• LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

     

         « Le nom de Neuf-Marché date du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, lorsque le village devient la nouvelle marche, la nouvelle frontière entre la Normandie et la France.
    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     En 915, le village est fortifié et la collégiale Saint-Pierre est construite. Celle-ci est confiée à la charge de 4 chanoines en 1047. » [1]

     

         « Au 11e siècle, le premier seigneur des lieux est un certain Turquetil de Neufmarché, châtelain de la forteresse pour le compte des ducs de Normandie (mentionné dans les années 1040-1050).

         Geoffroy, fils du précédent, chassé par le duc en 1064, c'est à Hugues de Grandmesnil, l'un de ses plus fidèles vassaux, que Guillaume le Conquérant confie sa forteresse. 

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     Faisant suite à la conquête de l'Angleterre, l'un des fils de Geoffroy, Bernard de Neufmarché, se distingue en Angleterre dans la conquête des petits royaumes du Pays de Galles. 

         Guillaume de Roumare, possessionné dans le nord de Rouen, est châtelain de Neufmarché en 1118, date à laquelle le roi duc Henri Beauclerc refortifie la place, notamment son enceinte. » [2]

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

     

         « En 1118-1120 le château est reconstruit et la collégiale est remaniée, en 1128, par Henri Ier d'Angleterre.

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

    Le pays de Lyons au Moyen Âge (avec la collaboration de B. Nardeux) extrait de http://beauvoir.avenir.free.fr/beauvoir_lepeuple.pdf

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     C'est dans la collégiale Saint-Pierre de Neuf-Marché, le 31 août 1158, que Henri d'Angleterre, âgé de 3 ans, fils de Henri II Plantagenêt est fiancé à Marguerite de France, âgée de quelques mois, fille de de Louis VII de France.
         C'est dans cette même collégiale, en juillet 1160, qu'a lieu le concile validant l'élection du pape Alexandre III et annulant l'élection de l'antipape Victor IV.
         En 1195, Philippe Auguste prend Neuf-Marché à Richard Cœur-de-Lion.
         En 1419, Henri V d'Angleterre assiège et reprend Neuf-Marché et détruit la forteresse. »
    [1]

     

     LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)  LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

    Plan hypothétique du château de Neuf-Marché ; blason par Celbusro — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=46189804

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     « A sept kilomètres en aval de Gournay, Neuf Marché conserve encore d'importantes ruines de la citadelle qui y fut édifiée. Le socle d'une petite colline avancée au milieu de la vallée lui servit d'assise. Ce relief support est une sorte de plateau ovalaire d'environ 370 mètres de long qui s'élève par palier d'est en ouest de sorte que le château proprement dit fut bâti dans sa portion occidentale la plus élevée, son bayle à un niveau plus bas au sud-est et légèrement plus bas encore et à l'est de cet ensemble, le premier bourg fortifié, dépendant directement du château.

         De celui-ci il ne reste que des segments de courtines ayant clos en arc de cercle le côté nord-ouest, et les maçonneries informes autant qu’embroussaillées de la base d'un probable donjon circulaire d'un diamètre d'environ 13 mètres planté au sud de cette enceinte supérieure dont la plus grande dimension devait avoisiner les 80 mètres.

         La plupart des maçonneries en blocage de silex a perdu ses parements mais lorsqu'ils subsistent, ils se montrent de belle qualité : pierre de taille à joints minces, dans un calcaire tendre. Deux passages biais aux parois soignées mais qu'il est difficile d'expliquer s'ouvrent au travers du mur, vers l'ouest ; de ce côté la courtine domine fortement l'extérieur de la place. Du côté intérieur, vers l'est, rien ne subsiste hormis la dénivellation caractérisant le château de son bayle.

         Au 11e siècle existait déjà une fortification à Neufmarché. Guillaume le Conquérant en chassa Geoffroy l'héritier pour la donner en garde â Hugues de Grentemesnil. Au début du siècle suivant le châtelain est Guillaume de Roumare, d'abord fidèle à Henri let Beauclerc en 1118 puis en rébellion contre lui dans la coalition de 1123 animée par Galeran Il de Meulan et le comte d’Évreux soutenant Guillaume Cliton. Le duc ayant réduit les coalisés on peut supposer qu'il contrôla dès lors Neufmarché et qu'il contribua à y faire bâtir un premier château de pierre, tout en n'étant pas propriétaire (il appartenait aux Crispin). En 1153 la place est prise par Louis VII mais le roi doit la rendre â Henri II dès l'année suivante. On sait que celui-ci fit effectuer des travaux à Neufmarché avant 1180. Compte tenu de sa qualité, nous pensons pouvoir attribuer à Henri II ce qui reste visible de l'enceinte. En 1195 Guillaume de Garlande commandait la garnison royale pour le compte de Philippe Auguste. En 1317 Neufmarché est prévôté royale. » [3] + plan ci-dessus extrait du même ouvrage.

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     Photo aérienne ci-dessus extraite du site Géoportail

     

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)     « Le château de Neuf Marché s'inscrit dans le même contexte géographique que Beauvoir, sur les marges du domaine forestier de Lyons, il marque une limite territoriale en contrôlant l'accès le la vallée de Epte depuis un promon­toire qu'il barre intégralement. Il s'agit d'un chateau seigneurial accaparé par le pouvoir normand : vers 1050, le duc Guillaume s'empare de la place en expulsant « l'héritier naturel » Geoffroi, et en confie la garde à Hugues de Grandmesnil, l'un ses plus fidèles barons. Les motivations sont claires, il s'agit de contrer les sires de Gournay et une coalition formée par le roi de France contre la Normandie. Le site, bien que très ruiné, montre des vestiges qui évoquent une puissante forteresse de pierre à la fin du Moyen Age : il est possible d'en saisir les dispositions générales. Un mur pourvu de tours dessine un arc qui a épousé le contour d'une enceinte primitive ; l'espace de cette haute cour est borné, à l'est, par une tour découverte en fouille. Au-delà s'étend une basse cour partiellement entamée par l'habitat moderne ; elle utilise le relief naturel et ne présente qu'un fort escarpement qui justifie l'absence de fossé.

         La présence d'un bourg castral ne fait aucun doute. L'agglomération est intimement liée au château : placée sur l'extrémité du promontoire, elle en occupe la surface encore disponible, le relief est ainsi mis à contribution pour fortifier l'espace habité. L'escarpement naturel est doublé d'un fossé qui est encore visible sur son flanc méridional où la « rue de derrière les fossés », qui empruntait le fond du creusement, vient compléter le tracé. Du côté nord, la limite est donnée par le léger encaissement d'une route rectiligne qui vient se connecter au doublement du fossé de l'enceinte principale, augmentant ainsi la profondeur des défenses du côté du plateau. Une tradition évoquant trois portes fortifiées aux entrées du bourg se vérifie par la présence de vestiges maçonnés, au sud, dans l'axe de la rue dite « du centre » qui longe l’extrémité de la basse cour et par la découverte d'une structure semblable du côté oriental, à l'entrée de la « rue du bourg » lors de travaux de voirie. » [4] + plan ci-dessus extrait du même ouvrage.

     

    Quelques photos récentes trouvées sur le Web :

    LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE NEUF-MARCHE (Seine-Maritime)

    Photo 01 extraite de https://www.flickr.com/photos/biron-philippe/5748059388 ; photos 02-03-04-05-06 extraites de http://forteresses2009.canalblog.com/archives/2009/09/06/14974891.html

     

     Sources :

     

    [1] Wikipédia

    [2] http://forteresses2009.canalblog.com/archives/2009/09/15/15084071.html

    [3] Châteaux forts et féodalité en Ile de France, du 11ème au 13ème siècle par André Châtelain, Éditions Créer 1983 https://books.google.fr/books?id=mnfKemAwhPwC&dq=Ch%C3%A2teau+de+NeufMarch%C3%A9&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    [4] Château, ville et pouvoir au Moyen Âge publié par Anne-Marie Flambard Héricher,Jacques Le Maho  p. 22-23 https://books.google.fr/books?id=BuDgl0iuhFoC&pg=PA22&dq=ch%C3%A2teau+de+neuf-March%C3%A9&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiWnNL9ytTTAhUILsAKHdeTAl8Q6AEIOTAE#v=onepage&q=ch%C3%A2teau%20de%20neuf-March%C3%A9&f=false

    « LES REMPARTS DE RADEPONT (Eure)LES REMPARTS D'AUBRY-EN-EXMES (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :