• LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

    NdB : C'est à la recherche d'un petit ensemble castral quasiment disparu que cet article vous convie ici. Il s'agit d'un bourg médiéval situé dans la Manche : Saint-Pierre-de-Sémilly où subsistent quelques traces de son glorieux passé... On découvre dans ce village aujourd'hui : 

         O Les ruines d'un château vraisemblablement construit au 11e siècle où ont séjourné Henri Ier Beauclerc, Henri II Plantagenêt et Richard-Cœur-de-Lion, rasé après la guerre de Cent Ans.

         O Un château de style Renaissance, inscrit aux Monuments historiques.

         O Une église dédicacée à Saint-Pierre du 12e siècle inscrite aux Monuments historiques.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

     

    "Les premiers seigneurs de Semilly

         On connaît plusieurs Semilly depuis 1056, agissant dans l'entourage du duc, dans celui de l'évêque de Bayeux, dans celui du vicomte du Bessin, ou bien comme parents de la famille des du Hommet, connétables de Normandie. Ils possèdent des terres en Cotentin, disposent, on l'a vu, de l'église de La Barre-de-Semilly, se déclarent seigneurs d'Aunay et sont parmi les bienfaiteurs privilégiés de Notre-Dame d'Aunay, mais à aucun moment, et en dépit d'un texte qui serait conservé dans les archives de la famille de Mathan et qui permettrait de placer en 1096 la construction du premier château, on ne peut les rattacher directement au château de Saint-Pierre-de-Semilly. Le premier texte où l'on trouve mention de celui-ci est un acte de l'époque de Henri II par lequel Geoffroi de Clinton, shérif du Warwickshire dans les années 1128-1130, camérier et trésorier peu de temps auparavant, concède à un certain Giffard de Lucerna un bien en Angleterre que le frère de ce dernier, Robert, avait déjà tenu "en raison d'un service spécial qu'il avait exécuté pour le dit Geoffroi dans son château de Semilly". On trouve, à 4 km au Nord-Ouest de Saint-Pierre-de-Semilly, une commune nommée La Luzerne, endroit dont sont très vraisemblablement originaires les personnages en question. Le château de Saint-Pierre-de-Semilly serait donc le chef-lieu des possessions normandes des seigneurs de Kenilworth, leur "château familial".

         Geoffroi de Clinton devait son ascension à Henri Ier, qui donna des terres en Angleterre à des hommes venus du Cotentin, son domaine antérieur, et fit partie de ce groupe d'hommes que, selon Orderic Vital, "il tira de la poussière" et dont il s'assura ainsi la fidélité. À son tour, il fit bénéficier les membres de sa maison normande de sa faveur et, par exemple, inféoda à Henry de Semilly Radford Semele (qui tient son nom de son détenteur) dans le Warwickshire. On pense généralement que Geoffroi de Clinton, comme il avait édifié dans cette même région les château de Kenilworth et de Brandon, fit construire en pierre le château de Semilly qui présente effectivement des caractères, tant pour ce qui concerne l'implantation que la disposition, très proches de ceux des deux châteaux anglais. Et c'est au fils de Geoffroi que l'on doit, à Kenilworth, le barrage de petits cours d'eau qui encadrent le château et l'aménagement de deux grandes pièces d'eau. La familiarité et faveur du souverain anglais explique sans doute que plusieurs rois (Henri Ier, Henri II et Richard Cœur de Lion) sont dits avoir séjourné à Saint-Pierre-de-Semilly et y avoir daté des chartes (Henri Ier en 1106 et Henri II en 1154).

    Quelques éléments historiques

    Sur le château

         Sans que l'on sache de quelle façon les choses se sont produites mais en remarquant qu'il en est de même en Angleterre, pour Kenilworth, par exemple, dont Henri II a pris possession aux alentours de 1176, Saint-Pierre-de-Semilly est en la main du roi en 1198, puisqu'à cette date le bailli du Bessin, Guillaume Poignard, rend compte à l’Échiquier de 72 livres pour lui-même et ses associés pour la vente du parc de Semilly, preuve que le fief et ses appartenances qui, selon Stapleton, avaient été concédés par le roi à l'évêque de Bayeux en 1180, avaient été ré-annexés aux domaines de la couronne.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

    Photos 1-2-3 extraites de http://www.histoirenormande.fr/le-chateau-abandonne-saint-pierre-de-semilly ; Photos 4-5-6 extraites de By Pimprenel - Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48288013  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48288017  https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48288014

     

         Le 23 septembre 1199, Thomas Maufiliâtre, qui gardait le château, reçut l'ordre du roi, pour des raisons dont la nature précise nous échappe de le remettre au comte de Chester qui devait le tenir pendant le bon plaisir du roi et fournissait des cautions. Le 11 avril 1203, à Vire, suspect de trahison, Ranulf de Chester dut rendre le château au roi et fournir caution et otages ; avec Robert de Tresgoz, Hugues de Chaucombe fut envoyé à Saint-Pierre-de-Semilly pour en prendre possession, et ayant reçu ordre d'y demeurer avec sa famille et de fortifier solidement la place. Le 8 mai 1203, par lettres patentes datées de Falaise, après avoir reçu des assurances de fidélité et l'engagement de cautions, le roi Jean Sans Terre commande à Hugues de Chaucombe de livrer immédiatement à Ranulf, comte de Chester, le château de Saint-Pierre-de-Semilly. Le fief tomba dans les mains de Philippe Auguste lors de l'annexion de la Normandie et, en 1259, Louis IX le concéda à Richard de Parfouru, à titre de ferme perpétuelle, avec toutes ses dépendances, moulin, four, terres, prés, étangs et les rentes et redevances.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche) LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

     

    Sur le bourg

         Pour ce qui est du bourg lui-même, dont on ignore la date de fondation, beaucoup de pièces de terrain dans l'agglomération portent la dénomination village de Semilly ou le Bourg , et les terres voisines avaient le privilège de franche bourgeoisie, mais, en matière d'attestation textuelle, il faut attendre 1316 et la rédaction du Livre Pelu, registre des revenus du roi dans la vicomté de Bayeux, conservé à la bibliothèque municipale de Bayeux, pour posséder des mentions explicites. Au recto de la page 49, il est question de "Saint-Pierre-du-Chastel", bien différencié de La Barre-de-Semilly, de la "ville de Semilly", du "tenement deu bourgage de Semilly", avec "94 masures et demie et 93 acres et demie et sont les masures en la ville en baille du chastel et les acres joustent la ville", et du "tenement qui est appeley le vilage" dont les habitants doivent, entre autres, des services de boeufs au four et au moulin ou du curage sous la roue du moulin. Cette dualité -village, bourgage-, Lucien Musset l'a montré, se retrouve partout où, au 12e siècle, un bourg s'est développé.

         Il faut signaler également qu'il existait anciennement à Semilly un hôpital qui recevait les pauvres et les passants, et enfin que, jusqu'à une époque récente, une importante foire intéressant toute la région, mais dont on ne peut attester l'origine, se tenait chaque 16 mai dans le village de Saint-Pierre-de-Semilly. On sait (A. Debord a souligné l'importance de ce fait) que le seigneur créant un bourg dote fréquemment celui-ci d'une foire ou d'un marché dont il escompte un profit fiscal. La foire de Saint-Pierre représentait sans doute la continuation d'une pratique plus ancienne attachée à l'existence du bourg et dont on n'a pas conservé d'autre souvenir. » Extrait de http://www.wikimanche.fr/Saint-Pierre-de-Semilly

     

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)Ci-dessous un article de Natalie Lecornu-Baert et une photo extraits du site Ouest-France du 2 octobre 2013 : http://www.ouest-france.fr/normandie/une-histoire-de-famille-qui-perdure-depuis-700-ans-1415079

    Une histoire de famille qui perdure depuis 700 ans

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

         Aux portes de Saint-Lô, à Saint-Pierre-de-Semilly, les de Mathan habitent le château depuis le Moyen Âge. L'actuel propriétaire des lieux s'est promis de ne pas décevoir ses aïeux.

    Des barons à saint Louis
         Situé au croisement de deux voies romaines (Isigny-Vire et Bayeux-Saint-Lô), un premier château aurait été construit à Saint-Pierre-de-Semilly vers 1096. Ces terres passeront ensuite de barons anglo-normands au roi d'Angleterre Jean sans Terre, puis au roi de France, saint Louis. Ce dernier les offre au seigneur de Parfouru. On est en 1259, la famille de Mathan va bientôt entrer en scène.
    Compagnon de Guillaume
         Vraisemblablement originaire de Mathieu, à côté de Caen, descendant de compagnons de Guillaume le Conquérant, un Jean de Mathan épouse en 1332 Jeanne de Parfouru. Dans sa dot, elle apporte les terres de Saint-Pierre-de-Semilly. Elles ne quitteront plus le giron de la famille. En 1569, Georges de Mathan, gouverneur de Saint-Lô, et son épouse Claude des Asses, font ériger l'actuelle bâtisse.
    Marquis sous Louis XIV
         « On est dans un mille-feuille d'histoire », résume sept siècles plus tard Raoul de Mathan, actuel propriétaire du château. Il compte parmi ses ancêtres un prieur créateur « des droits de marais », des chevaliers de Malte, le premier marquis de Mathan sous Louis XIV, un chambellan de Napoléon pair de France sous Louis XVIII. « Le château a toujours été habité. Il y a eu jusqu'à 70 personnes vivant sous ce même toit. Tout au long des siècles, mes aïeux ont tout fait pour que Saint-Pierre demeure dans la famille. Le droit normand y a aussi contribué. »
    Pillé en 1944
         La Seconde Guerre mondiale aurait pu lui être fatale. Occupé par les Allemands, puis pris dans les affrontements de la bataille de Saint-Lô, le château a été endommagé par des obus. Évacué pendant un mois et demi, pillé, « il a été entièrement réparé après-guerre ».
    Attaqué par la mérule

         Unique interruption dans la présence des de Mathan à Saint-Pierre, la propriété est inoccupée entre 1969 et 1992. « Mon père Philippe de Mathan, qui vivait à Carentan, en hérite. Mais décède en 1995. » Raoul devient propriétaire. « Je travaillais à l'époque à Lyon. » En 1997, une poutre porteuse de la charpente cède, grignotée par la mérule. Le toit s'affaisse. « J'ai commencé à suivre le chantier à distance. »
    Un pari fou
         En 2010, Raoul de Mathan, en recherche de travail, choisit de revenir vivre à Saint-Pierre pour remettre en état le château. Il s'installe dans le logis, épargné par la mérule, avec son épouse et ses quatre enfants. Un pari fou, « mais il aurait été criminel de ne pas essayer ! » Depuis, il consacre une grande partie de son temps et de ses ressources à faire revivre, petit à petit, la propriété. Inscrit aux Monuments historiques, le château a pu bénéficier d'une aide de 10 000,00 € de la part de la fondation des Vieilles maisons françaises pour la restauration d'un mur. « On peut fantasmer sur la vie de château l'été, mais l'hiver, c'est tout autre chose... »
    Regard des ancêtres

         Raoul de Mathan est conscient que son projet est sans doute celui de toute une vie. Mais dans les moments de découragement, « je sens sur moi le regard de mes ancêtres... Et je me dis que je ne peux pas faire moins bien qu'eux ! » O-F Nathalie LECORNU-BAERT.

     

    LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)  LES REMPARTS DE SAINT-PIERRE-DE-SEMILLY (Manche)

    Plans ci-dessus extraits : à gauche de www.donnees.normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/50045f.pdf ; à droite de http://www.wikimanche.fr/Fichier:Saint-Pierre-de-Semilly-bourgcastral001.gif

     

    Fiche sur Saint-Pierre de Semilly, ci-dessous, extraite de : www.donnees.normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/50045f.pdf

    « LES REMPARTS DE GISORS (Eure)LES REMPARTS DE COURCY (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :