• LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     « Au cœur du Pays de Caux, à 11 kilomètres à l'est de Fécamp, Valmont est dominé par son château s'élevant sur un éperon rocheux. 
    (…) Cette forteresse militaire, entourée d'un beau parc (ouvert au public l'été), comporte un donjon roman flanqué d'une aile Louis XI couronnée d'un chemin de ronde couvert, et une aile Renaissance qui fut rajoutée au 16ème siècle par Adrienne d'Estouteville. » [1]

     

    Gravure ci-dessus extraite du site : http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-29708.html

     

         « Ce château imposant a connu de nombreuses transformations et de nombreux propriétaires dont les Grimaldi de Monaco et les Barbet de Rouen. [2]  

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)   LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

     

    Plan hypothétique du château de Valmont ; Blason par Yves LG — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=13058826

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     « Impressionnante citadelle de pierre plantée (...) par la célèbre famille normande d'Estouville, Estout ("gros bœuf puissant" en danois), ancien viking et compagnon de Rollon, reçut " Vallemont " en récompense. (...) Au Moyen-Age, le château occupait un site stratégique de première importance puisqu’il fait partie de la deuxième ligne de défense de la Normandie avec Harfleur et Mortemer. Il est construit en briques et en silex placés en arêtes de poisson. Primitivement la citadelle ne possédait probablement pas de toit élevé mais peut-être crénelé. » [3] 

     

         « Il appartenait à la famille d'Estouteville (…) Descendante des Vikings, la famille d'Estouteville compte plusieurs personnages importants dans l'histoire de la Normandie. » [1]

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus, ancienne vue du Château de Valmont, une des traces des Grimaldi en Normandie. (©Archives départementales 76.) https://actu.fr/normandie/rouen_76540/lhistoire-princes-monaco-normandie-dans-une-expo-archives-seine-maritime_27133032.html

     

         « Robert Ier d'Estouteville (mort après 1080) est seigneur de Valmont et d'Etoutteville en pays de Caux. Entre 1188 et 1100, il reçoit de Guillaume le Roux la majeure partie de l'honneur de Hugues Fitz Baldric dans le Yorkshire, mais semble être impliqué avec son fils dans la guerre entre Robert Courteheuse et son frère Henri Beauclerc.

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     Robert II d'Estouteville devient l'un des fidèles du duc Robert Courteheuse qu'il accompagne en 1096 à la première croisade. En 1105 se profile la guerre fratricide qui va opposer Henri Beauclerc, roi d'Angleterre, à Robert, duc de Normandie. Il renforce alors ses châteaux du pays de Caux (d'après Orderic Vital). Il est donc probable qu'il ait substitué aux fortifications de terre et de bois de Valmont (Seine-Maritime), un solide donjon de pierre. » [2]

         « Le donjon est l’un des plus anciens et des mieux conservés de France. » [4]  

         « Il est fait prisonnier en 1106 à la bataille de Tinchebray et finira ses jours dans une prison anglaise. Toutes ses possessions anglaises sont confisquées. (…)

         Nicolas d'Estouteville, mort en 1177, fondateur de l'abbaye de Valmont » [2] 

         « Guillaume d'Estouteville fut cardinal-archevêque de Rouen ; Louis d'Estouteville défendit le Mont-Saint-Michel contre les Anglais... » [1] 

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

     

    Gravures ci-dessus extraites de http://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/1004-chateau-de-valmont/

     

         « Au cours des siècles, le château de Valmont subit de nombreuses dégradations, notamment pendant la guerre de Cent Ans contre les Anglais. » [3]

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     « En 1415, défaite Française à Azincourt. Le château passe entre les mains des Anglais. » [5]

     

    « Seul le donjon résista en 1416, lors de la bataille de Valmont » [3] où le comte d'Armagnac est vaincu par les Anglais.

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     Du château, « à l’origine fermé sur ses quatre côtés, il ne reste plus à ce jour que l’aile médiévale du 12ème siècle, remaniée au 15ème par Jacques d'Estouteville sous Louis XI donnant son nom à cette partie du château. » [4] Ce "Vieux Château", qui s'adosse à ce donjon présente une façade en lits alternés de brique et de pierre. (…)

     

     

    Gravure : Veüe du Chasteau et du bourg de Vallemont, dans le pais de Caux, à deux lieues de Fescamp, dessiné du costé de l'Abbaye // 1702 / [Louis Boudan] extrait de http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6902387f.r=ch%C3%A2teau%20de%20Valmont?rk=128756;0 

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     En 1537,  Adrienne d'Estouteville et son époux construisent l'aile dite "François Ier". Ce nom est donné suite à la visite du roi lors leur mariage en ces lieux. (...) cette aile Renaissance du château, réalisée au 16ème siècle qui comportait à l'origine une haute galerie en arcades en plein cintre d'inspiration italienne, quelque peu défigurée au 19ème siècle.

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)    La galerie et l'étage d'origine ont été remplacés par une façade à trois niveaux, laissant tout de même intactes trois superbes lucarnes Renaissance dans la toiture ainsi que les pilastres de la façade s'ouvrant sur le parc. » [5]

         « Le domaine passa ensuite successivement aux Orléans-Longueville, Matignon et Grimaldi de Monaco » [4] « jusqu’en 1805.

         Le château traversa sans dommage la Révolution.

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)     (…) Le château est détruit en grande partie au 19e siècle par le propriétaire du moment, le comte Hocquart, (chambellan de Charles X) qui, voulant faire une habitation résidentielle, fit raser l’enceinte, les tours, le pont-levis, la barbacane et la chapelle. Il eut même recours à un régiment d’artillerie pour venir à bout de la vieille poterne si solidement bâtie. 
    Enfin il appartient à la famille de la Morandière pendant des années. »
    [3]

     

    A gauche, une photo aérienne extraite du site géoportail 

     

         « Le professeur Odilon Marc Lannelongue, médecin de Léon Gambetta, et sa femme Marie, née Cibiel, fondatrice de l'hôpital portant son nom à Paris, furent propriétaires du château de 1877 à 1911. » [2]

     

         « En 1930, le château est inscrit aux Monuments Historiques. » [5]

     

         « Puis la gestion en fut laissée à des comités d’entreprises qui en firent (pendant vingt ans) un parc de loisirs très réputé dans la région. » Il est aujourd’hui une propriété privée, « le nouveau propriétaire a entrepris de grands travaux de rénovation. » [3]

     

    LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)  LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE VALMONT (Seine-Maritime)

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

         « Valmont est un bourg situé dans la vallée du même nom, à dix kilomètres à l'est de Fécamp. Le fief fut possédé par les Estouteville, qui y fondèrent une abbaye en 1169. A cette date, Valmont faisait figure de résidence principale du lignage et le vieux fief d'Étoutteville était, semble-t-il, passé depuis longtemps au second plan. Sur place, il subsiste les restes d'un château de pierre considérable, établi sur un éperon abrupt qui domine la vallée. Sa pièce maîtresse est un gros donjon carré à contreforts, établi à l'extrémité de l'éperon et jadis isolé du plateau par deux lignes de défense incurvées, dont il ne reste que quelques traces. Le donjon passe pour avoir été édifié par Robert d'Estouteville, avant 1106. D'autre part, il est probable que l'installation des Estouteville à Valmont n'est pas antérieure à la vague d'inféodation dont nous avons parlé.

         Si l'emplacement a sans doute des antécédents anciens — le toponyme semble être d'origine gauloise — la paroisse pourrait être de constitution récente. Le territoire de Valmont, dans son état primitif, forme une enclave minuscule à la réunion des quatre vastes finages de Thiergeville, Thiétreville, Thérouldeville et Gerponville. Jadis, il ne dépassait même pas la rivière, et la rive droite, où se trouvait l'abbaye, relevait de Thérouldeville. Côté sud, sa limite suit sur toute sa longueur un ample rideau d'arbres, en arc-de-cercle, qui englobe quelques champs au-dessus du château, et où il faut voir, pensons-nous, l'ancienne haie du « parc » de Nicolas d'Estouteville, dont parle la charte de 1169. À part cela, la paroisse ne comporte rien d'autre que le bois du château, le vivier seigneurial, attesté en 1169, et la grande-rue, ramassée le long de la rive gauche du cours d'eau, sous le château. Quant à l'église, elle est bâtie devant la porte principale de l'enceinte castrale. L'ensemble de ces éléments fait penser à une création tout artificielle, entièrement subordonnée à la forteresse. Cette impression est d'autant plus forte qu'il a existé un « bourg » à Valmont avant 1169. On sait que les bourgs, en Normandie, sont fréquemment associés aux châteaux. La création d'un bourg permettait, par l'octroi de statuts avantageux aux nouveaux venus, de réunir une population nombreuse autour de la place-forte, et d'en assurer ainsi la garde.

         Valmont pourrait donc être, pour l'essentiel, une création de Robert I d'Estouteville. L'existence, sur le coteau, d'un éperon fortement saillant, une des plus belles positions défensives de la vallée, paraît avoir décidé du choix de l'emplacement. L'octroi du bourgage, qui doit avoir suivi de peu l'érection de la forteresse a abouti à la formation d'une agglomération neuve, sur une étroite bande de terrain apparemment démembrée du finage de Thérouldeville. Les limites de la paroisse nouvelle ont été calquées sur celles du terrain dont les seigneurs ont pris possession. A tous égards, Valmont est un exemple typique de « Château-Neuf ». [6]   

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://www.jedecouvrelafrance.com/f-2249.seine-maritime-chateau-valmont.html

    [2] Extrait de Wikipédia

    [3] Extrait de http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-seine-maritime-chateau-a-valmont-chateau-de-valmont.html

    [4] Extrait de http://www.valmont76.com/histoire-et-patrimoine.html

    [5] Extrait de http://chateau.over-blog.net/article-seine-maritime-chateau-valmont-122308202.html

    [6] Extrait de L’apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l'époque ducale par Jacques Le Maho https://www.persee.fr/doc/arcme_0153-9337_1976_num_6_1_1307

     

    Bonnes pages :

     

    O http://chateau.over-blog.net/article-seine-maritime-chateau-valmont-122308202.html

    O http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-seine-maritime-chateau-a-valmont-chateau-de-valmont.html

    « LES REMPARTS DE BONSMOULINS (Orne)LES REMPARTS DE BEAUMONT-LE-RICHARD (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :