• LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)  LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)  LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)

     

    Ci-dessus : au centre, le Manoir à Montfarville, construit sur l'emplacement de l'ancien château, photo extraite de http://www.vds-phl.fr/article-les-guerres-de-religion-la-ligue-45279824.html ; à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

            Le roi d'Angleterre, Jean sans Terre, aurait séjourné, à plusieurs reprises, au château de Montfarville situé au hameau du Castel. Ce château a été détruit le 13 juillet 1346, au lendemain du sac de Saint-Vaast et la veille de celui de Barfleur, par Edouard III et son fils le Prince Noir. Depuis, un manoir a été édifié sur la motte féodale. Les seigneurs de Montfarville appartenait à la famille Folliot, lignage dont est issu Gilbert Folliot, évêque de Londres de 1163 à 1187. [NdB]

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)     " Il y a un manoir château à Montfarville, longtemps chambres d'hôtes, c'est devenue une résidence privée maintenant.
         Ce manoir fut bâti sur les contreforts d'un château. Le château accueillait des hôtes de marque comme en 1200 Jean sans terre. Vers 1560 le château appartenait aux du Parc. Sous Henri III en 1589 il fut incendié par des ligueurs. On le rebâtit à nouveau tel qu'il est aujourd'hui. Comme en témoignent la haute fenêtre du rez de chaussée style renaissance et la lucarne du grenier. Un grand escalier de granit en occupe le centre et sépare, au rez de chaussée, deux pièces, une salle et une cuisine dont l'âtre de la cheminée de granit pourrait être la table du premier autel de la chapelle de l'ancien château. " [1]

     

         " Madame de Crenays et son mari habitaient aussi le château de Montfarville. Elle y fut même assiégée en 1589 par les Ligueurs, parce que ses deux fils servaient dans le parti du roy, et elle aurait péri ainsi que sa petite-fille, Jacqueline du Parc, si ses vassaux n'étaient venus à son secours. La perte qu'elle éprouva fut estimée à plus de 30 000 livres. " [2]

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)

     

     Plan de situation du manoir de Montfarville ; blason de la famille Folliot par Gilloudifs

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)     " Montfarville, Morfarvilla, Montfarvilla. On trouve aussi Morfarville. Le clocher de l'église de Montfarville sert de guide aux marins dans le passage difficile de l'énorme remous formé par les courants de la mer, et connu sous le nom de raz de Barfleur. (...)

          On trouve qu'en 1210 l'abbé de Montebourg afferma à Pierre de Morfarville les deux tiers de la foire des lépreux qui se tenait à Montfarville. L'abbaye possédait cette foire dès le 12e siècle. Sur la liste de la croisade de Robert Courteheuse, en 1096, on trouve le sire de Morfarville.

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1801, Archives de la Manche - https://www.archives-manche.fr/

     

         La famille Folliot, à l'époque de la Conquête, possédait des biens à Montfarville. Cette famille fut longtemps puissante en Angleterre et en Normandie ; plusieurs de ses membres firent des donations à l'abbaye de Montebourg et à l'Hôtel-Dieu de Barfleur. Elle se maintint en Angleterre, même après la conquête de Normandie par Philippe-Auguste : ainsi, sous Henri III, Samson Folliot fut gouverneur d'Oxford et shérif du comté. Un autre membre, Gilbert Folliot, fut évèque de Londres. Les biens de la famille Folliot, en Normandie, tombèrent dans le domaine du roi ; car, en 1231, saint Louis donna à Jean de Friscamps, bailli du Cotentin, les terres que possédaient Richard et Samson Folliot. Les Folliot existaient encore dans le Cotentin, à la fin du 13e siècle ; ainsi, en 1278, Richard Folliot, fils de Samson, confirma à l'abbaye de Montebourg des biens situés à Joganville. (...)

         Le roi Jean, duc de Normandie, est passé plusieurs fois par Montfarville soit pour aller s'embarquer à Barfleur, soit à son retour de Barfleur. D'après son itinéraire, il y était le 27 septembre de l'an1200 ; il y séjourna dans le château les 26, 27 et 28 novembre suivant, ce qui fait ressortir l'importance qu'avait alors le château de Montfarville. Le 23 décembre1203,le roi coucha au château de Gonneville ; ce fut la dernière nuit qu'il passa en Normandie. * (...)

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)     Le manoir actuel de Montfarville a dû remplacer un château à motte, clos de murs et de fossés, et qui fut détruit en1356. On sait que les Anglais, dans leurs guerres contre la France, dans le 14e siècle, pillèrent, brûlèrent et dévastèrent, entre autres châteaux, celui de Montfarville. On remarquait encore, il y a quelques années, les traces des fossés, les restes de la motte de l'ancien château et de sa chapelle, fondée par Guillaume Folliot, vers la fin du 12e siècle. On trouve, dans le courant du 17e siècle, les Duparc comme seigneurs châtelains de Montfarville. " [3]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Google Earth.

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche) LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche) LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)

     

    Ci-dessus, le manoir de Montfarville, photos extraites de https://zh-cn.facebook.com/MontfarvilleAutrefoisAujourdhui/posts/397661154182545

     

          * " Barfleur demeura le port d'attache du voluptueux Richard Coeur de Lion et du hideux Jean Sans-Terre. Ce dernier, avant de perdre la Normandie, fréquenta beaucoup les châteaux de la presqu'île : on le trouve à Valognes en l'an 1200, à la fin de janvier, le 23 février, le 2 mai. Il se maria au mois de juillet suivant et fit visiter notre ville à son épouse.
    Quand par un lâche assasinat, en avril 1203, il se fut débarrassé de son neveu, Arthur de Bretagne, en soulevant de dégoût le coeur de ses vassaux normands, il sentit que tout était fini pour lui sur le continent. Il erra encore d'un château à l'autre, séjourna à Valognes les 22, 23 et 28 octobre, passa au château de Montfarville (
    On disait alors Morfarville. La motte du château est encore visible. La ferme qui la domine se nomme le Manoir (les habitants prononcent Monè) et le hameau voisin est celui du Câtel.), chez Guillaume Folliot, sa dernière nuit, celle du 4 au 5 décembre. Enfin il s'embarqua à Barfleur."
    [4]


         " Montfarville, cant. Quettehou. - Lieu-dit : La Ferme du Manoir. - Coord. Lambert : 223, 60-340, 70. Aveu de 1451 de Jehan de Belleval, escuyer, seigneur de Montfarville... il y a manoir à motte clos a murs et fossés. Aveu du même seigneur en 1461 signalant : avec manoir sur mote démoly et abatu par guerres, il y a une chapelle. 

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)     Au manoir actuel de Montfarville, on voit encore l'emplacement de la motte, des fossés et de la chapelle de l'ancien château (Gerville C., 1824, t. 2, 347).

         Au lieu-dit la ferme du manoir, le manoir actuel est construit sur la motte. On accède au sommet de la motte, du côté ouest par une pente très douce, tandis que les trois autres côtés ont des pentes très abruptes. La motte de forme légèrement ovale mesure quinze à vingt mètres de diamètre et à peu près trois mètres de haut. Il n'y a plus aucune trace de la chapelle autour de la motte, mais toute la partie est, au pied de la motte, est envahie par un taillis impénétrable et obscur. " [5]

     

    Ci-dessus, le manoir de Montfarville, photo extraite de https://zh-cn.facebook.com/MontfarvilleAutrefoisAujourdhui/posts/397661154182545

     

    A proximité :

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche) LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche) LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)

     

         " L'église Notre-Dame est construite vers 1763, en granit blanc, avec un clocher préexistant du 13e siècle.

     

    LES REMPARTS DE MONTFARVILLE (Manche)     La voûte de la nef est riche de dix-neuf toiles peintes par le Révillais Guillaume Fouace et restaurées par Michel Adrien Servant, représentant des scènes bibliques connues comme l'Annonciation, la fuite en Égypte ou la marche des rois mages. La cène est reproduite dans le chœur de l'église. (...) Ces toiles sont classées à titre d'objets aux Monuments historiques ainsi que d'autres œuvres dont statues et autels. L'édifice est inscrit et ses décors intérieurs classés au titre des Monuments historiques depuis le 21 décembre 1994. " [6]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://www.decouvrir-montfarville.fr/montfarville_architecture_rurale_normande3.html

    [2] Extrait de https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96102415/f105.item.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20Montfarville%22.texteImage

    [3] Extrait de l'Annuaire du département de la Manche – 42e année – 1870 – Saint-Lô, imprimerie d'Elie Fils, rue des Près, 5. https://books.google.fr/books?id=KptLAAAAMAAJ&hl=fr&pg=PP2&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    [4] Extrait de l'Annuaire des cinq départements de la Normandie publié par l'Association normande - Éditeur (Caen) 1926. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61589702/f349.item.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20Montfarville%22.texteImage

    [5] Extrait de Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe-XIIe siècles). Étude historique et topographique. In : Archéologie médiévale, tome 12, 1982. pp. 175-207 par Florence Delacampagne - https://doi.org/10.3406/arcme.1982.1086

    [6] Extrait de Wikipédia

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.vds-phl.fr/album-1778726.html

    « LES REMPARTS DE BEAUFOUR-DRUVAL (Calvados)LES REMPARTS DE LA PUTHENAYE (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :