• LES REMPARTS DU PARC (Manche)

    LES REMPARTS DU PARC (Manche) LES REMPARTS DU PARC (Manche) LES REMPARTS DU PARC (Manche)

    Ci-dessus : à gauche, une photo extraite de http://grupotirol.com/saint-lo-d-ourville/saint-lo-d-ourville-lovely-le-manoir-du-parc-de-st-lo-dourville-chateau-manoir-du-parc-clear/ ; au centre, une photo extraite de http://cotentin.canalblog.com/archives/2011/08/26/21870175.html ; à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

         Le manoir du Parc est situé sur la commune de Saint-Lô-d'Ourville dans la Manche :

     

         « Il date du 13e siècle. Restauré depuis la fin des années 2000, il a été récompensé par l'association des vieilles maisons françaises en 2015. Racheté en 1998, son propriétaire est Valentin Giard. C'est un ensemble composé d’un donjon, modifié. Il a servi de point d’observation lors de la Seconde guerre mondiale. Le manoir du Parc d’Ourville est visitable. L'ascension du donjon avec le propriétaire des lieux est possible. » [1]

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)    LES REMPARTS DU PARC (Manche)

     Plan de situation du manoir du Parc à Saint-Lô-d'Ourville ; blason de la famille d'Argences par FoeNyx [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

     

    Historique

     

    Les informations suivantes sont extraites du site officiel : http://www.lemanoirduparc.com/

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)

     Ci-dessus, une photo extraite du site http://www.lemanoirduparc.com/

     

    « Les origines.

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     En l’absence totale d’archives, on ne sait rien du Parc avant l’annexion de la Normandie par le roi de France Philippe Auguste (1204). Par contre, il est remarquable que l’on connaisse, sans interruption, la succession des propriétaires du Parc depuis le début du 13ème siècle jusqu’à nos jours.
         Nous ne retiendrons pas, faute de preuves, les assertions de Robert Asselin, l’érudit historien de Port Bail, qui, dans le bulletin paroissial de Port Bail, attribue la possession du Parc, avant 1204, à la famille d‘Aubigny. Cet auteur ne cite pas ses sources et nous n’avons rien trouvé permettant de confirmer ce qu’il avance.

         Le toponyme « Le Parc » suggère l’existence d’un parc seigneurial à l’époque médiévale. (...) Au delà de la toponymie, la situation de l’actuel domaine du Parc par rapport à celui d’Olonde suggère l’hypothèse suivante : à l’origine, l’actuel domaine du Parc d’Ourville, pour sa plus grande partie, était le parc seigneurial du château d’Olonde. Il en aurait été détaché pour constituer le domaine réservé d’un nouveau fief noble crée au profit d’un cadet de famille. 

     

    Ci-dessus, un plan extrait du cadastre napoléonien du 19e siècle, Archives de la Manche, http://www.archives-manche.fr/

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche) LES REMPARTS DU PARC (Manche)

    Ci-dessus, deux documents extraits de ce même site : http://www.lemanoirduparc.com/

     

         On ne connaît pas la date de ce démembrement qui a pu avoir lieu entre 1205, année où Philippe Auguste, nouveau maître de la Normandie, donna Olonde à son fidèle serviteur Richard d’Argences et 1220, année où le registre des fiefs de Philippe-Auguste nous apprend que Guillaume d’Argences tenait la quatrième partie d’un fief de chevalier prés d’Olonde (…). Ce quart de fief de chevalier était le Parc, bien qu’il ne soit pas nommément désigné. Ce même Guillaume d’Argences possédait alors Ollonde (…).
         On notera que Olonde relevait aux 11e et 12e siècles de l’honneur du Plessis et que le plus ancien aveu du roi pour le fief du Parc (1403) mentionne que son possesseur doit au roi le service, au château du Plessis, d’un homme armé pendant dix jours. La coïncidence n’est peut-être pas fortuite. (...)

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)Ci-dessus, une photo par Xfigpower — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17573757

     

    Les seigneurs du Parc d’Ourville, famille d'Argences.

     

     Blason : « de gueules à la fleur de lys d’argent »

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     Cette famille tient son nom de la terre d’Argences qui est son fief d’origine. Argences est situé à 11km à l’est de Caen, prés de la RN13.
    Les membres de cette famille qui ont possédé le fief du Parc d’Ourville nous sont connus par les dotations qu’ils ont faites aux abbayes de Lessay et Blanchelande. (...)

         En 1275 et 1279, Pierre d’Argences, frère de Robert, était seigneur du Parc d’Ourville. Roger et Colin d’Argences rendent aveu au roi, en 1300, pour le fief du Parc d’Ourville.

     

    Ci-dessus, blason de la famille d'Argences par FoeNyx [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

     

    Les seigneurs du Parc d’Ourville : familles d’Estouteville, d’Argouges, de Clamorgan, de la Rivière (15s-16s)

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     On ne sait quand et dans quelles circonstances le Parc d’Ourville cessa d’appartenir à la famille d’Argences. 

         Collibeaux de Criquebeuf rendit aveu au roi pour le Parc d’Ourville, le 14 novembre 1403. Il était membre de la célèbre famille d’Estouteville.

     

    Blason : « Burelé d’argent et de gueules de 10 pièces au lion de sable brochant sur le tout, armé, lampassé et couronné d’or ». 

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     (...) Collibeaux de Criquebeuf est du nombre des 119 chevaliers de la garnison du Mont-Saint-Michel qui, sous les ordres de Louis d’Estouteville, résistèrent aux Anglais en 1417 (…) Collibeaux de Criquebeuf était devenu seigneur du Parc par son mariage avec Jeanne de Missy, dame du Parc et autres lieux. Il en rendit aveu au roi de France en 1403. A la suite des événements qui aboutirent à la reconquête de la Normandie par les Anglais (1417-1419), Henri V d’Angleterre confisqua le fief du Parc et le donna à Jehan d’Argouges à cause de la rébellion (c’est-à-dire la fidélité au roi de France) de Collibeaux de Criquebeuf.

     

    Ci-dessus,une photo extraite de http://www.normandiealaferme.com/normandie/manche/st-lo-d-ourville/ferme/la-ferme-du-manoir-du-parc/544259#prettyPhoto et blason de la famille d'Estouteville par Jimmy44Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Jimmy44., CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3791288

     

    Blason : « écartelé d’or et d’azur à trois quintefeuilles de gueules brochant sur le tout »  

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     Jean d’Argouges, sieur d’Argouges-en-Bessin, la Champagne, Gratot, Beaumont, Cosqueville, était le fils de Philippe d’Argouges et de Marguerite de la Champagne (tous deux sont inhumés dans l’église de Gratot). La sœur de Jean d’Argouges, Catherine, épousa Thomas de Clamorgan, seigneur de Saint-Pierre-Eglise. Tous tenaient le parti d’Henry V d’Angleterre. (...)
         Le 31 août 1429, un accord passé entre Jean d’Argouges et Thomas de Clamorgan fut confirmé à Vernon par l’oncle du roi Henry V d’Angleterre, Jean, régent du royaume de France et duc de Bedford. Par cet accord, Jean d’Argouges quitta, transporta et délaissa le fief du Parc à Thomas de Clamorgan, son beau-frère. (…)

     

    Ci-dessus, blason de la famille d''Argouges dessiné par O. de Chavagnac pour l'Armorial des As. http://dechav.free.fr/armorial/blason.php?id=Argouges

     

    Blason : « d’argent à l’aigle éployé de sable becquée et armée d’or ». 

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     Thomas de Clamorgan, cinquième du nom ; de la branche des seigneurs de Rauville-la-Place et Saint-Pierre-Eglise joua un certain rôle pendant la fin de la guerre de Cent-ans. Il s’était rallié aux Anglais et reçut de nombreux fiefs en Cotentin. Il fut vicomte de Coutances (…1424-1430…) et de Valognes (1429-1433) sous la domination anglaise.
         En 1436, il fut maintenu dans la possession de ses biens propres par le roi de France Charles VII, mais tenu de restituer à leur anciens propriétaires les biens que les Anglais lui avaient concédés. Cependant il était encore seigneur du Parc en 1438, année où il rendit aveu pour ce fief. (...)

     

    Ci-dessus, blason de la famille de Clamorgan par David Corroler  http://cg50.org/blasons/index.php

     

         Le fief du Parc fut restitué aux enfants de Collibeaux de Criquebeuf (...) Perrette d’Estouteville, dame du Parc et autres lieux, épousa Richard de la Rivière, seigneur de Gouvis (Gouvix, prés de Bretteville-sur-Laize, Calvados).

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     La famille de la Rivière est originaire de Saint-Germain-du-Crioult (Calvados, à 4,5 km à l’ouest de Condé-sur-Noireau et 5,5 km à l’est de Vassy). (…)

     

    Blason : « d’argent à trois tourteaux de sable, 2 et 1 ». 

     

         On ne sait quand et dans quelles circonstances le Parc passa de la famille de La Rivière à celle de Thieuville. (...)

     

    Ci-dessus, blason de la famille de la Rivière extrait de http://noblessenormande.free.fr/index.php?2007/06/21/23-la-famille-de-la-riviere

     

    Les Tieuville, Pierrepont et la descendance en ligne féminine des Pierrepont.

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     (…) L’état de la noblesse de 1640 nous renseigne en ces termes sur le seigneur du Parc :

         « Jacques de Thieuville, escuyer, sur du Parc. Homme vieil, a ung filz propre à servir, riche de 3000 livres tournois de rente ». Ce fils propre à servir (dans les armées royales) était Guillaume Alexandre de Thieuville qui, en 1646, était sieur d’Ourville à cause de son fief du Parc.

     

    Blason : « d’argent à deux bandes de gueules cotoyées de sept coquilles de même posées deux, trois et deux »

     

    Ci-dessus, blason de la famille de Thieuville extrait de https://www.geneanet.org/gallery/?action=detail&rubrique=blasons&id=6966920&desc=blason CC-BY-NC-SA 2.0 Creative Commons 

     

     LES REMPARTS DU PARC (Manche)    Guillaume Alexandre de Thieuville décéda probablement sans postérité car le mariage, en 1626, de Marie de Thieuville, fille de Jacques, avec François de Pierrepont fit passer le Parc dans cette famille.

     

     

    Ci-dessus, blason de la famille de Pierrepont dessiné par O. de Chavagnac pour l'Armorial des As http://dechav.free.fr/armorial/blason.php?id=Pierrepont

     

    Les propriétaires du Parc d’Ourville depuis 1798. Familles Coquoin, Gayard, Villault-Duchesnois, Viellard, Giard.

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     4 Brumaire an VII (25 octobre1798) : Me Langlois, notaire à Valognes : vente du Parc par Anne Eustache Rose Charlotte Osmond, « veuve » (sic !) de M. le marquis de Sainte-Suzanne, demeurant à Golleville, à M. Jean François Coquoin, magistrat, demeurant à Bricquebec (En réalité, le marquis avait émigré, ils divorcèrent pour les besoins de la cause et se remarièrent en 1802).

         (…) Par testament du 9 avril 1831, Jean François Coquoin, qui avait épousé Adélaïde Cécile Victoire Nicolle (décédée le 1er août 1838) lègue le Parc à ses descendants qui en reçoivent pluiseurs parts...

     

    Le Parc est alors partagé entre plusieurs propriétaires membres de la famille Coquoin. [NDB

     

         Ainsi, en 1840, Mme Sorel (née Coquoin) et Mme Gayard (née Coquoin) deviennent propriétaires du Parc chacune pour 18/36.

         Le 17 septembre 1859, Pauline Marie Victoire Coquoin, épouse d’André Gayard se rend adjudicataire de la totalité du Parc et en devient ainsi la seule propriétaire (...).

         Pauline Marie Victoire Coquoin, épouse d’André Gayard, décède à Passy (Seine) le 9 juillet 1868.

         Lors du partage de sa succession entre ses deux enfants (André Gayard, receveur des finances à Loudéac, et Marie Blanche Gayard alors mineure) par acte sous seing privé, le Parc est attribué à Marie Blanche Gayard le 2 janvier 1870.

         Marie Blanche Gayard épousa Marie-Ernest-Hippolyte marquis de Perthuis. Elle décéda en son domicile, 26 rue Bayard à Paris, le 30 avril 1936. (...) elle établit comme sa légataire à titre particulier Mme Suzanne Henriette Mathilde de Rosalie Villault-Duchesnois (née à Paris le 21 novembre 1908) épouse (contrat de mariage du 15 novembre 1930) de M. Jean Ulrich Léon Viellard, ingénieur, domiciliés à Morvillars (Territoire de Belfort). (...)

         Mme Viellard a apporté le domaine du Parc d’Ourville à la « Société Civile Immobilière du Cotentin », constituée au terme d’un acte reçu par Me Screpel, notaire à Belfort, le 29 avril 1969 (…)

         Le 23 juin 1977, La « Société civile immobilière du Cotentin » a été transformée en groupement Foncier Agricole sous la dénomination de « Groupement Foncier Agricole du Cotentin »

         Le 30 octobre 1998, le Groupement Foncier Agricole du Cotentin (...) vend le Parc à la S.A.F.E.R. de Basse-Normandie (...). Le 28 décembre 1998, par acte devant ledit Me Reynaud, la S.A.F.E.R. a vendu le Parc au groupement Foncier Agricole familial des Vicklands (...) En mars 1999, le GFA loue par bail à long terme les terres et bâtiments du Parc à M. Valentin Giard qui s’y installe en tant qu’exploitant agricole. » [2]

     

         Le manoir du Parc d'Ourville est donc la propriété depuis décembre 1998 de la famille Giard. [NDB]

     

    Architecture

     

    LES REMPARTS DU PARC (Manche)     « Le manoir du Parc de Saint-Lô-d'Ourville est une demeure seigneuriale de la Manche. Initialement, il existait un château primitif des 11e et 12e siècles avec motte. Il est détruit sur l'ordre de Philippe Auguste au début du 13e siècle.

         La construction du manoir a débuté aux environs de 1400, s'est poursuivie dans les années 1500-1540 et s'est terminée aux environs de 1600.

         La chapelle située à proximité date de 1450 environ. Les communs s'échelonnent du 15e au 17e siècle.

         Il s'agit d'un ensemble manorial complet, avec logis seigneurial et logis en dépendance protégés par un mur défensif, chapelle, colombier, moulin, pressoir, douves, vivier, jardin fossoyé et bâtiments agricoles en cour fermée autour du logis. L'ancien donjon, modifié, est collé à l'arrière du bâtiment. 65 marches dans la tour mènent à la salle de guet, dont la plateforme supérieure est bétonnée par les Allemands pour en faire un poste d'observation.

         Il est acquis en 1998 par Valentin et Laëtitia Giard, exploitants agricoles, qui lancent de gros travaux de restauration. » [3]

     

    Protection :

     

         « Le manoir du Parc est inscrit aux Monuments historiques par arrêté du 27 novembre 2000. En 2007, un incendie détruit un toit en chaume et 300 m² de bâtiment. En 2015, l'association des vieilles maisons françaises (VMF) distingue sa restauration par une récompense de 20 000 euros. » [3]

     

    Le manoir est ouvert à la visite sur réservation.

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait du site http://www.lemanoirduparc.com/

    [3] Extrait de https://www.wikimanche.fr/Manoir_du_Parc_(Saint-L%C3%B4-d%27Ourville)

     

    Bonnes pages :

     

    O Site officiel : http://www.lemanoirduparc.com/

    O https://www.tendanceouest.com/actualite-111871-le-manoir-du-parc-d-ourville-chef-d-oeuvre-en-peril.html

    O http://www.lemanoirduparc.com/pages/le-manoir-du-parc-dans-l-histoire/les-blasons-des-familles-du-parc.html

    O http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/manoirs-manche-manoir-a-saint-lo-ourville-manoir-du-parc.html

    « LES REMPARTS DE HOTOT-en-A. & BEUVRON-en-A. (Calvados)LES REMPARTS DE MEREY (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :