• LES REMPARTS DE HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

    Le château de Bernouville à Hautot-sur-Mer :

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus, photos 1 et 2 par François Calvaresi — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=56656509 ; photo 3 extraite de http://www.estrancitedelamer.fr/nature-ordinaire-extraordinaire/les-milieux-remarquables/le-bois-de-bernouville/ 

     

         « Entre Varengeville-sur-Mer, célèbre pour son église entourée de son cimetière marin, et le port de Dieppe, le bois de Bernouville s’étend sur les contreforts de la vallée de la Scie autour des ruines du château fort des comtes d’Hautot-sur-Mer.

         L’Espace Naturel Sensible du Bois de Bernouville se situe sur la commune d’Hautot-sur-Mer et s’étend sur 59 hectares. » [1]

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)     Abbé Cochet, 1871 : « Dans le bois, placé entre le village et la vallée de la Scie, on voit des pans de murs encore élevés, des terrassements considérables et des fossés non encore comblés : ce sont les restes du vieux château de Hautot-sur-Mer, qui eut autrefois autorité sur les bouches de la Scie et même sur une portion de la ville de Dieppe. Les chroniqueurs dieppois disent que ce château fut élevé par Charlemagne. Il tombe en ruines depuis des siècles, et, dès 1583, le duc de Longueville, son propriétaire, en abandonna les pierres aux Minimes de Dieppe. Au 13e siècle, le château et sa châtellenie entrèrent, par mariage, dans la maison d'Estouteville : aussi les archives en sont-elles au chartrier du château de Valmont. Le château de Hautot-sur-Mer renfermait une chapelle dédiée à saint Georges. » [4]

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)   LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

     

    Plan hyptothétique de l'emplacement du château de Bernouville à Hautot-sur-Mer ; blason de Hautot-sur-Mer par Chatsam - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9807877 

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus plan du château de Bernouville établi par Ph. Fajon et A. Renauld extrait de https://fr.scribd.com/doc/51156540/Hautot-sur-Mer-Les-ruines-de-Bernouville-Connaissance-de-Dieppe ; à droite , photo extraite de http://36000communes.canalblog.com/archives/2013/05/21/27209220.html

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)     « Le nom « Hautot » vient de l’expression anglo-scandinave « hoh topt », « hoh » désignant un terrain en pente ou un rivage.

         A l’origine, Hautot sur Mer constituait un puissant domaine seigneurial. Du château des seigneurs d’Hautôt construit au 11ème siècle situé dans le bois de Bernouville, il ne reste plus aujourd’hui que des vestiges.

         Les parties les plus anciennes de ce château ont été datées du 12ème siècle par les archéologues. Cet édifice appartenait à la famille de Hotot.

         Au fil du temps, ce château se dégrade de plus en plus et au 16ème siècle il n’est plus qu’une ruine. Après la Révolution, les gens des alentours puisèrent dans cette carrière et le château fut dépecé pierre par pierre pour permettre d’autres constructions, notamment dans le hameau de Bernouville. » [2] 

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)     Alexandre Guilmeth, 1842 : « Les sires de Hautot étaient de race normande ; ils s'étaient rendus célèbres par leurs exploits. On les trouve, en 1066, à la conquête de l'Angleterre, et, en 1096, à l'expédition de Jérusalem. Jean de Hautot, Colart de Hautot, et deux autres membres de cette famille, s'enrôlèrent pour cette dernière expédition. La branche masculine s'étant éteinte, ce fut à Marguerite de Hautot, fille unique de Nicolas de Hautot, que tous les biens de cette noble et antique maison échurent en héritage. Marguerite de Hautot avant épousé, en 1320, Robert d'Estouteville, châtelain de Valmont et de Hambie, lui porta en dot toutes les terres et seigneuries qu'elle avait reçues de ses pères. La famille d'Estouteville était riche et puissante, et le castel seigneurial de Hautot, appuyé de bonnes et solides murailles, était défendu par de larges et profonds fossés remplis d'eau. Aussi, ces nouveaux châtelains devinrent-ils bientôt la terreur du voisinage. Dieppe lui-même eut plus d'une fois à trembler devant leur audace et leur valeur. Vers le milieu du 14e siècle, les habitants de cette ville avaient résolu d'agrandir leur cité. Ils prirent à fief, de Robert d'Estouteville, châtelain de Hautot, plusieurs terrains situés au pied du Mont de Caux. Ils fermèrent la ville de ce côté là, dit le bénédictin Duplessis ; ils y percerent une grande rue et y élevèrent un mur de défense, qu'ils prolongèrent jusqu'à la halle au bled. Ces fieffes donnèrent lieu à une petite guerre assez animée, mais qui ne fut pas de longue durée : le sieur de Hotot, qui n'étoit point payé, lâcha contre les habitans quelques soldats qu'il tenoit à ses ordres dans son château de Hotot , au milieu d'un bois, à une demie lieue de la ville (mesure ancienne), et qui ne subsiste plus : les Dieppois, harcelez sans relâche par un homme qui ne leur faisoit point de quartier, lui donnèrent enfin une certaine somme de florins, et tout fut pacifié en 1360. Depuis ce temps-là, leur ville s'est agrandie considérablement, etc.

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus : photo 1 extraite de http://hautot-sur-mer.stationverte.com/ ; photo 2 extraite de http://36000communes.canalblog.com/archives/2013/05/21/ ; photo 3 extraite de https://www.visorando.com/randonnee-varengeville-sur-mer-le-bois-d-hautot-le/ruines-du-chateau-d-hautot.html

     

         La châtellenie de Hautot passa, en 1563, avec le duché d'Estouteville, dans la maison de Longueville-Orléans. En 1576, le duc de Longueville permit aux religieux Minimes de la ville de Dieppe de démolir le vieux château de Hautot pour en employer les matériaux à se construire un couvent. Cinquante ans après, en 1626, les Capucins de la même ville sollicitèrent à leur tour du duc de Longueville, et obtinrent la même permission et, quoique les frères Minimes eussent mis l'antique forteresse dans un état complet de destruction, les Capucins, cependant, trouvèrent encore assez de matériaux pour suffire à leurs besoins ; c'est avec ces matériaux qu'ils construisirent d'abord leur maison conventuelle, puis leur église, en 1630. Aujourd'hui, ces ruines n'offrent plus, au milieu de landes incultes et stériles, qu'une masse informe de cailloux et de ciment, entourées de buissons et de bruyères : ce lieu effraie par son aspect sauvage. » [3]

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

     

    1. Blason de la famille d'Estouteville Par Jimmy44 Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Jimmy44., CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3791288 ; 2. blason de la famille Bourbon-Saint-Pol par Elements by Sodacan — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=47152015 ; 3. blason de la famille d'Orléans-Longueville par Luigi Chiesa — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9763887

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)     « Le château de Bernouville est un château fort en ruine, situé dans la forêt éponyme (le « bois de Bernouville ») sur le territoire de la commune d'Hautot-sur-Mer, dans le nord de la Seine-Maritime en Normandie. Édifié à partir du 11e siècle ou du 12e siècle, il n'en reste aujourd'hui que des vestiges.

         Le château est aujourd'hui situé au cœur d'une petite forêt, appelée officiellement le bois de Bernouville et parfois le « bois d'Hautot », du nom de la commune sur laquelle il se trouve.

         La forêt n'existait pas au moment de la construction du château, et l'emplacement de celui-ci devait lui permettre de surveiller une partie de la côte normande.

         Le château est édifié à partir du 11e siècle ou du 12e siècle par les seigneurs d'Hautot. Son histoire est méconnue : il est la propriété de Robert d'Estouteville au 14e siècle puis, le 3 février 1419, pendant la guerre de Cent Ans, il capitule après avoir été assiégé par les Anglais. Au 16e siècle, la forteresse n'est déjà plus qu'une ruine dont les pierres sont données aux religieux de l'ordre des Minimes pour la construction de leur chapelle à Dieppe. Après la Révolution, les habitants des environs continuent de récupérer des matériaux pour permettre d'autres constructions, particulièrement dans le hameau de Bernouville.

         Les arbres sont plantés au 19e siècle afin de transformer l'endroit en lieu de promenade romantique, suivant la mode de l'époque.

     

    LES REMPARTS D'HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)     Des fouilles menées entre 1992 et 1994 permettent de mettre au jour les fondations de l'édifice ainsi que des céramiques et des carreaux de pavage.

         Le château couvre une superficie de 14 000 m2. Il est constitué d'un ensemble de bâtiments entouré d'un double mur d'enceinte qui a presque entièrement disparu et de deux fossés toujours visibles. L'ancienne entrée est marquée par les vestiges d'un châtelet. » [5] 

     

    Photo ci-dessus extraite de http://dieppe.rando.caux.over-blog.com/article-16131456.html

     

     -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Un article du journal Paris Normandie, septembre 2019 : 

     

    " Des ruines au milieu du bois à Hautot-sur-Mer

         Le patrimoine local est extrêmement riche en Normandie. Avec des histoires et des légendes à chaque coin de ruines. Ce dimanche, celles du château de Hautot-sur-Mer.

     

    LES REMPARTS DE HAUTOT-SUR-MER (Seine-Maritime)

         

            Le chemin s’enfonce dans les bois. Vers la mer, vers la plage de Pourville. Il est facile de passer à côté, de ne pas remarquer sur sa gauche les ruines du château d’Hautot-sur-Mer. Et pour cause, les deux morceaux du châtelet sont en partie recouverts de lierre et semblent se cacher dans la végétation. Comme des arbres de pierre. « Ce n’est jamais la même ambiance. Les ruines explosent quand il y a de la neige, disparaissent sous le feuillage l’été et au printemps.... », s’enflamme Grégory Dugué. Il s’occupe de l’animation des espaces naturels pour la communauté d’agglomération de la région dieppoise.  Une fois par mois au moins, il assure des visites pour découvrir le bois de Bernouville, ce bois littoral classé espace naturel sensible. Et au printemps, il découvre successivement les ruines du château dans un écrin blanc d’anémones sylvie, un écrin jaune de jonquilles, un écrin violet de jacinthe des bois. Un cadre romantique que la duchesse du Berry avait déjà remarqué dans les années 1820, quand elle venait chaque année en villégiature à Dieppe. « Le château, il est là », montre Grégory en ouvrant les bras comme pour montrer que l’édifice était impressionnant. Les fouilles archéologiques entreprises entre 1992 et 1994 ont permis d’estimer que le château, construit au 11e et 12e siècle, s’étendait sur 14 000 m2. Un peu plus loin, deux murs sont encore debout. On aperçoit aussi les fondations de la tour de guet et de l’armurerie.

    En guerre contre Dieppe

         « Il est construit à flanc de coteaux, avec une vue plongeante sur la plage de Pourville, sur Dieppe et son château. À l’époque de la construction, le seigneur d’Hautot-sur-mer et celui de Dieppe n’étaient pas vraiment en bons termes », assure l’animateur. « C’était une place forte », ajoute-t-il en montrant les deux fossés circulaires, encore bien visibles alors qu’une famille vient d’entamer une partie de cache-cache dans les ruines. En 1320, les lieux sont devenus la propriété de Robert d’Estouteville par son mariage avec Marguerite de Hautot. Peu après, il entre en guerre contre les Dieppois. Ces derniers l’ont spolié de terres pour agrandir la ville. Le conflit se règle rapidement quand les Dieppois acceptent de l’indemniser. Le château de Hautot est assiégé et pris par les Anglais en 1419. En 1563, il devient la propriété de la famille de Longueville. On l’estime en ruine vingt ans plus tard. Les religieux de l’ordre des Minimes sont alors autorisés, par le duc, à se servir des pierres pour construire leur chapelle à Dieppe. Les Capucins ont droit à la même autorisation en 1626. Ils construisent leur maison conventuelle puis leur église en 1630. Après la Révolution, les tribunaux du district de Dieppe s’installent dans le couvent des Minimes et les ruines deviennent une carrière où les habitants des environs viennent se servir pour construire les maisons du hameau de Bernouville.

         Aujourd’hui, c’est la végétation qui entoure les ruines qui se veut remarquable. Les arbres sont sculptés par le vent, la mer et les embruns. Certains hêtres ont pris racine sur les fossés, leur donnant une forme presque inquiétante, digne de Game of thrones. Au sol, dans les fossés du château notamment, les plus avisés pourront découvrir de la scolopendre, une fougère, ou des pervenches des bois, une petite fleur un brin lunatique, qui décide de fleurir au printemps... ou pas.

    Au détour d’un chemin, un banc semble être posé au milieu de nulle part. « Un jour, il a été descellé. Il voyage dans le bois au gré des besoins des visiteurs. Je ne sais jamais où il est quand j’arrive, mais il n’a jamais disparu. » Juste un banc itinérant au milieu d’un décor romantique.

    Diane Granier : « Une site naturel comme celui-là, on le laisse évoluer

         Diane Granier est responsable de la valorisation des espaces naturels au conseil départemental de Seine-Maritime.

    Pourquoi le conseil départemental est-il gestionnaire du bois de Bernouville   ?

         Diane Granier  : « Le bois est propriété du conservatoire du littoral qui se porte acquéreur d’espaces sensibles comme celui-là. Le Département est partenaire et s’occupe de la gestion du site et notamment de la mise en sécurité pour accueillir les visiteurs.

         Il existe 24 sites espaces naturels sensibles , la moitié est sur le littoral, l’autre moitié dans les terres. »

    Comptez-vous mettre en valeur les ruines du château et donc le patrimoine autre que naturel   ?

         « Un site naturel comme le bois de Bernouville, on le laisse en libre exploitation, on le laisse évoluer. Pour les ruines, on fait juste en sorte de préserver l’accès par des chemins. Il n’y a pas de politique de mise en valeur aujourd’hui. Pourquoi pas un panneau explicatif sur le parking, mais sûrement pas dans le bois. » [6] Un article du 01/09/2019 du journal Paris Normandie par Olivier Cassiau.

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://www.estrancitedelamer.fr/nature-ordinaire-extraordinaire/les-milieux-remarquables/le-bois-de-bernouville/

    [2] Extrait de http://www.hautot-sur-mer.fr/patrimoine-hautot.php

    [3] Extrait de Histoire des environs de Dieppe comprenant les cantons de Longueville, de Tôtes, de Bacqueville, d'Offranville, d'Envermeu et de Bellencombre par Alexandre Guilmeth ; Berdalle de Lapommeraye, 1842 - 286 pages. https://books.google.fr/books?id=AEMbAAAAYAAJ&dq=Marguerite+de+Hautot+avant+%C3%A9pous%C3%A9,+en+1320+,+Robert+d%27Estouteville&hl=fr&output=text&source=gbs_navlinks_s

    [4] Extrait de Collection de documents inédits sur l'histoire de France, par l'abbé Cochet ; volume 114, numéro 6 ; Imprimerie Royale. 1871.

    [5] Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Bernouville

    [6] Extrait d'un article du 01/09/2019 du journal Paris Normandie par Olivier Cassiau, Journaliste, éditions du Dimanche, Rouen https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/histoire-patrimoine/des-ruines-au-milieu-du-bois-a-hautot-sur-mer-KB15503999

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.dieppetourisme.com/dieppe/principal/decouvrir-dieppe/nature-et-randonnees/espaces-naturels-sensibles/randonnees-bois--0

    http://www.estrancitedelamer.fr/nature-ordinaire-extraordinaire/les-milieux-remarquables/le-bois-de-bernouville/

    http://www.hautot-sur-mer.fr/patrimoine-hautot.php

    https://fr.scribd.com/doc/51156540/Hautot-sur-Mer-Les-ruines-de-Bernouville-Connaissance-de-Dieppe

    « LES REMPARTS DE CONDE-SUR-ITON (Eure)LES REMPARTS DE BRETONCELLES (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :