• LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure) LES REMPARTS DE REBAIS (Eure) LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)

    Ci-dessus : photo de la motte féodale au centre extraite du site http://www.lesamisdelaigle.com/wp-content/uploads/2018/06/169.jpg ; photo aérienne à droite extraite du site Géoportail

     

         « Le château de Rebais, tout de briques et de tuiles aux tons ocre et rose se détachant sur le fond de verdure des prairies et des bois, constitue un joli tableau où se déploie une belle harmonie de couleurs simples issues du terroir. Cette ancienne propriété, avec motte féodale, manoir et colombier, a sans doute attiré bien des fois l'œil du promeneur ou la curiosité de l'érudit et pourtant son histoire est mal connue ; tout juste se souvient-on que des Corday y habitèrent autrefois ; il n'existe en effet aucune étude qui lui soit consacrée. » [3]

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)

     Plan de situation du château de Rebais ; blason de la famille de Corday qui posséda un temps le château de Rebais par Thorstein1066 [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons

     

    Histoire

     

         « Aux Bottereaux, les restes d'une motte féodale du Haut Moyen Âge à l'emplacement de l'actuel manoir de Rebais, qui doit probablement son nom au germanique rausbakiz « le ruisseau au roseau » que l'on trouve fréquemment dans le nord de la France et dans l'Europe germanique (ainsi Rebets, Seine-Maritime, Rosbacium 854 ; Rebais, Seine-et-Marne, Resbacis 635 ou encore Rebecq, Belgique, Rosbacem 877, etc.) » [2]

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure) LES REMPARTS DE REBAIS (Eure) LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)

    Photo ci-dessus à gauche extraite de http://www.amse.asso.fr/uploads/media/my-context/0001/01/8d2a423ff316a6866f427264324a5c7982fe3e84.jpeg 

     

         « Après la guerre de cent ans et les guerres de religion il ne restait sur place ici que des ruines et une motte féodale exceptionnelle datant de 1006. Le site de Rebais correspond à l’ emplacement du siège de l’ancienne baronnie des Bottereaux. Au Moyen-Age se trouvait à cet endroit un manoir fortifié sur une motte féodale entourée d’eau. Le château fût construit en 1610 par Philippe de la Haye-Montbault. C’était un pavillon de briques avec un portail entre deux tourelles et un pont-levis. » [4]

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)    « En 1652, à l'occasion d'une vente du domaine à Philippe Gruin, receveur des tailles à Alençon, l'acte décrit fort bien le Rebais :
    Le chef-moi dudit fief est assis en la paroisse des Bottereaux quy est ung chasteau ou manoir place antienne
    forteresse, clos et environné de logis, fossés plains d'eau basty d'un pavillon de bricques comprenant le portail entre deux tourelles à pont levis, comme il y a une ancienne maison de bois, une chapelle, granges escuries et une cave estant soubz une motte où estait anciennement la forteresse avec ung puis ainsi que tout se contient et sont les hommes et vassaux de ladite seigneurie tenue au curage des dictz fossez et de mottage d'iceux. Près et joignant ladite place est une basse-cour aussi environnée de fossez plains d'eau sur laquelle il y a ung coulombier et ung pressoir à la place duquel antiennement estait une forge à pied à faire de mine de fer, des deux costez de laquelle basse-cour il y a des jardins clos à fossez et l'issue dudict chasteau vers le grand parc il y a une touffe de bois de haulte fustaye et une garenne où il y a des lappins, d'un costé le grand parc, d'autre costé les jardins cy dessus et d'autre bout plusieur. Et ladite chapelle de Saint Nicollas dans l'enclos dudict chasteau fondée par les seigneurs du fief et dotée de quinze livres de rente et plus, a quoy est affecté ung fief de ladicte seigneurie à cette cause nomme le fief de la chapelle ou de la Selle assise paroisse de Juignettes et de la Selle.
     » [5] 

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1834 ; Archives de l'Eure, http://archives.eure.fr/

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)     « Le nom Rebais apparaît seulement en 1666, l’année ou l’héritière de cette propriété Anne Gruin épousa le chevalier Le Vaillant de Rebais. En 1757 leur fille Françoise Le Vaillant de Rebais épouse Jean-Baptiste Corday de Cauvigny, qui est l’oncle de la célèbre Charlotte Corday. Celle-ci venait à Rebais visiter son oncle et sa tante qui était aussi sa marraine. Au 19ème siècle les Corday-Renouard font agrandir le corps du logis par une aile à droite (1830) puis un pavillon sur la gauche (1860).

    Photo ci-dessus extraite de http://www.amse.asso.fr/activityregister-page/confluence-dans-le-pays-douche-autour-de-la-risle-et-du-sommaire

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)     Le château reste dans cette famille jusqu’en 1929.
         Le colombier est en briques et silex, sur une base hexagonale. Il fût construit en 1610 en même temps que le corps de logis. A l’époque féodale il était le signe de richesse des propriétaires. » [4]

    Photo du colombier ci-dessus extraite de http://www.amse.asso.fr/uploads/media/my-context/0001/01/abd4ea2c0e8aa12372dbe7d83ce3e82a4da20c9a.jpeg

     

    Description

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)     « La motte féodale est un tertre élevé et isolé à la pente très raide (50°) faite de terre et de bois à proximité de forêts qui fournissaient le bois. Les paysans étaient réquisitionnés pour le terrassement et la fabrication des palissades. Au sommet de la motte était implanté un ouvrage défensif et parfois la résidence du seigneur. En dessous se trouvaient des entrepôts à vivres. Des fosses remplies d’eau l’ isolait totalement, et son accès se faisait par un pont. La plupart de ces mottes furent édifiées autour de l’ an mille. » [4]

    Photo de la motte ci-dessus extraite de http://www.amse.asso.fr/activityregister-page/confluence-dans-le-pays-douche-autour-de-la-risle-et-du-sommaire

     

    LES REMPARTS DE REBAIS (Eure) LES REMPARTS DE REBAIS (Eure)

    Ci-dessus, deux photos extraites du site https://plus.google.com/+M%C3%A9diath%C3%A8queCommunaleBoisNormandMCBN27330/posts/bgoP7S9mxwA

     

         « Le site de Rebais correspond à l'emplacement du siège de l'ancienne baronnie des Bottereaux. Dès le Moyen-Age se trouvait à cet endroit un manoir fortifié édifié sur une motte féodale entourée d'eau. Cette motte bien conservée existe toujours derrière le château actuel ; on y remarque en son milieu une cave voûtée, qui correspond sans doute, aux substructions du manoir primitif qui s'élevait là autrefois.

         Le manoir de Rebais, tel qu'on peut l'apprécier aujourd'hui, est situé à l'intérieur de l'enceinte environnée par les fossés et qui comporte l'ancienne motte féodale. Mais celle-ci est située à l'extrémité opposée de l'île. Cette enceinte oblongue est caractéristique des constructions fortifiées du haut Moyen Age. Contiguë à celle-ci existe une autre enceinte de plan carré, également entourée d'eau, sur laquelle était au siècle dernier un jardin. Le pavillon central du manoir est un bâtiment de briques, avec soubassement de grisons et de grès, protégé du côté fossé par deux élégantes tourelles de type échauguette. L'architecture est homogène et de style fin Renaissance. L'époque de sa construction pourrait se situer dans les dernières années du 16e siècle. Les ailes qui existent aujourd'hui de part et d'autre du pavillon central sont récentes. Celle de droite figure au plan cadastral de 1834 ; quant à celle de gauche, elle fut édifiée sous le Second Empire. Bien que sans ancienneté, cette adjonction tardive complète harmonieusement l'ancien édifice. L'intérieur du manoir ne présente pas d'intérêt particulier, ayant été transformé à plusieurs reprises. » [3]

     

         « Au niveau de la ferme de Rebais, une partie de l’ancienne grange de la dime a été transformée en habitation et le reste en grange agricole. » [1]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://www.normandie-sud-tourisme.fr/wp-content/uploads/2018/06/Une-des-Perles-du-Pays-dOuche.pdf

    [2] Extrait de http://www.wikiwand.com/fr/Pays_d%27Ouche

    [3] Extrait de http://www.amse.asso.fr/activityregister-page/confluence-dans-le-pays-douche-autour-de-la-risle-et-du-sommaire

    [4] Extrait de http://www.lesamisdelaigle.com/?p=690

     [5] Extrait de https://plus.google.com/+M%C3%A9diath%C3%A8queCommunaleBoisNormandMCBN27330/posts/bgoP7S9mxwA

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.lesamisdelaigle.com/?p=690

    http://www.amse.asso.fr/activityregister-page/confluence-dans-le-pays-douche-autour-de-la-risle-et-du-sommaire 

     

    « LES REMPARTS DE LA FIERE (Manche)LES REMPARTS DE MANIQUERVILLE (Seine-Maritime) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :