• LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

     

         « Peinte sur le penchant de la colline, Mortagne, aujourd'hui sous-préfecture, fut pendant les derniers siècles de la monarchie la capitale administrative du Perche. N'ayant pas trop souffert matériellement des sévices de la guerre, elle a pu conserver ses monuments et ses richesses architecturales. Mortagne recèle des trésors, humbles demeures resserrées en grappes, hôtels particuliers, maisons aux tuiles brunes et rousses, coiffées de lucarnes. Clés de fenêtres style rocaille, balcons en fer forgés, donnent son cachet à cette ville inimitable. » [1]

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)  LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

    Plan des remparts de Mortagne-au-Perche ; blason par Spedona — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5263321

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)      « Nul ne connaît précisément les origines du nom de cette ancienne capitale du comté du Perche, située au sud-est du département de l’Orne. Si la tradition semble privilégier l’origine Mauritania, indiquant la présence d’une garnison romaine à l’époque du Bas-Empire, une légende tenace l’attribue, quant à elle, au vocable Morte-agne signifiant morte-eau en langue romane. Gravure ci-dessus de Merian, 1657.

         L’histoire de Mortagne-au-Perche est étroitement liée à celle des comtes du Perche et aux querelles incessantes entre les seigneurs de Mortagne et ceux de Bellême. La ville de Mortagne-au-Perche, bâtie au sommet et sur le versant d’un coteau, au pied duquel coulent les sources de la Chippe, était jadis entourée de fossés et défendue par deux châteaux forts. (*NDB deux enceintes en réalité).

         En 1066, Geoffroy II, fils de Rotrou II, seigneur de Mortagne-au-Perche et de Nogent-le-Rotrou, participe à la conquête de l’Angleterre aux côtés de Guillaume le Conquérant. En 1080, Geoffroy, succédant à son père, reçoit en héritage les domaines percherons de Mortagne et de Nogent-le-Rotrou.

         En 1090, Mortagne et ses environs sont frappés par une épidémie de lèpre.

         En 1106, dans le conflit qui oppose les fils de Guillaume le Conquérant, Rotrou III, fils de Geoffroy II, prend le parti de Robert Courteheuse, tandis que le comte de Bellême, son ennemi juré se range aux côtés du frère cadet du duc de Normandie, Henri Beauclerc. Battu à Chailloué, au nord de Sées, par Robert II, comte de Bellême, Rotrou se réconcilie avec Henri Beauclerc dont il épouse une des filles. En 1111, Rotrou est fait prisonnier par le comte de Bellême qui incendie et pille la ville de Mortagne.

         En 1141, au lendemain de la mort du roi Henri Ier Beauclerc, Rotrou, d’abord partisan d’Étienne de Blois, organise une assemblée des seigneurs normands qui prennent fait et cause pour Mathilde l’Emperesse, fille du roi défunt. Rotrou, rallié à la cause de Mathilde, participe à la reconquête du duché de Normandie, aux côtés de Geoffroy V d’Anjou. Touché par une flèche, il meurt au cours du siège de Rouen, en janvier 1144.

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

     

         Plus tard, vers 1411, Jean Ier, duc d’Alençon et comte du Perche, fait fortifier la ville. 

         Les protestants s’en emparent par surprise en 1562 et y commettent de nombreux méfaits. Mortagne tombe l’année suivante aux mains des huguenots, commandés par Coligny. Prise une troisième fois par les protestants, en 1558, ses maisons sont en partie détruites par le feu. — Durant les troubles de la Ligue, Mortagne est, dans l’espace de trois ans et demi, prise, reprise et pillée par les partisans des deux camps. Le 12 juillet 1593, la cité percheronne est attaquée par Jacques Desmoutis de La Morandière, nommé gouverneur du Perche pour la Ligue par le duc de Mayenne.

         En 1634, sous l’impulsion de Robert Giffard, plusieurs centaines de Percherons, dont des Mortagnais, émigrent vers la Nouvelle-France. — Le 11 novembre 1789, l’Assemblée nationale constituante , faisant fi des identités régionales, adopte le découpage du territoire national en départements. Le 4 mars 1790, l’ancien comté du Perche est morcelé entre les départements de l’Orne, de l’Eure-et-Loir, de la Sarthe et du Loir-et-Cher.

         Le 13 août 1944, dans les derniers jours précédant la fin de la bataille de Normandie, la ville de Mortage-au-Perche est libérée par la 5th Armored Division US. » [2] http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article845

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

     « L'église Notre-Dame : Reconstruite et agrandie après la guerre de Cents Ans, à l'emplacement de l'ancienne chapelle du fort Toussaint. La tour, coiffée vers 1620 d'un dôme d'ardoise, brûla en 1887. Maladroitement restaurée, elle s'effondra en 1890. Sa reconstruction s'est limitée à abriter l'horloge et les cloches. » (…) http://www.france-voyage.com/villes-villages/mortagne-au-perche-23507.htm

     

         « La porte ou portail Saint-Denis des 12e et 13e siècles est le dernier vestige du fort Toussaint. Ce fort était une première enceinte de la ville située à l'intérieur de la cité elle même entourée d'une seconde enceinte. Bâti en 1411 par Jean IV, c'était un enclos fortifié, flanqué de six grosses tours, défendu par des fossés et ponts-levis aux trois portes : porte ou portail Saint-Denis, porte Notre-Dame et porte Dorée. Une grande pièce d'eau aujourd'hui comblée, la mare Toussaint protégeait le fort à l'est. Quelques tours de l'enceinte subsistent encore aujourd'hui dont celle de la maison du Doyen de Toussaint (tour nord-est), celle de la maison des comtes du Perche (tour sud) et celle de l'ancienne prison. »

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)  LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)

     

         La ville de Mortagne-au-Perche a créé un excellent circuit patrimoine où figure le plan des remparts de la cité (voir photo ci-dessus à gauche). Il est possible de se le procurer à l'Office de Tourisme de la ville. Ce plan m'a essentiellement servi pour mettre au point le plan des remparts de Mortagne-au-Perche... Que l'Office de Tourisme soit ici remercié ! NDB

     

    LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne) LES REMPARTS DE MORTAGNE-AU-PERCHE (Orne)
    Photo 1 : http://www.forum-normand.org/t651-enigme-n22-les-remparts-de-mortagne-au-perche ; Photo 2 : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=61293_8 ; Photo 3 : http://lemag.weekendesk.fr/tag/orne_t112/1 : Photo 4 : http://album.clubalpin-idf.com/Randonnee/2012-03%20Perche/Dominique/index.html#PXL013.jpg ; Photo 5 : http://www.agences-vertes.fr/b6404-u3-manoir-de-ville-en-vente-a-mortagne-au-perche.html

     

    Sources :

     

    [1] http://www.france-voyage.com/villes-villages/mortagne-au-perche-23507.htm

    [2] http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article845

    « LES REMPARTS DE LOUVIERS (Eure)LES REMPARTS D'AUMALE (Seine-Maritime) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :