• LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)

    LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)

     

    Ci-dessus, à gauche, une photo extraite du site Google Earth ; au centre, la motte de Saint-Quentin-de-Blavou et à droite, la motte de Saint-Julien-sur-Sarthe, deux photos extraites d'un site néerlandais très complet et fort bien documenté sur les mottes en Europe dont celles de Normandie : http://www.basaarts.nl/vraagbaak.php A droite, il ne s'agit pas des Larry mais de la Motte de Saint-Julien-sur-Sarthe.

     

    Les mottes de Saint-Quentin-de-Blavou et de Saint-Julien-sur-Sarthe :

     

         On trouve sur le territoire de Saint-Quentin-de-Blavou le site d'une motte castrale au lieu-dit la Motte-Saint-Quentin, près du hameau des Larry. A 700 m à l'ouest de celle-ci, à la Motte, se trouve l'emplacement d'une autre motte féodale, située elle sur le territoire de Saint-Julien-sur-Sarthe (ce qui explique que, parfois, on trouve l'indication des mottes de Saint-Quentin-de-Blavou...). [NDB]

     

    LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)    LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)

     

    Plan de situation des mottes de Saint-Quentin-de-Blavou (La Motte-Saint-Quentin) et de Saint-Julien-sur-Sarthe (La motte) ; blason de la commune de Saint-Quentin-de-Blavou adopté en 2011 extrait de https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=18587

     

    LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)

     

    Ci-dessus, à gauche le site de la motte de Saint-Julien-sur-Sarthe (La Motte) et à droite le site de la motte de Saint-Quentin-de-Blavou (La Motte-Saint-Quentin), photos extraites du site Google Earth.

     

         « L'histoire médiévale a fortement marqué la région. La centenie de Corbon, qui apparaît dès le 9e siècle, va constituer le noyau du comté du Perche. C'est à cette époque que les Normands, ou leurs vassaux, cherchent à remonter les cours d'eau et pour se protéger les habitants du Perche vont ériger mottes et châteaux forts. Ces mottes ont été très nombreuses puisqu'il existe une trentaine de toponymes dans la région de Mortagne. Bien qu'elles paraissent à première vue dispersées et isolées, elles constituent en réalité un ensemble défensif dense, le long de la frontière avec la Normandie, matérialisée par le cours de la Sarthe depuis sa source jusqu'à Barville. Il y avait la motte du Jarrier à Champeaux-sur-Sarthe, celle de Longpont à La Mesnière, celle de Poix, de la Motte à Bazoches-sur-Huisne, les mottes de Buré et de Montisambert, celles de Saint Quentin-de-Blavou. Souvent les mottes ont été installées sur les buttes-témoins crétacées, dominant la plaine jurassique. Ce système défensif était complété par de nombreuses places fortes : celle du Mêle-sur-Sarthe, côté normand et qui dépendait des Montgommery, celle de Mortagne, pièce maîtresse du comté du Perche avec Nogent-le-Rotrou, mais aussi celles de Vauvineux à Pervenchères, de Mauves-sur-Huisne, de la Vove qui défendait la vallée de l'Huisne, de Boissy-Maugis qui commandait la vallée de la Commeauche. Des souterrains militaires datant de cette période ont pu être reconnus à la Vove et à Boissy-Maugis.

         À la fin du 12e siècle le comte du Perche, comme l'évêque de Sées, se rallient à Philippe Auguste. Peu après, en 1204, la Normandie est rattachée à la France, suivie bientôt par le comté du Perche en 1227. » [1]

     

    LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne)

     

    Ci-dessus : à gauche, un extrait de la carte de Cassini ; au centre un extrait de la carte d'Etat-Major ; à droite, une photo aérienne ; trois documents extraits du site Géoportail.

     

         " Le territoire est vers 1031 le théâtre d'une bataille entre les troupes du duc de Normandie Robert le Magnifique et celles de Guillaume de Bellême. " [2]

     

         " Selon Guillaume de Jumièges, Robert le Magnifique dut encore affronter vers 1027-1028 une autre rébellion, celle du seigneur de Bellême, Guillaume Ier, qu'il alla assiéger dans sa forteresse d'Alençon. En réalité, le duc cherchait sans doute à reprendre le contrôle de la frontière sud du duché. La famille de Bellême, au contraire, entendait profiter de sa position marginale pour constituer sa propre principauté. Bellême était situé dans le Maine, mais appartenait au diocèse de Sées, en grande partie contrôlé par cette famille. Alençon se trouvait en Normandie, tout près de la Sarthe, qui marquait dans ce secteur la frontière avec le Maine. La famille de Bellême se montrait très turbulente et les nombreux fils de Guillaume Ier lançèrent des raids de pillage à travers la Normandie.
         Les opérations se poursuivirent d'ailleurs dans le Maine, où plusieurs de ces fils trouvèrent la mort dans une bataille rangée qui les opposa à des fidèles du duc, à Saint-Quentin-de-Blavou (canton de Pervenchères, Orne). Guillaume Ier de Bellême apprit la nouvelle alors qu'il était déjà gravement malade. « Profondément touché par la douleur qu 'il ressentait dans son cœur, il mourut aussitôt », nous dit Guillaume de Jumièges. La région retrouva un calme passager, mais de nouveaux troubles devaient se produire après la mort du duc Robert, sous les successeurs de Guillaume Ier, et en particulier sous son fils Guillaume II Talvas. " [3]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://ficheinfoterre.brgm.fr/Notices/0252N.pdf

    [2] Extrait de Wikipédia

    [3] Extrait de La Normandie des ducs aux rois : 10e-12e siècle par François Neveux (1944-....). Éditeur : Ouest-France (Rennes) 1998.

     

    Bibliographie :

     

    O Ganivet (Michel). Site oublié : les mottes de Saint-Quentin-de-Blavou et Saint-Julien-sur-Sarthe (site du Larry). Cahiers percherons, n° 53, 1er trim. 1977, pp. 33-35, fig.

    « LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGOVILLE (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :