• LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

    Ci-dessus à gauche, photo de Gilloudifs 

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « Le manoir ou château de Vauville est une ancienne demeure seigneuriale du Cotentin, située à Vauville (Manche) dans la Hague. (…) Du premier château, construit en 1163 par Richard, il ne reste que le donjon. Le bâtiment actuel comprend deux corps bâtis en angle droit du 17e siècle s'appuyant sur le vieux donjon. (...)

         Il a été véritablement (re-)construit par François-César de Costentin, seigneur de Vauville par de sa femme, et frère du maréchal de Tourville. (…)

         Un temps propriété du général Lemarrois, il appartient aujourd'hui à la famille Pellerin-de Turckheim. Éric Pellerin et son épouse ont conçu le jardin botanique en 1947 et l'on peut y visiter aujourd'hui la plus grande palmeraie du nord de l'Europe. » [1]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

     Plan de situation du château de Vauville ; blason de la famille de Vauville par Gilloudifs.

     

     LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

     

    Histoire

     

         « Une grande partie de l'histoire du manoir de Vauville disparaît avec la destruction des Archives départementales durant le bombardement de Saint-Lô, lors de la Seconde Guerre mondiale. Mais quelques éléments nous sont parvenus. » [1]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     Gerville, 1825 : « A trois lieues de Cherbourg, vers l'ouest, au bord de la mer, on trouve la paroisse de Vauville, dont un seigneur était avec le duc Guillaume à la conquête d'Angleterre ; son nom est dans la liste de la Chronique de Normandie, imprimée chez le Megissier. Richard de Vauville, un de ses successeurs, fonda, dans le siècle suivant, le prieuré de Saint-Michel (aujourd'hui Saint-Ermel), sur le mont de Vauville ; Algare, alors évêque de Coutances, ratifia cette fondation. Sous le règne de Philippe-Auguste, un autre Richard de Vauville tenait, de la baronnie (de honore) de Lithaire, un fief de chevalier à Vauville ; Guillaume de Vauville tenait de la même baronnie un fief de haubert (loricae) à Omonville-la-Roque. Parmi les bienfaiteurs de l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte, durant le 12e siècle, je trouve que Richard et Guillaume de Vauville donnèrent à ce monastère l'église de Saint-Jean de-Jersey, et la moitié de celle de Fontenay-sur-le-Vay. La famille des anciens seigneurs de Vauville était naguère établie dans le diocèse de Bayeux, et particulièrement à Sept-Vents, canton de Caumont. Dumoulin, dans son ancienne histoire de Normandie, cite un catalogue des nobles qui allèrent à la Terre-Sainte, copié sur un manuscrit de la cathédrale de Bayeux. Les armes des Vauville, d'après ce catalogue, sont de gueules, à six merles d'argent : Chevillard Livre noir de l'évêché, les donne un peu différentes, de gueules au pal aiguisé d'argent, accompagné de six merlettes de même, trois de chaque côté. Photo ci-dessus par Gilloudifs.

     

         Sous le règne de Saint-Louis, il y avait un château à Vauville : le bienheureux Thomas Hélie de Biville y mourut en 1250.

         Dans le 14e. siècle, la famille de la Haye possédait la seigneurie de Vauville.

             Elle passa aux Sauvage. Vers la fin du 17e siècle, Jeanne, fille et héritière de Julien le Sauvage, seigneur de Vauville, épousa César de Costentin, frère aîné du maréchal de Tourville : ce fut lui qui bâtit le château appartenant aujourd'hui au lieutenant-général Le Marrois. On voit que ce château est bâti sur la place de l'ancien. Une partie de ses tours et de ses défenses existait encore il y a cent ans. Le fils de César de Tourville, qu'on appelait le comte de Vauville, vint s'y réfugier après avoir tué, dans un accès de jalousie, M. Hellouin, bailli de Périers. Après s'y être caché longtemps, il obtint sa grâce en levant la fierte de Saint-Romain, suivant un privilége du chapitre métropolitain de Rouen. On montrait encore naguère, au château de Vauville, la chambre où mourut le bienheureux Thomas de Biville. La seigneurie de Vauville était un plein-fief de haubert, dépendant avant la révolution de la baronnie de Briquebec. Il y avait jadis un marché le mercredi, et une foire le jour Saint-Maurice. En 1520, les Anglais y firent une descente, pillèrent le bourg et brûlèrent les halles. Nous avons vu quelles étaient les armes des anciens Vauville. Celles de Carbonnel sont coupées de gueules et d'azur, à trois bésants, d'hermine 2 et 1. Les Le Sauvage-de-Vauville portaient d'azur, au tronc d'arbre d'argent, accompagné en chef de deux glands d'or, et en pointe de deux feuilles de chêne du second émail. Costentin-de-Tourville portait de gueules au dextrochère, tenant un épée d'argent surmontée d'un heaume de même. » [2] 

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

     Plan ci-dessus à gauche extrait du cadastre napoléonien de 1818, Archives de la Manche, http://www.archives-manche.fr/ ; photo aérienne à droite extraite du site Géoportail.

     

         « Le fief de Vauville était un plein fief de haubert mouvant de la baronnie de Bricquebec.

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     Richard de Vauville entreprend en 1163 la construction d'une demeure seigneuriale dont il ne reste aujourd’hui qu'un donjon semblable à celui du château de Beaurepaire à Martinvast. Il fait construire également le prieuré de Saint-Hermel, situé sur une colline au nord-est de Vauville. Ce prieuré dépendait de l'abbaye de Cerisy-la-Forêt. C'est à la même époque que l'on peut situer la reconstruction de l'église de Vauville, située sur le même fief.

         Sous le règne de saint Louis, la présence de la demeure est attestée : le bienheureux Thomas Hélye de Biville y mourut en 1257 [https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_H%C3%A9lye]. » [1]

     

         « Vauville vint ensuite aux de la Haye. Jacques de la Haye, seigneur de Vauville en 1543 n'eut qu'une fille, mariée à François d'Harcourt, baron de Beuvron et bientôt séparée de lui. » [3]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « Après elle, Vauville eut pour seigneur Louis Le Poupet, dont la famille, anoblie en importait : d'azur à la croix pattée d'or, accompagnée de 3 croissants de meme, 2 en chef et 1 pointe. Louis Le Poupet épousa Jeanne de Pirou, l'une des trois sœurs de Jean, seigneur de Fermanville, Gonneville, etc. Il mourut sans enfants, et eut pour héritier son neveu Julien qui gaspilla, en quelques années, toute sa fortune.
         Les Le Sauvage, qui lui succédèrent, étaient originaires de Pierreville et avaient été anoblis en 1422. Ils portaient :
    d'azur au tronc de chene d'argent à 3 écots, 2 ci droite et 1 à gauche, pose en pal et accompagné en chef de 2 glands, le fruit d argent et l'ecorce, d'or, et en pointe de 2 feuilles d'argent.   


    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     Le premier, qui fut seigneur de Vauville, est François, fils de René et de Marie Hamon. Il y mourut célibataire, le 30 mai 1631, et eut pour héritier son frère Julien, déjà seigneur et patron de Saint-Marcouf, Fontenay, Pierreville, Quettehou, Valognes, etc. Julien Le Sauvage avait épousé Françoise de Grimouville qui mourut sans enfants, le 2 novembre 1634 Il épousa en secondes noces Anne de Cotentin de Tourville, dont la famille allait briller d'un si vif éclat sous le règne de Louis XIV. Il en eut une fille, Jeanne-Marie, qui, en novembre 1663, épousa son cousin, César de Cotentin, frère aîné du maréchal de Tourville, et, comme lui, d'une bravoure à toute épreuve. C'est ce nouveau seigneur qui rebâtit et transforma le château. Il mourut en 1697, après vingt-deux ans de maladie. » [6]

     

         « Une partie de ses tours et de ses défenses existait encore dans les années 1720, mais furent peu à peu démolies.

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     François-César et Jeanne de Tourville eurent deux fils qui leur survécurent, seigneurs successifs : Jean-Michel de Costentin, dit le « marquis de Tourville », puis Jean-Baptiste César de Costentin, dit le « comte de Vauville ». Ce dernier vint se réfugier à Vauville, après avoir tué dans un accès de jalousie, M. Hellouin, sieur d'Ancteville, bailli de Saint-Sauveur-Lendelin. Après s’y être caché longtemps, il obtint sa grâce en levant la « fierté de saint Romain », suivant un privilège du chapitre métropolitain de Rouen. » [1]

     

    Ci-dessus, blason de la famille de Costentin de Tourville par Jimmy44 Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Jimmy44., CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=10387459

     

         « Après les Tourville, M. Saffray, de Caen, devint propriétaire du château. Sa veuve, Thérèse du Mesnildot le vendit vers 1810 au lieutenant-général comte Le Marois, dans la famille duquel il est resté jusqu'en 1890. » [3]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     Le général Jean Le Marois (1776-1836), [https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Le_Marois] député de la Manche et aide de camp de Napoléon, fut également propriétaire de Vauville. (…)

     

         En 1837, Polydore Le Marois [https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Polydore_Le_Marois], le fils du général Jean Le Marois, détruisit la porterie où mourut le bienheureux Thomas Hélye, [https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_H%C3%A9lye] aumônier de Saint Louis, dont le tombeau se trouve dans l'église paroissiale de Biville. Les communs qui conféraient au château son allure féodale furent détruits à la même époque. (...)

         Sous sa forme actuelle, ce sont les mêmes propriétaires qui, depuis plus de cent ans, entretiennent et restaurent le château qui fut pillé et fortement endommagé lors de la Seconde Guerre mondiale. (…)

         Il appartient aujourd'hui à la famille Pellerin-de Turckheim. » [1]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

     

    Architecture

     

         « Les bâtiments actuels, formés de deux corps de logis bâtis à angle droit et reliés par la tour, furent érigés entre la fin du 16e siècle et le début du 17e siècle.

         Construit en pierres du pays avec des murs qui, par endroits, mesurent près d'un mètre d'épaisseur, des fenêtres à meneaux et de larges cheminées, le château de Vauville, couvert d'une toiture en schiste, demeure l'un des plus beaux exemples d'architecture des maisons fortes du Nord-Cotentin.

         Le colombier, construit en 1732 à l'extérieur du mur d'enceinte, est caractéristique des bâtiments d'accompagnement de l'édifice principal. Il contient plus de mille cases (ou boulins). » [1]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « La châtelaine actuelle (1928) est madame Gayard, belle-soeur de M. Fleury, sénateur de l'Orne, qui veut bien nous accueillir. Elle nous fait voir l'extérieur de l'habitation qui présente des parties intéressantes.

         Celle-ci se compose de deux corps de logis, se coupant à angle droit, reliés ensemble par une sorte de donjon ; qui renferme un vaste escalier en spirale s'enroulant autour d'un pilier carré. En haut, se trouve une chambre à voûte ogivale que surmonte une terrasse, de laquelle la vue s'étend fort loin ; les lucarnes de fenêtres à meneaux sont historiées. On retrouve encore à l'entour des vestiges des anciennes défenses. En arrière, se dressent des collines abruptes (l'une d'elles a 134 mètres d'altitude) sur lesquelles se voient, dit-on, les restes de monuments celtiques.
         C'est sur l'autre versant de ces coteaux qu'eut lieu en août 1923 le congrès de vol à voile. On se rappelle les records de Maneyrol et du lieutenant Thoret, et aussi la mort tragique de l'aviateur Hemmerdinger. » [3]

     

    Protection

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « Les façades et toitures du château, du colombier et de l'ancien fort en bordure de mer avec sa maison de gardien, ont été inscrites le 5 mai 1972 au titre des monuments historiques. (…) Le jardin depuis 1992... classé jardin remarquable en 2004. » [1]

     

    Le jardin

     

         « Créé en 1947 par Éric et Nicole Pellerin, le jardin botanique du château de Vauville occupe plus de 40 000 m2. Il abrite plus de 500 espèces de l’hémisphère austral ce qui lui confère une atmosphère subtropicale. [https://fr.wikipedia.org/wiki/Jardin_botanique_du_ch%C3%A2teau_de_Vauville] » [1] Ci-dessous vidéo youtube :

     

     

    A proximité :

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « L'église Saint-Martin (nef du 12e siècle) abrite un bas-relief du 15e (L'Éducation à la Vierge) classé à titre d'objet. Elle est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Bienheureux Thomas Hélye de la Hague du doyenné de Cherbourg-Hague. » [1]

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)     « Le fort de Vauville, classé Monument Historique, a été bâti au 18ème siècle et pensé par l'architecte de Louis XIV, Sébastien de Vauban. Cette petite place forte a été construite dans le but de protéger les côtes françaises. » [4] Photo ci-contre par Gilloudifs.

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

    A droite ci-dessus, photo de Gilloudifs

     

         « Le prieuré Saint-Hermel ou Saint-Michel de Vauville … est fondé en 1147 par Richard de Vauville, chevalier compagnon de Guillaume le Conquérant. Il était rattaché à l'abbaye Saint-Vigor. Construit dans les landes, il domine à 90 mètres d'altitude l'anse de Vauville. Les moines bénédictins quittent les lieux après la Révolution française, qui sont exploités par des agriculteurs entre 1927 et 1939.

         Les Allemands, qui occupent le prieuré durant la Seconde Guerre mondiale, détruisent plusieurs bâtiments. Il est restauré à partir de 1958. La chapelle est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 7 février 1975. Avec le logis, les communs et le pigeonnier, elle forme la cour intérieure quadrangulaire de 30 mètres de côté, dont l'accès se fait par une porte charretière et une porte piétonne. Il a été peint par Jean-François Millet. » [5] 

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait des « Anciens château de l'arrondissement de Cherbourg » par Charles de Gerville, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Volume 1, Société des antiquaires de Normandie, 1825 ; https://books.google.fr/books?id=ruAAAAAAYAAJ&pg=PA224#v=onepage&q&f=false

    [3] Extrait du Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne ; Éditeur :  Société historique et archéologique de l'Orne (Alençon) notice. Date : 1928-01 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5470064t/f114.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20vauville%22

    [4] Extrait de http://www.manchetourisme.com/meuble-de-tourisme-fort-de-vauville-a-la-hague/hlonor050v50vngf

    [5] Extrait de https://www.wikimanche.fr/Prieur%C3%A9_Saint-Hermel_(Vauville)

    [6] La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc.. Manche 1re [-2e] partie. Éditeur : Lemale & Cie, impr. édit. (Le Havre) notice. Date : 1899 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6480990w/f59.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20vauville%22?rk=85837;2

     

    LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche)

    Ci-dessus photos par Gilloudifs

     

    Bonnes pages :

     

    O http://www.jardin-vauville.fr/

    O https://www.wikimanche.fr/Ch%C3%A2teau_de_Vauville

    O http://chateau.over-blog.net/manche-chateau-de-vauville.html

    O https://www.cotentine.fr/normandie/le-cotentin/la-hague/vauville

    O Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne ; Éditeur :  Société historique et archéologique de l'Orne (Alençon) notice. date : 1928-01 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5470064t/f114.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20vauville%22

    O La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc.. Manche 1re [-2e] partie. Éditeur : Lemale & Cie, impr. édit. (Le Havre) notice. Date : 1899 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6480990w/f59.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20vauville%22?rk=85837;2

    O http://leprieuredevauville.overblog.com/

    O Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie

    Éditeur : Ponthieu et Delaunay (Paris) notice.date : 1856

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57299857/f355.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20vauville%22

    O http://jardinbernard.canalblog.com/archives/2013/12/02/28472677.html

    O https://hervelenain.photoshelter.com/gallery/Jardin-du-chateau-de-Vauville/G0000E1x0oYsclo0/

    O http://www.cotentinvuduciel.org/Album/VauvilleJardin/diapo-04.html

    « LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)LES REMPARTS DU VIEUX-MONTFORT (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :