• LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     

          « La commune du Vaudreuil se situe dans une boucle de la Seine, à proximité de la forêt de Bord-Louviers. Elle est traversée par la rivière Eure, quelques kilomètres avant que celle-ci conflue avec la Seine... La commune actuelle naît le 15 avril 1969 de la fusion de Notre-Dame-du Vaudreuil et Saint-Cyr-du-Vaudreuil. » [1]

     

         « Doté d'une plaine riche et fertile, et carrefour de passage et d'échanges, le territoire du Vaudreuil a été domaine royal du 7ème au 16ème siècle. » [2]

     

         « Des descriptions mentionnent un mur d'enceinte de 5 km flanqué de tours et de bastions englobant l'ensemble des 80 hectares de cette île délimitée par deux bras de l'Eure.
         Place forte importante, elle fera l'objet des convoitises, de combats, de négociations, de travaux et de réaménagements de la part des rois d'Angleterre et de France jusqu'au 15e siècle. » [3]

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)     LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     Plan du site du château du Vaudreuil établi d'après un plan hypothétique du 19ème siècle (voir ci-après) ; Blason de la commune du Vaudreuil par User : Spedona Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par User:Spedona., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2566046

     

    L'assassinat d'Osbern de Crépon :

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     Ci-dessus, illustration de l'assassinat d'Osbern de Crépon au Vaudreuil extraite de http://telle-une-tapisserie.eklablog.com/la-vie-de-guillaume-le-conquerant-01-a112523944

     

         « Osbern de Crépon († fin 1040 / début 1041), fut le sénéchal de deux ducs de Normandie (...) Il devient l'un des protecteurs légaux du jeune successeur Guillaume le Bâtard (plus tard le Conquérant) alors âgé de 8 ans. Le jeune duc est en danger, les Richardides cherchant à l'assassiner pour reprendre le pouvoir sur le duché, et les barons normands se rebellant.

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)     Osbern est assassiné au Vaudreuil vers fin 1040 - début 1041, en protégeant le jeune duc dans la chambre de l'enfant. D'après Guillaume de Jumièges, il est égorgé par Guillaume, fils de Roger Ier de Montgommery (...) 

     

         Les archers du Vaudreuil accompagnèrent Guillaume lors de la conquête de l’Angleterre et se distinguèrent à Hastings en 1066. » [1]

     

    Plan extrait des cadastres napoléoniens réalisés en 1834 montrant le château construit au 17ème siècle, aujourd'hui disparu : il s'agit de la réunion du cadastre de Notre-Dame du Vaudreuil et du cadastre de Saint-Cyr du Vaudreuil car l'Île l'Homme était partagée entre ces deux communes.

     

         Au 12ème siècle, « Les de Bigards, à titre de possesseurs du fief de la Salle du Bois, étaient tenus, en temps de guerre, de garder la porte du château du Vaudreuil » [4]

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     

              « À la fin de l’hiver et au début du printemps 1194, Philippe prit Le Vaudreuil, Évreux et Le Neubourg. Il menaça Rouen jusqu’à l’annonce du retour de Richard. En effet, après la croisade et une période de captivité en Bavière, Richard arriva à Londres le 14 mars 1194 et débarqua à Barfleur à la mi-mai 1194. Richard infligea une imposante défaite à Philippe Auguste le 3 juillet 1194 à Fréteval (vallée du Loir). Jean sans Terre et le comte d’Arundel, à la tête des bourgeois de Rouen, assiégèrent alors Le Vaudreuil, occupé par des troupes françaises. Ils furent chassés par Philippe Auguste, venant de Fréteval.

           L’Histoire de Guillaume le Maréchal montre ensuite que Philippe fit sournoisement tomber les remparts du château du Vaudreuil, en juillet, alors qu’il faisait mine de négocier avec Richard. Puis il partit. Une trêve fut signée le 23 juillet 1194 entre les deux rois suite à une intervention papale (…) À partir de 1194, Richard Cœur de Lion investit dans de nombreuses places-fortes le long de la frontière avec la France : Lyons-la-Forêt, Radepont, Arques, Driencourt, Moulineaux, Orival, Bellencombre, Le Vaudreuil et Pont-de-l’Arche. (...)

           Des pourparlers de paix eurent ensuite lieu au Vaudreuil et Issoudun (novembre et décembre 1195) entre Richard et Philippe. Ils furent officialisés par le traité de Gaillon le 14 janvier 1196 qui laissait à Philippe le Vexin et Gisors, Vernon, Gaillon, Neaufles, Pacy et Ivry. Cependant, au printemps 1196, le roi de France rompit l’accord de paix en attaquant Aumale. Richard, sachant à quoi s’en tenir, décida la construction de l’immense Château Gaillard. (…)

            Jean sans Terre succéda à son frère et fut très tôt débordé par Philippe Auguste. (...)

           Au début du mois de mars 1203, Montfort-sur-Risle et Beaumont-le-Roger abandonnèrent le roi Jean, bientôt rejoints par Le Vaudreuil qui se rendit au roi de France sans combattre. Fin août, Radepont chuta. Après 6 mois de siège, le verrou de la Seine, Château Gaillard, céda le 6 mars 1204. Rouen capitula à la fin du mois de juin 1204. » [5]

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)     « Après la conquête de la Normandie, Le Vaudreuil devient terre royale où résideront Saint Louis, Philippe le Bel, et Jean le Bon.

         En 1657, Claude Girardin, grand ami de Fouquet, construit un magnifique château dans un parc à la française, dont les jardins sont dessinés par Le Nôtre |voir ci-dessous]. Le château sera détruit en 1822. » [1]

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     

    2010 INRAP : L'île l'Homme

         « Cette opération est le premier diagnostic archéologique jamais réalisé sur l'Île l'Homme, commune du Vaudreuil (Eure) dans la boucle du même nom. 

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

    Documents ci-dessus extrait de Journées archéologiques de Haute-Normandie 2011, Haute-Normandie archéologie ; Publication Université Rouen Havre, 2 janv. 2012 - 286 pages (voir "Bonnes pages")

     

         Le projet immobilier concerne une surface de 3 450 m2, dont les deux tiers correspondent à des jardins en zone inondable, non constructibles. Les vestiges du château médiéval du Vaudreuil se trouvent dans ce secteur et ne seront pas soumis à une fouille préventive. La partie constructible est implantée sur une ancienne carrière remblayée au 20ème siècle ayant détruit les autres témoins de l'ouvrage militaire. 

     

    Du château fort au château à la française

     

         Le château fort du Vaudreuil est bien connu dans la littérature mais sa localisation précise s'estompe depuis sa destruction en 1713 et la construction d'un château et de jardins à la française par Claude Girardin.
    Une forteresse est mentionnée dès le 11e siècle dans l'Île l'Homme (dérivé de holm, îlot en scandinave), avec notamment le récit de l'assassinat en 1039, sous les yeux du jeune Guillaume le Conquérant, du sénéchal de Normandie Osbern de Crépon.
         C'est Henri Ier Beauclerc qui entreprend la construction du château fort à la fin du 11e - début du 12e siècle, et en fait alors, et pour plusieurs siècles, l'un des verrous de la Normandie. Des descriptions mentionnent un mur d'enceinte de 5 km flanqué de tours et de bastions englobant l'ensemble des 80 hectares de cette île délimitée par deux bras de l'Eure.
         Place forte importante, elle fera l'objet des convoitises, de combats, de négociations, de travaux et de réaménagements de la part des rois d'Angleterre et de France jusqu'au 15e siècle. De nombreux ducs de Normandie et de souverains capétiens y séjourneront.

         Les premières peintures à l'huile y auraient été effectuées pour Jean le Bon par Jean Coste au 15e siècle dans la chapelle et des galeries.

         À la fin de la guerre de Cent Ans, la forteresse perd de son intérêt militaire et de son attrait pour les rois de France, elle est désemparée (démantelée) en 1441 et dépérit par la suite jusqu'à sa destruction complète au 18e siècle. Le château à la française le remplace alors pour être à son tour démoli au 19e siècle. Dans les années 1960, l'île est aménagée en golf entouré de résidences de standing.

     

    Des vestiges du château médiéval

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)     Le diagnostic a mis au jour les fondations d'une partie du mur d'enceinte sur environ 35 m et d'une porte de la forteresse, arasées puis recouvertes par des niveaux de démolitions et de remblais postérieurs à l'époque médiévale. Aucun niveau de sol ne semble conservé.

    Document ci-dessus extrait de Journées archéologiques de Haute-Normandie 2011, Haute-Normandie archéologie ; Publication Université Rouen Havre, 2 janv. 2012 - 286 pages (voir "Bonnes pages") © 2010 INRAP / ROUDIÉ, Nicolas

     

        Les premiers vestiges datables du 12e siècle consistent en un mur d'enceinte, globalement parallèle au cours de l'Eure, d'une largeur d'un mètre cinquante, appuyé sur des remblais alluvionnaires rehaussés d'environ 1 m par rapport à la plaine inondable. Des fragments de poutres, placées sous les fondations au nord, sont probablement les derniers témoins des travaux de construction du rempart. Des pieux en bois et une maçonnerie circulaire très arasée sont implantés dans la grave, en aval de l'enceinte : il pourrait là aussi s'agir de structures liées aux chantier du 12e siècle, sans que l'on puisse écarter pour autant la possibilité de vestiges d'occupations antérieur, de la céramique des 10e-11e siècles étant présente dans les remblais. Les palais mérovingien et carolingien ainsi que la forteresse des 10e-11e siècles, connus par les textes dans la boucle du Vaudreuil, ne sont toujours pas localisés...

         Une première tour-porte carré de 6,50 m de coté constitue une entrée occidentale du château. C'est un ouvrage classique pour le 12e siècle, très semblable à la porte du Gouverneur de Gisors par exemple. Une énigmatique tour semi-circulaire de 6 m de diamètre se trouve dans l'angle de cette porte et du mur de courtine nord à l'intérieur. Sans équivalent dans des ouvrages militaires contemporains, l'hypothèse d'une tour escalier peut néanmoins être avancée, comme dans les églises romanes proches du Vaudreuil, de Saint-Pierre-du-Vauvray, du Mesnil-Jourdain. Au sud, une courtine dépassant le mur d'enceinte semble constituer un ouvrage avancé triangulaire, prolongeant et protégeant l'entrée et l'emplacement d'un pont qui, d'après les textes, a fait l'objet de nombreuses réfections durant tout le Moyen Âge.

         Probablement au 13e siècle, deux tours de 5,70 m de diamètre, à contrefort de 2 m de coté, sont ajoutées au mur d'enceinte, dominant la plaine inondable. L'ancienne porte est englobée dans un nouveau dispositif marqué par l'adjonction, à l'avant, de deux nouvelles tours de même nature. Deux bases de piles de ponts se trouvent à l'avant de l'entrée, regardant vers l'église Notre-Dame du Vaudreuil (datée du 12e siècle et mentionnée dès 1006), située dans le prolongement, à 500 m de l'autre coté de la rivière. Contre le mur nord, à l'extérieur, un chemisage peu fondé est placé pour contrecarrer probablement un déversement du mur.
    Au 15e siècle, un mur placé entre les contreforts des tours de la porte renforce l'entrée. » [3]

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     Château du Vaudreuil (Eure-Normandie-FR) Vestiges du Château du Vaudreuil (12eme siècle). Fouille archéologique INRAP dirigée par Nicolas Roudié ; photo 1 : © 2010 Archeokap / LEVALET, François ; photo 2 extraite de Journées archéologiques de Haute-Normandie 2011, Haute-Normandie archéologie ; Publication Université Rouen Havre, 2 janv. 2012 - 286 pages (voir "Bonnes pages") ; Photographies 3-5-6 aériennes par cerf volant : François Levalet https://www.flickr.com/photos/levalet/4432326835/in/photostream/

     

         « Un autre exemple prestigieux révélé par les archives est celui du décor peint du château du Vaudreuil, dans l’actuel département de l’Eure. Les archives royales révèlent l’ampleur et la richesse du décor du château, résidence du duc de Normandie, le futur Jean le Bon, à travers les commandes passées à Jean Coste en 1349, puis en 1356, à Girard d’Orléans. Dans la salle, une vie de César surmontait une frise d’animaux, tandis que des scènes de chasse ornaient la galerie d’entrée. Selon les termes du contrat, ces peintures devaient être réalisées « à l’huile et les champs de fin or élevé et les vêtements de Notre-Dame de fin azur bien et loyalement et toutes ces choses vernissées » [6]

    (Cf. en dernier lieu sur ces peintures : Vincent JUHEL, « Le château médiéval du Vaudreuil (Eure) et ses peintures murales du 14e siècle », in Vivre dans le donjon au Moyen Âge, actes du colloque de Vendôme, 12-13 mai 2001, Vendôme : Editions du Cherche-Lune, 2005, p. 135-141.)

     

    LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure) LES REMPARTS DU VAUDREUIL (Eure)

     A droite, carte postale de l'hôtel du club-house du golf qui s'est implanté sur le site de l'île l'Homme.

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de http://www.levaudreuil.fr/index.php/mairie/la-ville-demarches-en-mairie/4-histoire-de-la-ville

    [3] Extrait de http://www.inrap.fr/l-ile-l-homme-4527 Chantier de fouilles INRAP 2010 ; Responsable d'opération : Nicolas Roudié ; article publié le 10 septembre 2012 et mis à jour le 26 septembre 2016

    [4] Extrait de http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6526098j/f324.item.r=%22ch%C3%A2teau%20du%20Vaudreuil%22.texteImage

    [5] Extrait de http://pontdelarche.over-blog.com/tag/guerres/

    [6] Extrait de http://expos.maine-et-loire.fr/culture/peintures_murales/medias/pdf/vincent_juhel.pdf

     

    Bonnes pages :

     

    O http://www.inrap.fr/l-ile-l-homme-4527

    http://montjoye.net/histoire-de-la-ville-de-breteuil

    Revue de Rouen et de Normandie, Volume 13, 1845

    O https://books.google.fr/books?id=-PkwAQAAIAAJ&pg=RA1-PA271&dq=Vaudreuil+ch%C3%A2teau&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjAi-HnxKXWAhVFB8AKHdiNDxAQ6AEILDAB#v=onepage&q=Vaudreuil%20ch%C3%A2teau&f=false

    O http://www.dendrotech.fr/fr/Dendrabase/site.php?id_si=033-23-27528-0001

    O Journées archéologiques de Haute-Normandie 2011, Haute-Normandie archéologie ; Publication Univ Rouen Havre, 2 janv. 2012 - 286 pages ; https://books.google.fr/books?id=PWLfBAAAQBAJ&pg=PA207&lpg=PA207&dq=ch%C3%A2teau+m%C3%A9di%C3%A9val+du+Vaudreuil&source=bl&ots=bQ6KurTWSb&sig=OU6Kjx5NkWoyWO14mewI1xUjDXU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiEr_vgx6rWAhXrDsAKHSSmCOEQ6AEITDAG#v=onepage&q=ch%C3%A2teau%20m%C3%A9di%C3%A9val%20du%20Vaudreuil&f=false

    « LES REMPARTS DE TORIGNI-SUR-VIRE (Manche)LES REMPARTS DU BEC-CRESPIN (Seine-Maritime) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :