• LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados) LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados) LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)

    Au centre une photo par C. de Beaurepaire — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=13206546

     

         Un château-fort existe à Louvagny au 12e siècle, dont subsistent des vestiges : une tour ronde reliant les bâtiments. La seigneurie est vendue en 1595 à Louis de Beaurepaire, famille dont les descendants restent les propriétaires du château jusqu'à la fin du 20e siècle. Un logis du 18e siècle est ordonnancé de manière symétrique et un pavillon oriental conserve des éléments du 18e siècle en particulier une porte et des cheminées. (NDB)

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)   LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)

     Plan de situation du château de Louvagny ; blason de la famille de Beaurepaire de Louvagny par Yves LG — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14631280

     

    Historique

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)     « Au Moyen Âge, Louvagny faisait partie pour huitième du fief de Barou qui dépendait sans doute des barons de Courcy, une famille des plus importantes de Normandie. Courcy n'est éloignée que de 2,5 km de Louvagny. (…)

         L'histoire du château est intimement liée à celle de la famille de Beaurepaire de Louvagny, famille qui servit la France avec distinction sous tous les rois, de Philippe V à Louis XVIII, les empereurs Napoléon Ier et Napoléon III, ainsi que la république durant les guerres de 1870, 1914, 1939, en Indochine et en Algérie, famille dont le patronyme originel est Gaultier et dont la filiation remonte à 1200 par Jean-Michel Gaultier, seigneur de Courteilles, des Bois, de Longchamps, etc... » [1]

     

    Famille de Beaurepaire de Louvagny : voir à  https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Beaurepaire_de_Louvagny 

     

         La filiation se poursuit par Jean Gaultier, écuyer, seigneur du Rou, de Jort, de Pierrefitte, etc. Il servit le roi Louis XI contre le duc de Bourgogne et accompagna Charles VIII en Italie. Le 4 mars 1480, il fut maintenu en sa qualité de noble et déchargé de la taxe des francs-fiefs.

         Il épousa en secondes noces Jacqueline de Beaurepaire. Le nom de Beaurepaire étant sur le point de s’éteindre, le mariage ne fut accordé qu’à la condition que le premier enfant qui naitrait et ses descendants prendraient le nom et les armes de Beaurepaire. De cette seconde union naquit Gratien Gaultier, dit de Beaurepaire, écuyer, seigneur de Jort, de Pierrefitte, de La Malardière, etc. Il commandait une compagnie de cavalerie dans les guerres contre Charles Quint, sous François Ier et Henri II.

         Le 25 janvier 1561, il obtient du roi Charles IX des lettres patentes, enregistrées le 9 février 1561, donnant l’autorisation pour lui et ses descendants en légitime mariage de prendre, en mémoire de ses loyaux services, les nom et armes de Beaurepaire.

         Au début du 15e, la seigneurie de Louvagny était la propriété de Girot Le Normand et les Gaultier, seigneur de Jort, se lièrent d’amitié avec la famille Le Normand, amitié qui perdura.

         Ainsi, le 14 novembre 1595, Nicolas Le Normand vendit sa seigneurie de Louvagny à Louis de Beaurepaire.

         Son fils, François de Beaurepaire, écuyer, commandant une compagnie de gens à pied, obtint en mai 1651, l’érection en plein fief de haubert, les fiefs et terres nobles de Louvagny, le titre de comte et l’autorisation d’y construire un château, par lettres patentes de Louis XIV, enregistrées le 24 juin 1651.

     

    [voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Beaurepaire_de_Louvagny]

     

         La famille porte depuis le nom de Beaurepaire de Louvagny. Tous les descendants portent le titre de vicomte, le titre de comte continuant à être porté par le chef de famille, descendant de la branche ainé. Le titre de marquis, accordé par Louis XV à Marc Antoine de Beaurepaire (rameau de Damblainville et Saint-Germain) ne fut pas relevé. (…)

         Le comte procède vers 1840 à des essais agronomiques sur ses terres afin d'en faire bénéficier sa commune. (...)

         Le château cessa d'être la propriété de la famille de Beaurepaire par succession et filiation :

         Joseph, Alexandre, Reine de Beaurepaire, né à Louvagny le 1er octobre 1783, épousa en 1833 N. de Robillard. De cette union, naquirent quatre filles. Aucune des trois premières ne se marièrent. La quatrième, Marie, Élisabeth (5 août 1838–22 mars 1899) épousa M. de Postel, qui hérita du château.

         Enfin, Éliane (1931-1995), la petite-fille de M. de Postel, devenue seule héritière du château, épousa le 3 mars 1955, le capitaine Jean Chavane de Dalmassy, dont un des descendants est actuellement en 2011 le propriétaire.» [1]

     

    [voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Beaurepaire_de_Louvagny ]

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados) LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)

     Ci-dessus : à gauche, plan extrait du cadastre napoléonien de 1813-1829, Archives du Calvados, https://archives.calvados.fr/accueil.html ; à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    Architecture

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)     « Le château est bâti au sein d'un parc d'environ 100 ha clos de murs.

         Une tour ronde subsiste du château médiéval et réunit deux bâtiments. (…)

         Rien n'existe au chartrier de Louvagny qui permette de situer avec précision la date de construction du château. La tradition familiale rapporte que son constructeur en fut François de Beaurepaire (décédé le 4 février 1664). Ce fut lui qui, par achats successifs, aurait constitué le parc qu’il fit clore. Ce serait aussi lui qui fit construire la chapelle. Les monuments historiques évaluent la construction pour ¾ au 17e et pour ¼ au 18e. (…)

         Le logis du 18e siècle est ordonnancé de manière symétrique et le pavillon oriental conserve des éléments du 17e siècle en particulier une porte et des cheminées. » [1]

     

         « Le château de Louvagny fut bâti à la fin du 17e, et bien qu’il ne remonte pas au temps de la féodalité, sa forme représente ce que les Anglais, dans leur nomenclature architecturale appellent castellated house, c’est-à-dire un manoir arrangé en château ou en fort. La construction des remparts, ou fosses, des bastions, des meurtrières de la tour, de la porte élevée au nord et percée pour un pont-levis, atteste de la pensée du fondateur, qui déploya du reste une véritable grandeur dans les dehors du château, dans le parc et dans les avenues de la terre. Du haut de la tour on a une large vue sur tout le pays.

         L’église est moderne et insignifiante. Une chapelle seigneuriale y est adossé au-dessous de laquelle est le caveau sépulcral des Beaurepaire. A la voûte sont leurs armoiries et celles de toutes les femmes qui sont entrées par alliance dans la famille ». » [2]

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)

     Ci-dessus : le château de Louvagny : gravure de 1829 par C. de Beaurepaire — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=13035338

     

         « La reproduction de la gravure faite par M. de Vauquelin en 1829, donne une bonne vision du château de l'époque. (...)

         Le château a subi d’importantes modifications, surtout extérieures : l’avenue qui y mène passe entre les deux corps de bâtiment qui forment les communs.

         À quelques mètres de l’entrée se trouvent les restes du pont-levis, car une grande partie des douves qui encerclaient le château a été comblée en 1830-1840 ; ne reste que la partie ouest des douves.

         L'intérieur a été dans l’ensemble bien entretenu. À noter des plafonds qui ont été endommagés lors des bombardements de 1944. » [1]

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)     « Le château de Louvagny a été lithographie dans la Statistique de l'arrondissement de Falaise ; il était entouré de douves, et une tour s'élève à l'un des angles ; toutefois les parties les plus anciennes ne remontent pas au-delà du temps de Louis XIV.
         Un parc, clos de murs, entoure le château : c'est un des plus vastes du pays, il a plus de 100 hectares d'étendue. M. le comte de Beaurepaire y a fait des travaux importants et transformé en herbages des terres précédemment labourées. On y voit, comme je l'ai dit, la porte romane de l'église de Pont. »
    [3]

     

    Photo ci-dessus par C. de Beaurepaire — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=13206290

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)     « Le corps le plus ancien du château remonte au 17e siècle, autorisation de construire un château et une chapelle accordée en 1651. Cette partie, comportant l'aile en retour nord terminée par un pavillon carré, a été bâtie de 1651 à 1664. Le corps en retour, accolé à une tourelle en demi hors-œuvre, fut élevé au début du 18e siècle. Les bouches à feu qui flanquent l'ensemble rappellent la vocation défensive du site. Entre 1830 et 1840 les douves qui ceinturaient l'ensemble ont été comblées. Un pont dormant permettait le franchissement. Un parterre conforme aux canons du 18e siècle, prolonge la façade sud. Dans le parc un pavillon du 17e siècle pourrait avoir servi de maison de garde. Au 19e siècle, un pont-levis a été ajouté dans la cour d'honneur. La glacière située dans le parc sert depuis le 20e siècle, au captage de la source qui alimentait les douves. » [4]

     

    Protection :

     

    LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados)     « Le domaine fait l'objet d'une inscription comme monument historique depuis le 10 août 1977 : les façades et les toitures du château et d'un bâtiment du 17e siècle dans le parc, la porte de l'ancien pont-levis, l'escalier intérieur avec sa rampe en fer forgé, le grand salon, la salle à manger, la porte romane de l'église de Pont remontée dans le parc. Un arrêté du 6 avril 2006 complète le précédent en protégeant l'assiette des sols avec le réseau hydraulique, la cour d'honneur et les façades et toitures des communs. (…) Toujours protégés par les monuments historiques, on trouve l'église paroissiale qui jouxte le château avec la chapelle seigneuriale de la famille de Beaurepaire et son décor y compris la claire-voie la reliant à l'église.

          Dans l'église, la chapelle seigneuriale et le cimetière entourant l'église se trouvent des caveaux et tombes où sont inhumés les corps des familles Beaurepaire, Postel et Chavane de Dalmassy. » [1]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de la Statistique de l'arrondissement de Falaise par Frédéric Galeron ; Brée l'aîné, 1828 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58285599/f398.image.r=%22Ch%C3%A2teau%20de%20Louvagny%22?rk=128756;0

    [3] Extrait de la Statistique monumentale du Calvados : T. II. par Arcisse de Caumont ; Derache, 1850 - 622 pages https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96626634/f404.image.r=%22Ch%C3%A2teau%20de%20Louvagny%22

    [4] Extrait de http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-calvados-chateau-a-louvagny-chateau-de-louvagny.html

     

    Bonnes pages :

    O http://tourisme.aidewindows.net/louvagny.htm

    O  http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-calvados-chateau-a-louvagny-chateau-de-louvagny.html

    O  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96626634/f404.image.r=%22Ch%C3%A2teau%20de%20Louvagny%22

    « LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE VAUVILLE (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :