• LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)

         En 1972, les communes de Grandcamp-les-Bains et et de Maisy s'associent. La nouvelle commune est baptisée Grandcamp-Maisy. La fusion devient totale en 1992. (NDB)

     

         « Maisy est un petit bourg de 25 maisons et de 4 à 5 grosses fermes, sur le bord de la mer. La seigneurie de Maisy a appartenu autrefois à Bertrand Duguesclin, connétable de France. » [2]

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     En 1364, lors de la Bataille d'Auray, le futur connétable Du Guesclin est fait prisonnier avec son cousin Robert de Brucourt, seigneur de Maisy. Du Guesclin est rapidement libéré après paiement d'une rançon de 100 000 francs or par le roi de France Charles V. De Brucourt, lui, reste aux mains des Anglais. En 1375, Du Guesclin règle sa rançon de 14 000 francs d'or pour le libérer en contrepartie de la châtellenie de Maisy. Il lui en laissera cependant la jouissance, tout en se réservant quelques droits. (NDB)

     

         « Du Guesclin ne se manifeste guère dans sa forteresse du Bessin qu’il a peut- être acquise pour être proche de ses lieux de combat. » [1]

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     « Les bourgeois de Bayeux présentèrent, en 1377, à noble et puissant seigneur M. Bertrand Duguesclin, connétable de France, une pipe de vin de Beaune, un muy d'aveine et un demi-cent de cire ouvrée (bougie), dans l'abbaye de Mondaye. Dans la même année, Mme la connétable étant venue demeurer à Maisy, la ville de Bayeux lui fit présent de deux pipes de vin de Beaune et demi cent de cire ouvrée, pour lui recommander ladite ville.

         Il existe encore quelques vestiges des ruines de ce château. » [2]

     

    Portrait ci-dessus de Bertrand Du Guesclin extrait de http://falbo.blogspot.fr/2013/06/bertrand-du-guesclin-un-ephemere-comte.html

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)  LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)

     

         « A sa mort en 1300, Olivier Du Guesclin assume la succession de son frère mais se séparera du domaine.

         Vous pouvez observer les ruines de ce château en empruntant le chemin du lieu Marais. » [1]

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)  LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)

     Ci-dessus photo aérienne extraite du site Google Earth montrant les ruines du château de Maisy ; blason de Bertrand Du Guesclin par Ec.Domnowall — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=21145046 

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     « L'antiquaire examine avec intérêt les ruines du château de Maisy, qui fut habité par Bertrand Duguesclin, connétable de France. C'est sur le territoire de cette commune qu'abordèrent, au 9e siècle, Bier, surnommé Côte-de-fer, et le fameux pirate Hasting, son gouverneur, à la tête d'une troupe de Norvégiens. Cette première visite des hommes du Nord fut bientôt suivie de plusieurs autres. IIs s'établirent sur les côtes du Bessin, et en devinrent définitivement les maîtres sous Rolf ou Rollon, leur chef, après le traité de Saint-CIair-sur-Epte. » [3] 

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     « L’étude des seigneurs de Maisy débute par Hamon-aux-Dents ; puis les du Hommet (Richard Ier, Guillaume II et Enguerran) ; les de Brucourt (Jean de Brucourt et Lucie du Hommet, Robert en 1284 et Robert en 1360) ; la famille du Guesclin (avec Bertrand, connétable de France et Olivier, son frère) et la famille d’Ivry (Charles et Jean). Victor-René Hunger présente Jacques Hoguet et Guillemette d’Esquay, sa femme ; Catherine de Marcilly et les d’Estouteville (Robert d’Estouteville et Ambroise de Loré, sa femme ; Charles de Luxembourg et Charlotte d’Estouteville, sa femme) ; les d’Alègre (Yves, marquis d’Alègre ; Yves d’Alègre, baron de Millau, puis marquis d’Alègre ; Antoinette du Prat, veuve de Christophe d’Alègre et ses enfants mineurs ; Marie d’Alègre, femme de Philippe de Béthune ; Yves-Claude, marquis d’Alègre ; Marie Marguerite, marquise d’Alègre, femme de Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay) ; les Le Fèvre de Caumartin (Louis-François, Félix, Catherine-Magdelaine de Verthamon, Louis-Urbain, Louis-François, Jean-Paul-François) ; les de Bruny (Jean-André, Alexandre-François) ; Jean-Jacques-Michel Filleul de Maisy ; Jean-Jacques Tardif de Petiville. »

     

    « Les seigneurs de Maisy du 11e au 18e siècle

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     Lors de la mémorable bataille du Val-ès-Dunes en août 1047, Hamon-aux-Dents, premier seigneur de Maisy connu, qui avait pris le parti des révoltés contre le duc Guillaume, fit preuve d’une grande bravoure. Après avoir, dit-on, renversé de son cheval le roi de France qui avait promis aide et secours au duc, il périt au combat. Le roi aurait ordonné de grandes funérailles pour rendre hommage à son courage et sa valeur. La terre de Maisy fut sans doute confisquée et rattachée au domaine ducal jusqu’au temps d’Henri II. Le roi d’Angleterre créa Richard du Hommet connétable hérédital de Normandie et lui donna des biens importants, dont Maisy. Le 29 septembre 1364, Robert de Brucourt, alors seigneur de Maisy, prit part à la bataille d’Auray. Un de ses fils y trouva la mort et lui-même demeura prisonnier des Anglais. Pour payer sa rançon, il fut contraint de vendre ses biens et ceux de sa femme, à Bertrand du Guesclin, connétable de France, vers juillet 1375. Désireux d’obtenir les bonnes grâces d’un si puissant voisin, les bourgeois de Bayeux envoyèrent des présents au nouveau seigneur de Maisy dont « une pipe de vin de Beaune, un muy d’aveine et demi cent de cire ouvrée ».

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     Charles d’Ivry devint seigneur de Maisy à une époque qui demeure imprécise. Tout jeune, il fut attaché à Charles VI, alors dauphin, en qualité « d’enfant servant d’écuelle ». Il s’illustra ensuite dans de nombreux tournois et joua un rôle politique important. Il fut notamment chargé de négocier la capitulation de Compiègne qui s’était révoltée contre l’autorité royale en 1414 et participa l’année suivante à l’élaboration du traité de paix avec le roi d’Angleterre. Son frère Jean avait hérité de la seigneurie de Maisy quand, en 1418, le château tomba au pouvoir des Anglais. Comme l’ensemble de ses biens, la forteresse fut confisquée et donnée à Jacques Hoguet, chevalier anglais moyennant l’hommage qu’il rendit le 20 mars 1419 et la remise d’une épée qu’il devait faire chaque année au château de Caen, le jour de la fête de Saint-Jean-Baptiste. La seigneurie passa ensuite à la famille d’Alègre. Yves fut seigneur de Maisy jusqu’en juillet 1577. Vers le 12 de ce mois, il fut blessé au siège d’Issoire d’un coup d’arquebuse et peu après, il « fut tué de nuict en son château d’Alègre, à l’occasion d’une dame qu’il aymoit ». Un siècle plus tard, Louis-François Le Fèvre, seigneur de Caumartin, de Boissy et d’Argouges, acquit la seigneurie de Maisy. Il avait joué un rôle actif pendant la Fronde et était l’ami intime et le conseiller du cardinal de Retz. Son fils, Louis-Urbain lui succéda. Intendant des finances et conseiller d’état, il fournit à Voltaire un grand nombre de renseignements pour Le siècle de Louis XIV. » [4]

     

         « Le château était composé de 2 ailes placées en équerre et encadrant une cour fortifiée. L’une des ailes formait le corps de logis principal, appuyé à l’ouest sur un donjon. Elle (la forteresse) comprenait au moins une grande salle voûtée au rez-de-chaussée, 2 chambres au 1er étage, 2 chambres au 2ème étage et un comble... L’autre aile perpendiculaire à la précédente formait un vaste bâtiment dont on n’aperçoit plus les divisions mais qui était couvert d’un toit à double versant dont le pignon est encore visible sur le mur principal.

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados)     Evolution : Il est une première fois occupé par l’Anglais. Un deuxième assaut en 1418 lui est fatal. Les défenses ne sont plus en mesure de supporter les coups de canon, la nouvelle arme. Les pilleurs de pierre achèveront le travail. Au 17ème siècle il est décrit dans un acte de vente de la seigneurie de Maisy comme " ...château de présent ruiné en la plus grande partie, anciennement clos de murs et de fossés pleins d’eau... " 
         On peut craindre plus qu’une usure, des effondrement importants et qui seraient irrémédiables. Déjà âgé d’un millénaire, les hommes donneront-ils au château quelques chances d’en débuter un deuxième ? » [5] 

     

    LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) LES REMPARTS DE MAISY (Calvados) Photos Gilloudifs

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://www.grandcamp-maisy.fr/histoire-et-patrimoine/patrimoine/

    [2] Extrait de Annuaire du département du Calvados pour l'année 1836

    [3] Extrait de Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, p.223, Volume 5, 1838

    [4] Extrait de http://www.histoire-locale.fr/Modules/Journaux/pdf/08032017.pdf

    [5] Extrait de http://grandcamp-cartes.pagesperso-orange.fr/chateau_duguesclin.htm

     

    Bonnes pages :

     

    O https://books.google.fr/books?id=Rc4EAAAAQAAJ&pg=PA405&dq=ch%C3%A2teau+de+Maisy+Du+guesclin&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi-84Dk1rjVAhUHPRoKHQ59DjAQ6AEIJDAA#v=onepage&q=ch%C3%A2teau%20de%20Maisy%20Du%20guesclin&f=false

    « LES REMPARTS DE REMALARD (Orne)LES REMPARTS DE MONTEBOURG (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :