• LES REMPARTS DE SEES (Orne)

    LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne)

     

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)     La cathédrale de Sées : « Depuis l’édifice initial construit vers 440 par Saint Latuin, premier évêque sagien, cinq constructions se sont succédé sur le même emplacement, au fil des guerres et des restaurations.

    Ci-contre : Sées et sa cathédrale vers 1860, par Ludwig Robock in http://www.visites-p.net/gravure-ancienne-du-jour/normandie-sees-1860.html

         D’autres édifices religieux ont vu le jour à la suite de la cathédrale : l’abbaye Saint-Martin, fondée au 6e siècle par des moines Bénédictins puis détruite et reconstruite au fil des invasions ; l’enclos des Cordeliers, créé au 13e siècle par des moines Franciscains… Les constructions catholiques se sont multipliées aux 17e et 19e siècles, marquant le paysage urbain de Sées. http://www.ville-sees.fr/visiter-sees/lhistoire-de-sees/

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)     « A Sées, (…) la muraille antique fut partiellement abattue au début du 11e siècle afin de permettre la reconstruction de la cathédrale.

         Autour de l'édifice, existait à cette époque un bourg unique, bientôt nommé « bourg l'évêque », auquel s'ajouta plus tard un bourg-neuf qui fut appelé bourg-le-comte (car il dépendait du comté d'Alençon). Un troisième bourg se développa à partir de l'abbaye Saint-Martin. Sées était donc une ville à plusieurs noyaux. (...) à Sées, on dut en rester aux fortifications provisoires entourant les éléments les plus sensibles de la ville. Il n'y eut pas seulement un fort, comme à Lisieux, mais trois : un dans chaque bourg. » (…) Schéma ci-dessus extrait de http://www.ville-sees.fr/visiter-sees/lhistoire-de-sees/

         [Le « fort » Saint-Gervais enserrait le quartier-cathédrale ; le « fort » Saint-Pierre protégeait le cœur du Bourg-le-Comte et le « fort » Saint-Martin autour de l'abbaye du même nom ](F. Neveux : L'urbanisme au Moyen Âge dans quelques villes de Normandie in L'architecture normande au Moyen Âge, I, p.280]

         « A Sées, il y avait trois autorités, qui disposaient chacune du pouvoir sur l'un des bourgs : celles de l'évêque, de l'abbé de Saint-Martin et du comte d'Alençon. Toutefois, la ville était surtout coupée en deux, par l'Orne : au Nord, le bourg-l'Evêque relevait de la juridiction royale ; au Sud, le reste appartenait au comté (puis au duché) d'Alençon. »

    D'après Neveux François. Trois villes épiscopales de Normandie du XIIIe au XVe siècle. Esquisse d'une étude comparative. In Cahier des Annales de Normandie n°23, 1990. Recueil d'études en hommage à Lucien Musset. pp. 361-369 ; doi : 10.3406/annor.1990.4046 http://www.persee.fr/doc/annor_0570-1600_1990_hos_23_1_4046

     

    LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne)

     

         En lutte contre le duc de Normandie Geoffroy Plantagenêt, le roi Louis VII saccagea la ville en 1150 et la cathédrale fut incendiée... http://36000communes.canalblog.com/archives/2014/01/22/29013302.html et « Vingt-quatre années plus tard, Henri au Court Mantel, révolté contre Henri II, entreprit le siège de Sées, dont il voulait faire une place de communication entre la haute et la basse Normandie (1174) ; mais les bourgeois lui opposèrent une si vigoureuse résistance, qu’il fut obligé de lever le siège. » Sées et Exmes, article de 1859 d'Edmond de Manne in « Histoire des villes de France » d'Aristide Guilbert http://www.visites-p.net/gravure-ancienne-du-jour/normandie-sees-1860.html

         La cathédrale fut gravement endommagée pendant la guerre de 100 ans.

     

    LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne)

     

         En 1356 « Philippe de Navarre déclara la guerre au roi Jean, pour venger son frère Charles le  Mauvais, prisonnier au château d’Andely, et il enleva Sées au comte d’Alençon. Celui-ci ne fut pas longtemps à reconquérir celte ville ; mais elle lui fut reprise en 1363, et mise à sac par Charles d’Artois, comte de Longueville, dont les troupes s’étaient, retranchées dans l’abbaye de Saint-Martin. Sées, pendant les guerres du 15e siècle, tomba au pouvoir des Anglais, dès leur entrée en Normandie (1417) ; les Français les en chassèrent, l’année suivante, mais ils ne purent s’y maintenir, et les Anglais s’en étant saisis encore une fois (1433), conservèrent la place jusqu’à leur expulsion définitive de la province. » Sées et Exmes, article de 1859 d'Edmond de Manne in « Histoire des villes de France » d'Aristide Guilbert http://www.visites-p.net/gravure-ancienne-du-jour/normandie-sees-1860.html

         Elle eut aussi à subir les assauts successifs des protestants pendant les guerres de religion, notamment Coligny en 1563 puis Montgommery en 1568. http://36000communes.canalblog.com/archives/2014/01/22/29013302.html

    « La ville est prise par Henri de Navarre au début de 1590. » [Wikipédia]

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)     Au 18e siècle, les trois bourgs se réunissent pour ne former qu’une seule entité. La ville se transforme et se développe grâce à de nombreux aménagements : destruction des portes fortifiées à l’entrée de la ville, pavage des rues, curage de l’Orne, construction du lavoir du Vivier, création d’une promenade plantée d’arbres et d’un plan d’eau sur le Cours des Fontaines, assèchement des marais à l’ouest… http://www.ville-sees.fr/visiter-sees/lhistoire-de-sees/ ; représentation ci-dessus de l''abbaye Saint-Martin de Sées au 18e siècle : photo par Dom Germain — Bibliothèque nationale de France, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=35766526

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)   « Sées n’a, du reste, rien conservé de son ancienne physionomie ni de l’aspect guerrier qu’il eut au moyen âge : la porte Sagory, sur la route d’Alençon, qui était flanquée de quatre grosses tours, dernier vestige des temps féodaux, a été démolie en 1724. » Sées et Exmes, article de 1859 d'Edmond de Manne in « Histoire des villes de France » d'Aristide Guilbert ; http://www.visites-p.net/gravure-ancienne-du-jour/normandie-sees-1860.html  

     

    LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne)

     La tour d'Argentan : Photo 1 : http://www.paris-normandie.fr/loisirs/c-est-l-ete1/dans-l-orne-l-histoire-mouvementee-de-sees-XJ3812330 Photo 2 : http://www.musilumieres.org/visiter-sees-et-alentours/parcours-historique/ Photo 3 : By Benjism89 (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) Photo 4 : http://tourisme-sees.fr/en/photos/#jp-carousel-344

     

         « Deux tours, l’une vers Argentan et l’autre vers Alençon, rappellent les anciennes portes de la ville, à l’époque où il fallait payer l’octroi pour franchir l’enceinte urbaine. La tour d’Argentan délimitait le quartier « de l’autre monde », le cimetière ayant été installé par delà la muraille… http://www.musilumieres.org/visiter-sees-et-alentours/parcours-historique/

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)     En face de la basilique s’élève la tour d’Argentan. Elle date du 15e siècle. Jusqu’en 1760, une autre tour lui faisait face pour former l’une des portes d’entrée de la ville. Il reste peu de traces des fortifications de Sées. La tour d’Argentan est l’une des dernières. (...)

         Vestige de l’époque médiévale, la motte castrale a été construite au 11e siècle. Ce poste d’observation a été édifié comme symbole de l’autorité seigneuriale mais il servait aussi à la protection du bourg. La butte artificielle fait onze mètres de haut, ce qui lui permettait d’être au même niveau que la cathédrale située sur la ville haute. »

    http://www.paris-normandie.fr/loisirs/c-est-l-ete1/dans-l-orne-l-histoire-mouvementee-de-sees-XJ3812330

    LES REMPARTS DE SEES (Orne)  LES REMPARTS DE SEES (Orne)

    Plan hypothétique des remparts de Sées

     Blason par Chatsam — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18101336

     

    LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne) LES REMPARTS DE SEES (Orne)

    La motte castrale : Photo 1 : http://www.musilumieres.org/visiter-sees-et-alentours/sees-cite-aux-trois-bourgs/ Photo 2 : http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/sortie/jep-decouverte-de-la-motte-castrale-sees.htmlou http://tourisme-sees.fr/en/photos/#jp-carousel-360 Photo 3 : http://tourisme-sees.fr/en/photos/#jp-carousel-412

    « La motte castrale

         Elle fut construite à l’orée du 11e, sans doute par Yves de Bellême qui était à la fois évêque de Sées et héritier du comte de Bellême.

         Ce tertre artificiel de 11 m de haut, d’inspiration viking, était autrefois surmonté d une construction en bois ou en pierre. A son sommet, on se trouve à la même altitude que la base de la Cathédrale située sur la « ville haute »

         Symbole de l’autorité seigneuriale et poste d’observation pour la défense du bourg, cette butte est contemporaine d’une série de mottes qui s’inscrivaient dans un schéma défensif sur une ligne frontière entre le Maine et la Normandie.

         Elle était entourée d’une basse cour fortifiée, dont le tracé circulaire est encore perceptible dans le réseau des rues. Cette enceinte comprenait l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre-du-Château, à l’emplacement même de la première chapelle fondée en même temps que la fortification castrale.

         L’ensemble était encerclé d’eau et de muraille. Les larges fossés se remplissaient facilement, car la nappe phréatique affleure en ce quartier.

         Osmond de Sées est né en cet endroit en 1050. Il fut comte de Sées puis évêque de Salisbury, chancelier d'Angleterre et conseiller privé du roi Guillaume le conquérant avec lequel il avait mené la bataille d’Hastings. Canonisé au 14e, Osmond est représenté dans un vitrail de la cathédrale.

         Le château comtal, appelé "fort Saint-Pierre" pendant la guerre de Cent ans, fut comme les autres fortifications de la région l'objet de nombreuses luttes entre Français et Anglais. Endommagé puis réparé à plusieurs reprises, il fut occupé par les Anglais de 1417 à 1450. Démantelé dans la seconde partie du 15e, il fut englobé dans l’enceinte urbaine, puis en partie intégré au domaine de I'Hôtel Dieu à l'époque moderne.

         La porte d’Alençon, qui contrôlait l’entrée sud de la ville entre l'Hôtel Dieu et l'église Saint-Pierre, fut détruite peu avant la Révolution. La motte accueillit un  moulin à vent pendant deux siècles environ, jusqu'en 1840. » http://36000communes.canalblog.com/archives/2014/01/22/29013302.html

    Un site intéressant :

    http://www.visites-p.net/gravure-ancienne-du-jour/normandie-sees-1860.html

    Un document utile pour la visite de la ville diffusé par le service communication/Office de tourisme de Sées :

     

     

    « LES REMPARTS DE L'AIGLE (Orne)LES REMPARTS DE BERNAY (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :