• LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)

    LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados) LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados) LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)

    Au centre, photo aérienne montrant l'emplacement de la résidence seigneuriale de Rubercy extraite du site Géoportail ; à droite, objets retrouvés au cours des fouilles à Rubercy (Calvados) : http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/rubercy/index.htm 

     

          « La commune se situe à treize kilomètres de Bayeux, dans le Bessin, dans la vallée de la Tortonne. Rubercy fait partie du parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Rubercy fut la possession de la famille de Rubercy, une famille de seigneurs normands les Wac (ou Wake), à l'époque des Plantagenêts (dont Hugues Wac qui fonda l'abbaye de Longues). » [1]

     

         « L'emplacement du château de Rubercy est reconnaissable encore dans la vallée qui se trouve au Sud de l'église, mais c'est un des moins intéressants et des plus petits que j'aie visités.
         La motte, de forme ovale, n'a pas plus de 50 pieds de diamètre et ne s'élève que de 5 pieds environ, au-dessus de la prairie. Il est vrai qu'elle a été plusieurs fois rognée, mais il est facile de voir qu'elle n'a jamais eu qu'une étendue très peu considérable. » [2]

     

         « Une résidence seigneuriale au 12e siècle : Rubercy ; des fouilles de sauvetage entreprises en 1969 à Rubercy par le Centre d'archéologie médiévale de Caen ont permis de mettre en évidence les restes d'une résidence fortifiée particulièrement intéressante par leur apport dans l'histoire de la construction. Le site se présentait comme un simple tertre de peu d'importance, entouré par des restes de fossés. Les fouilles ont révélé que ce site avait fait l'objet de deux campagnes de construction successives..." [persee.fr] [3] 

     

     LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)    LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)

     Plan de situation de la résidence seigneuriale de Rubercy ; blason des Wake par Jimmy44Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Jimmy44., CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3831671

     

    « Rubercy (Calvados), la résidence seigneuriale

     

    LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)     L'histoire du site de Rubercy semble devoir être rattachée à celle d'une famille de seigneurs normands, à l'époque des Plantagenêts. Elle met en scène des personnages dont les possessions s'étendent des deux côtés de la Manche et qui pour cela doivent prendre position dans les conflits qui opposent le roi d'Angleterre, duc de Normandie, au roi de France, à la fin du 12e s. Hugues Wac, le seigneur de Rubercy, est un fidèle de Ranulf, comte de Chester. Il a participé à ses côtés aux luttes entre Etienne de Blois et Mathilde l'Emperesse et a obtenu en récompense de ses services la main de l'héritière du comté de Bourne en Angleterre (région de Lincoln). Fortune faite, Hugues Wac apparaît dans des souscriptions de donations à de nombreuses abbayes anglaises et normandes. En 1168, il est le fondateur de l'abbaye de Longues (Calvados), fille de la Lucerne-d'Outremer. Ce seigneur d'un rang non négligeable possédait à Rubercy une résidence pourtant assez rustique, fouillée entre 1969 et 1977. Située au confluent de deux cours d'eau, il s'agissait d'une enceinte rectangulaire (25 x 18,5 cm) entourée d'un fossé. Les fouilles ont révélé dans cette enceinte, un premier état de l'occupation, constitué de bâtiments de bois. A la mort d'Hugues Wac (vers 1175-1176), la résidence est reconstruite en pierre. Elle comprend une grande demeure avec cuisine et salle à étage, et des bâtiments faisant fonction d'étable, d'écuries et un four, dans la basse-cour. Les aménagements défensifs semblent se limiter aux murs d'enceinte, au fossé et à un pont mobile.

         Le mobilier découvert lors des fouilles témoigne d'un niveau de vie aristocratique, qui reste à cette époque assez rudimentaire. Les fragments de décor sculpté de la résidence sont remarquables, et très semblables à ceux des édifices religieux de la même époque.

         Il y a tout lieu de supposer que la résidence fut abandonnée quand Baudoin, petit-fils d'Hugues Wac, pris le parti de Jean sans Terre en 1204 et perdit de ce fait ses biens en Normandie, confisqués par Philippe Auguste. » [4] 

    Photo ci-dessus de Rubercy (Calvados), maquette de la résidence seigneuriale ; Musée de Normandie, Caen http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/rubercy/rubercyzoom.htm

     

         Pour découvrir les objets retrouvés au cours des fouilles à Rubercy voir ci-dessous, photos extraites de : http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/rubercy/index.htm

    LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)LES REMPARTS DE RUBERCY (Calvados)

     

    Une résidence seigneuriale au 12e siècle : Rubercy

         « Des fouilles de sauvetage entreprises en 1969 à Rubercy par le Centre d'archéologie médiévale de Caen ont permis de mettre en évidence les restes d'une résidence fortifiée particulièrement intéressante par leur apport dans l'histoire de la construction. Le site se présentait comme un simple tertre de peu d'importance, entouré par des restes de fossés. Les fouilles ont révélé que ce site avait fait l'objet de deux campagnes de construction successives. Dans la première furent creusés les fossés, les déblais étant accumulés pour former le tertre ; celui-ci fut entouré d'une enceinte rectangulaire de 25 X 18 m 50, à l'intérieur de laquelle étaient sans doute, disposées des constructions de bois. Durant la seconde campagne, les bâtiments de bois furent remplacés par des édifices en pierre s'ordonnançant à l'intérieur de la petite enceinte autour d'une minuscule courette ; la cuisine et la grande salle ont pu être reconnues, ainsi que l'ancienne porte d'entrée et le dispositif attenant permettant la manœuvre du pont mobile. La portée de cette fouille prend toute son ampleur lorsque l'on en arrive au stade des datations. Les témoignages archéologiques et historiques ont en effet permis d'attribuer la construction de cet ensemble à la famille des Wac, seigneurs normands d'une certaine importance aussi bien en Normandie qu'en Angleterre, dans la seconde moitié du 12e siècle.

         La première campagne aurait été le fait de Hugues Wac vers 1150, en tant que simple résidence seigneuriale bâtie en période de calme politique ; quant à la deuxième campagne, elle peut être attribuée à Baudoin Wac, son fils, dans les années 1170. A cette époque, le château est rebâti en pierre, devenant une petite demeure à peine fortifiée, mais assez cossue, si l'on en juge par les témoins archéologiques (vestiges d'architecture, poteries, bijoux). Finalement, cette demeure, qui pourrait être confondue avec une maison paysanne, si ce n'était par son ampleur et ses quelques défenses, a été édifiée par des seigneurs d'un niveau social assez élevé et d'une confortable richesse ; contrairement à une opinion qui prévaut généralement, elle prouve que de telles maisons n'étaient pas uniquement le fait de modestes seigneurs locaux, mais aussi celui de certains seigneurs aisés, installés dans une vie paisible, « embourgeoisés » pourrait-on dire à la limite. Dans cette mesure, la fouille menée par C. Lorren fait donc apparaître un aspect peu connu de la construction seigneuriale au 12e siècle : celui du manoir familial, antithèse du château à motte trop souvent présenté comme le seul type d'édifices attribuables aux nobles élevés dans l'échelle féodale. » [5]

     

         « La famille Wac ou Wake est un lignage bas-normand au service des Plantagenêts. vble possédait des biens en Normandie, notamment à Rubercy (Calvados), et en Angleterre. (…)

         Il a été plausiblement suggéré qu'Hugues Wac, un vassal de Ranulph de Gernon, le comte de Chester, a été amené en Angleterre par ce dernier. Il devient un membre important de la noblesse du Lincolnshire par son mariage avec Emma, la fille de Baudouin FitzGilbert, lord de Bourne.

         Hugues obtient l'honneur de Bourne (dans le Lincolnshire) par sa femme, seule héritière de Baudouin FitzGilbert. L'honneur était composé de trois ensembles de seigneuries dans ce comté. Outre Rubercy, dont le site de leur habitat seigneurial a été méticuleusement fouillé, les Wac possédaient des biens à Négreville, Sainte-Mère-Église, Saint-Hilaire-Petitville, Catteville dans le Clos du Cotentin et dans l'île de Guernesey, mais surtout à Lion-sur-Mer, Saint-Gabriel, Tracy et Longues-sur-Mer.

         En 1168, Hugues Wac fonde l'abbaye de Longues (Calvados). Son petit-fils Baudouin Wac prend le parti de Jean sans Terre en 1204 et perdit par conséquent toutes ses possessions normandes.

         À partir du 13e siècle, les Wac (devenus Wake en Angleterre), obtiennent par héritage la baronnie de Liddel dans le Cumberland. La branche des barons de Liddel s'éteint en 1349, transmettant le fief aux Plantagenêts. Une branche cadette conserva la seigneurie de Blisworth jusqu'en 1523. » [6] Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Wac

     

    A proximité, le moulin de Rubercy :

         « L'histoire du moulin est méconnue, mais des écrits font état de son fonctionnement en 1390. La ferme du moulin a été construite plus tard, vers 1500. (NDB)

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de la Statistique Monumentale du Calvados par A de Caumont tome 3, page 698.

    [3] Extrait de http://tourisme.aidewindows.net/rubercy.htm

    [4] Extrait de http://www.mondes-normands.caen.fr/france/archeo/normandie/mdn/fouilles/rubercy/index.htm

    [5] Extrait de Claude Lorren, Le château de Rubercy (Calvados). Étude de la demeure principale (c. 1150-1204), dans Archéologie médiévale, t. VII, 1977, p. 109-178, 31 ill. Jean Mesqui. Une résidence seigneuriale au 12e siècle : Rubercy [compte-rendu] Jean Mesqui : Bulletin Monumental Année 1977 135-4 p. 333 http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1977_num_135_4_5637.pdf

    [6] Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Wac

     

     

     Ci-dessous " Mon village se raconte " Réalisation ADTLB :

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1977_num_135_4_5637

     

    Sur la famille Wac ou Wake :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Wac

    http://fmg.ac/Projects/MedLands/ENGLISHNOBILITYMEDIEVAL3T-Z.htm#_Toc433462066

    « LES REMPARTS D'ECHAUFFOUR (Orne)LES REMPARTS DU TEILLEUL (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :