• LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne) LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne) LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)

     

         « A peu de distance de Longni se voient les ruines du château de Marchainville, ainsi nommé peut-être parce qu'il se trouvait sur la marche ou frontière du Perche et du pays chartrain. » [1] « ...d'où son nom de Marchesvilla vers 1080, la "marche" signifiant la frontière. » [2]

     

         « ...Les ruines de fortifications rappellent le souvenir des six tours du vieux château bâti au 11e s. par Geoffroy IV*, comte du Perche, afin de contrôler cette région frontière à proximité du pays chartrain, de la Normandie, et des possessions des sires de Bellême et Alençon qui s’étendaient jusqu’à Sées. » [3] 

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)   LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)

     Plan hypothétique du château de Marchainville (à améliorer...) ; blason des comtes du Perche par Bruno Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Bruno., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1425366 

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)     « Le château fort fut élevé par le comte du Perche Geoffroy IV*.

         Charles le Mauvais, roi de Navarre, qui menait la guerre aux côtés des Anglais contre Charles V, s'empara de la forteresse en 1364 et s'y enferma. » [4]

     

         « Elle fut alors assiégée et reprise pour le compte du roi Charles V par son jeune frère Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, grâce à l’utilisation de catapultes projetant de grosses pierres pour effondrer des pans de murailles. » [3]

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)     « Il était défendu par les Navarrais. « Pour contraindre le dit Châlel mieux à leur aise, il en firent mener et eharrier avec eux plusieurs engins de la cité de Chartres.... Si l'assiégèrent et environnèrent de tous points, et firent tantôt dresser et asseoir leurs engins par devant, qui jetoient jour et nuit à la forteresse, et durement la contraignoient.... Tant fit le duc et si l'oppressa par assauts et par les engins qui y jetoient nuit et jour, que ceux qui dedans étoient se rendirent, sauves leurs vies et leurs biens. Si s'en partirent ; et tantôt le duc envoya prendre la saisine et possession par ses maréchaux, monseigneur Boucicault et Jean de Vienne, maréchal de Bourgogne et délivra le duc le châtel à un écuyer de Beauce qui s’appeloit Guillaume de Chartres. Cil le prit en garde à soixante compagnons avecques lui. » (Froissart) [1]

     

         Mais après la victoire des Anglais à Verneuil en 1424, ceux-ci s’empressèrent de venir détruire Marchainville, en mettant le feu au bourg et au château. » [3] 

     

         « La tradition parle d'autres sièges, d'autres assauts ; elle attribue aux anglais la destruction et l'incendie de Marchainville, vers 1424 probablement. Les habitants sans ressource et sans asile seraient allés s’établir à Verneuil, où ils auraient transporté leur industrie qui était la bonneterie : le marché de Marchainville aurait été transféré à Longni, dont l'agrandissement daterait de cette époque. » [1]

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne) LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne) LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)

     Ci-dessus : à gauche, plan extrait du cadastre napoléonien ; au centre, plan extrait du site Géoportail ; à droite, photo aérienne extraite du site Google Earth.

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)     « Le château conserve les vestiges de six tours et, à l'ouest et au nord, l'emplacement des anciens fossés et remparts. » [4]

         « D243, le porche, à droite de la maison du gardien, est un vestige du rempart, maçonnerie grossière en silex et grison. » [2]

     

         « La maçonnerie à chaux vive et quelques ouvertures à plein cintre des six tours dont il subsiste des débris, paraissent remonter au onzième ou au douzième siècle. Deux portes dont le haut se peut encore apercevoir au-dessous des décombres, semblent annoncer l'existence d'anciens souterrains. » [1]

     

    LES REMPARTS DE MARCHAINVILLE (Orne)     *Aucune trace de ce « Geoffroy IV » répété à l'envie... Au 11e siècle, il pourrait plutôt s'agir du comte du Perche Geoffroy Ier ou bien II ? (NDB)


         Le château de Marchainville est une propriété privée et ne se visite pas. Eléments protégés : quatre tours en ruines et vestiges des remparts les reliant (cad. H 52, 55) : inscription par arrêté du 28 décembre 1978.

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Le département de l'Orne archéologique et pittoresque par Léon de La Sicotière - Beuzelin, 1845 - 304 pages https://books.google.fr/books?id=AX60J1ME6d4C&pg=PA186&lpg=PA186&dq=Marchainville+ch%C3%A2teau&source=bl&ots=WTubxJKlWF&sig=C8e5Ou6AJvSfl-NVO3-1TK_Izcw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj9j4WI6cnVAhWJ1hQKHekjB-s4ChDoAQhJMAU#v=onepage&q=Marchainville%20ch%C3%A2teau&f=false

    [2] Extrait de http://www.phanelle.fr/gribouille1789/actes_insolites_v02/actes_insolites_003_61_008.htm

    [3] Extrait de http://sainteanneduperche.com/Eglise-MARCHINVILLE

    [4] Extrait de Wikipédia

    « LES REMPARTS DE BEAUSSAULT (Seine-Maritime)LES REMPARTS DE CONDE-SUR-NOIREAU (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :