• LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

     

    « SITUATION :
         Neufchâtel-en-Bray est une commune française située dans le Département de la Seine-Maritime et de la région de Haute-Normandie, plus précisément en plein cœur de la Boutonnière du Pays de Bray, région vallonnée, située à cheval sur les départements de Seine-Maritime et de l’Oise. 

    NEUFCHÂTEL UN NOM QUI CHANGE

         Beaucoup de Neufchâtelois ignorent sans doute que leur ville ne s’est pas toujours appelée Neufchâtel mais Drincourt, les avis sur l’origine de cette appellation divergent. C’est au 12e siècle qu’Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre et 9ème duc de Normandie fit construire un nouveau château (New Castle) pour protéger les frontières de la Normandie. C’est depuis sa construction que la place forte favorisa l’extension de la Ville de Drincourt devenue Neufchâtel, Neufcastel une connotation normande qui fut utilisée et ce jusqu’au 15ème siècle. Par décret de 1951, Neufchâtel prendra le nom de Neufchâtel-en-Bray. »

    http://www.neufchatel.fr/tourisme/histoire-de-neufchatel-en-bray.html 

     

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

     

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY  LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

    Plan hypothétique des remparts disparus de la ville de Neufchâtel-en-Bray

    Blason par Chatsam — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9926142

    BREF HISTORIQUE :

         « Ancienne capitale du Pays de Bray, ville jadis forte, « emportée en 1167 par Louis VII le Jeune , roi de France, qui la livra au pillage, Neufchâtel fut prise de nouveau en 1174 par le comte de Flandre, qui la pilla également. En 1189, Jean de Ponthieu prend Neufchâtel et dévaste une partie de la Normandie afin de se venger d'Henri II Plantagenêt. En 1201, Jean sans Terre s'empare de la Cité. Trois ans après, le Roi de France Philippe-Auguste l’assiégea à son tour et rattacha la ville au domaine de la couronne.

         Conquise en 1419 par l'armée anglaise, la ville de Neufchâtel fut reprise en 1449 par les Français. À peine relevée de ses ruines, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, se présenta à son tour pour assiéger la ville en 1472 et ne se retira qu'après l'avoir réduite en cendres. » [Wikipédia] … ce qui causa la perte de tous les vestiges du Moyen Âge, cette épreuve parmi tant d’autres fut la plus dure que la ville ait subie.

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

    Le 2 août 1589, le roi Henri III ayant été assassiné, le protestant Henri de Navarre accède au trône. Mais les ligueurs refusent de le reconnaître. Chassé de Paris, il concentre ses troupes et son attention en Normandie au plus près de ses alliés Anglais. Cette gravure extraite du site, http://www.rouen-histoire.com/HenriIV/index.htm, est d'origine allemande. 16 février 1592 à Neufchâtel, le duc de Parme a mis le siège devant Neufchâtel. La place lui tiendra tête.

         Par la suite Henri IV décida de détruire le château [en 1596] afin de ramener la paix dans la région. » Sources provenant du site Wikipedia et du Livre de Monsieur Pierre BOITEL « Histoire de Neufchâtel-en-Bray » extrait de : http://www.neufchatel.fr/tourisme/histoire-de-neufchatel-en-bray.html

         « Le centre-ville a été bombardé le vendredi 7 juin 1940, pendant la Bataille de France de la Seconde Guerre mondiale, détruisant 80 % de la Ville. 800, sur les 1200 maisons qui la composaient, furent anéanties, faisant ainsi de Neufchâtel-en-Bray l'une des trois villes brayonnes les plus durement éprouvées au cours de la dernière guerre.

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

         Neufchâtel-en-Bray, véritable ville martyre, est donc après-guerre une ville à reconstruire. C'est l'architecte urbaniste Robert Auzelle qui sera désigné en 1941 par le ministère de la Reconstruction pour réaliser le plan du futur Neufchâtel. » [Wikipédia]

     

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY     « Ainsi s'explique son importance relative, puisque, pendant des siècles, sous le nom primitif de Drincourt, remplacé bientôt par celui de Neuf-Châtel, dont l'étymologie rappelle la destination belliqueuse, cette petite place de guerre, entourée de murailles garnies de tours et défendue par un château assez considérable, bâti sur une hauteur, au nord de la ville, dans une assiette rendue plus forte par les fossés profonds qui l'isolaient de tous côtés, comme on le voit encore aujourd'hui, cette petite place a contribué, pour sa part, à défendre la Normandie, d'abord contre la France, et la France, ensuite, contre les attaques de ses ennemis. Cet office, Neufchatel l'a rempli vaillamment pendant des siècles, et il a vu successivement les ducs de Normandie, les rois d'Angleterre, les rois de France, les ducs de Bourgogne, les Ligueurs, Henri IV et les Espagnols, au pied de ses remparts, pour s'en disputer la possession, les armes à la main. Sentinelle avancée de Rouen, son sort n'était pas indifférent pour notre ville, comme on le vit, une dernière fois, en 1592, quand, fidèle à Henri IV, elle tira ses derniers coups de canon contre le duc de Parme. Mais, après la démolition de son château, en 1595, son rôle diminue singulièrement d'importance, et c'est à peine si les historiens locaux ont pu signaler quelques autres faits saillants dans son histoire. 

         Comme dans toutes les places de guerre, surtout les petites, le sort des habitants de Neufchâtel et des environs ne fut pas heureux. Car, matériellement, la guerre alors était abominable ; le soldat ne subsistait que de rapines ; partout la maraude, le viol, le pillage; un pays traversé par une année nationale ou par une armée ennemie, était un pays ravagé; la peste suivait les armées en campagne ; guerre et brigandage étaient à peu près synonymes. On connaît, pour Neufchâtel, une partie des maux que la guerre lui a infligés trop souvent. 

         Mais derrière ses remparts et ses tours, au pied du château qui la protégeait, il y avait une cité, avec tout ce qui la constitue : des églises, des hôpitaux, des couvents, une commune et des échevins; l'administration de la justice comprenant une Vicomte, une Élection, un Siège de police, un Grenier à Sel, une Maîtrise particulière des Eaux et Forêts ; et puis, des procureurs, des avocats, des bourgeois, des marchands, des hôteliers, etc. Sur tous ces points, sauf le côté religieux, il règne, chez les divers historiens Neufchâtel, un silence presque absolu, faute, sans doute, d'avoir rencontré des documents qui permissent de les traiter avec certitude. »

    Documents concernant l'histoire de Neufchâtel-en-Bray et des environs... par F. Bouquet, 1884. https://archive.org/stream/documentsconcern00bouq/documentsconcern00bouq_djvu.txt

    Ci-dessus : Plan de Neufchâtel en 1744 d'après un plan de la baronnie de Saint-Vincent, archives du département de l'Eure H 1112 aimablement communiqué par le musée Mathon Durand de Neufchâtel-en-Bray.

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    Ci-dessous, un article et des photos extraits du site du journal Paris Normandie, publié le 14/07/2016 : http://www.paris-normandie.fr/region/neufchatel-en-bray--une-maquette-de-la-ville-au-xvie-siecle-a-decouvrir-au-musee-mathon-durand-ND6317285

    Neufchâtel-en-Bray. La maquette représentant la ville au XVIe siècle est désormais visible au musée Mathon-Durand.

    LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY LES REMPARTS DE NEUFCHÂTEL-EN-BRAY

     

         « Un travail minutieux réalisé par un passionné.L’occasion est belle, avec la prochaine visite guidée de Neufchâtel-en-Bray prévue samedi 16 juillet, de faire un tour dans la salle rénovée du deuxième étage du musée Mathon-Durand où la maquette représentant la Ville de Neufchâtel-en-Bray au 16e siècle est désormais visible. Elle donne une idée de la cité fortifiée qui était au carrefour des routes commerciales à l’époque d’Henri IV et des guerres de religion.

         « La cité devait faire entre 2 000 et 3 000 habitants, explique Inès Le Juez, responsable du musée. La maquette montre la ville avant la destruction des remparts qui a été ordonnée par Henri IV en 1596. Il y avait une tour sur la partie Est de la ville, mais nous ignorons toujours si la tour du donjon était ronde ou carrée. »

         Le musée lui-même est installé dans une ancienne maison bourgeoise datant de la fin du 16e siècle. Il a résisté aux nombreuses destructions de la ville. La salle du dernier étage a été remise à neuf et les poutres sont d’origine. Les sceaux des différents artisans sont toujours gravés sur les mortaises en bois.

    À partir des plans d’André Durand

         La réalisation de cette maquette a été décidée à l’occasion des journées du patrimoine de 2014 et un passionné d’histoire aux mains habiles, Gérard Bellet, de Neuville-Ferrières, a repris les plans d’André Durand pour reconstituer la ville au début de la Renaissance. Ceux-ci ont été réalisés au 20e siècle entre les deux guerres. « Neufchâtel-en-Bray a été presque totalement détruit durant la Seconde Guerre mondiale et de nombreux documents qui étaient dans l’ancien musée, situé dans le cœur de la ville ont été brûlés. Les plans sont d’ailleurs affichés sur les murs de la salle. Gérard Bellet a mis quinze mois environ pour faire la maquette de la ville et nous pouvons reconnaître les monuments qui ont traversé les âges comme l’église Notre-Dame. On peut se rendre compte que Neufchâtel-en-Bray a toujours le même aspect. Un citadin actuel ne se perdrait pas », détaille la responsable.

         Un commentaire apporte ses précisions historiques sur les différents lieux de la ville. « C’est un robot qui a été installé au plafond. Avec un spot lumineux, il indique les curiosités de Neufchâtel. Nous pensons à en faire une version anglaise. Par ailleurs, les personnes à mobilité réduite peuvent voir cette maquette à travers le film commenté dans une salle du rez-de-chaussée. »

         Pour décorer la salle du deuxième étage, des objets d’époque, dont un coq en fer du 17e siècle, ont été placés dans des vitrines dont certaines ont été données par Michel Kot. » L. P.

    -----------------------------------------------------------------------

    Livre utile :

    Neufchâtel-en-Bray depuis le Moyen-Âge jusqu'en 1792, réimpression de l'édition de 1926, éd. Page de Garde, 2003, 248 p. ( ISBN 2-84340-248-4)

    Tous mes remerciements à Mme Inès Le Juez, responsable du Musée Mathon Durand de Neufchâtel-en-Bray pour les informations qu'elle m'a aimablement transmises.

    « LES REMPARTS DE DAMVILLE (Eure)LES REMPARTS DE L'AIGLE (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :