ceton_61079/logis-seigneuriaux-ganteries-manoirs-ceton-lhistorique-aux-multiples-facettes_6329812.html

    [8] Extrait de http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00110997

     

         Ci-dessous, l'Histoire de Ceton par l'Abbé Isidore Voiturier, curé de Ceton (1872-1885). https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&

    « LES REMPARTS DE BURES-EN-BRAY (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ONDEFONTAINE (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :