• LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados) LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)

    A gauche représentation du château Ganne aux 11-12èmes siècles extrait du site http://www.lafabuleuseepopee.com/chateau-ganne/

    ; à droite photo montrant l'entrée actuelle du château (cliché : Gilloudifs)

     

         « Le château Ganne est un ancien château dont les vestiges (des 11e et 12e siècles) sont situées sur les anciennes terres du château actuel de La Pommeraye, dans le département français du Calvados. Il est localisé au sein d'une région accidentée surnommée la Suisse normande. Il a été acquis par le conseil général du Calvados en 2003. Le château Ganne fait l'objet de fouilles archéologiques. En effet il fait partie d'un projet d'étude pluridisciplinaire mené par le conseil général du Calvados.

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)  LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)

     A gauche, cartes postales du château Ganne ; à droite, plan hypothétique du Château Ganne

     

          Le nom de château Ganne lui a été attribué au 18e siècle. Il portait auparavant le nom de château de la Pommeraye. De nombreux châteaux, notamment en Normandie, portent le nom de Ganne. Ce serait le surnom du père de Ganelon qui causa la mort de Roland à Roncevaux en trahissant Charlemagne.

    Historique

         Le château est possession des seigneurs de La Pommeraye jusqu'au milieu du 12e siècle. En 1167, les chanoines de l'abbaye du Val se voient confier la chapelle castrale par Henri II de la Pommeraye. En 1180, le château lui est confisqué pour des raisons inconnues par le roi d'Angleterre. La famille en reprend possession au début du 13e siècle ayant choisi le parti anglais. À la mort de Goscelin III de La Pommeraye en 1219, le château est transmis à un neveu, de la famille de Fontaine, et non à son fils Henri. La famille de Fontaine en est encore détentrice au début du 14e siècle. Le château change par la suite, à de nombreuses reprises, de propriétaire.

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)     Le château est aménagé en parc romantique à la fin du 19e siècle. [A gauche : château "moderne" de la Pommeraye situé en contrebas du château Ganne ; photo Gilloudifs]. La tempête de fin décembre 1999 a dévasté les bois qui entouraient les ruines du château.

     

         Les vestiges du château, visibles et non visibles, font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 25 septembre 2000. 

     

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados) LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados) LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados) LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)

    Différentes représentations de la tour porche du château Ganne au 19ème siècle. Extrait du document PDF " Les représentations du château Ganne au 19ème siècle : légendes et réalité " par Anne-Marie Flambard Hericher : association les Annales de Normandie 2006 : http://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2012-2-page-291.htm

     

    Architecture

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)     Le château se compose de trois enclos successifs de plus en plus défendus : une première basse-cour, une deuxième basse-cour, la haute-cour. L'ensemble du dispositif défensif, constitué dans son premier état de la pente naturelle, de fossés et de remparts de terre élevés avec les terres extraites et couronnés de palissades de bois, s'étend sur 350 m de long et 80 à 100 m de large. [ A gauche, dessin d'Auguste-Alexandre Guillaumot]

         La première basse-cour, d'une superficie de 8 000 m2, est ceinturée d'un talus et d'un fossé. Plusieurs chemins se rejoignent dans cette zone avant d'arriver à la porte donnant sur la deuxième basse-cour. Celle-ci mesure 100 m de long sur 25 à 40 m de large. Un rempart de terre, mais aussi un fossé entre les deux basses-cours, en assurent la défense. Une courtine maçonnée fut construite lors de la dernière phase d'occupation. Dans cette partie du site, les fouilles archéologiques ont révélé la présence d'un puits, d'un bâtiment résidentiel, d'un bâtiment domestique, d'une chapelle. Le premier édifice fut construit au 12e siècle en grès schisteux, le calcaire étant réservé aux piédroits des portes. Une volonté ostentatoire se perçoit par la présence de colonnettes encadrant les ouvertures et, à l'étage, de fenêtres munies de vitres, une rareté à l'époque. Ces éléments indiquent qu'il pourrait s'agir d'une salle d'apparat servant à accueillir les hôtes. Un escalier de bois devait permettre l'accès à l'étage, lequel est séparé du rez-de-chaussée par un plancher de bois. Le bâtiment domestique est construit en grès schisteux à la fin du 10e siècle. Il contient un four à pain. Différentes activités domestiques semblent y avoir été menées. Dans un second temps, le puits, jusque-là d'accès libre, est couvert et rattaché à l'édifice par un couloir de pierre. Le bâtiment de pierre fut précédé au début du 10e siècle par une cabane en bois et par appentis à claire-voie abritant un foyer.

     

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)     La première mention de la chapelle date de 1167. Comme pour le bâtiment résidentiel, le calcaire est employé pour souligner des lignes de force de l'architecture. Des vitrages étaient disposés aux fenêtres et les murs recouverts de peintures murales à figures géométriques et peut-être aussi figuratives très colorées. Des pierres sculptées réemployées d'un bâtiment du 11e siècle ornaient les murs. Des fonts baptismaux et des banquettes sont rajoutés à la fin du 13e siècle.

    Vue aérienne ci-dessus extraite du site http://www.lafabuleuseepopee.com/chateau-ganne/

     

         La deuxième basse-cour est séparée de la haute-cour, dernier réduit du château par un fossé de 4,5 m de profondeur pour 12,5 m de large. Un pont avec une partie mobile devait le traverser devant la tour-porche. Cette tour présente des piédroits en calcaire et quelques maçonneries de grès schisteux en arête-de-poisson. Un large passage voûté à sa base permettait le passage de charrettes. La haute-cour, ovale, est longue de 65 m et large de 45 m. Un mur de pierre en faisait le tour. Cette partie du site n'avait pas encore fait l'objet de fouilles en 2008. » [Wikipédia]

     

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)

    Ci-dessus différentes vues prises à l'intérieur de la basse-cour en 2016 ; clichés Gilloudifs 

     

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)La légende du Château Ganne

         « De nombreux châteaux, en Normandie et au-delà, portent le nom de Ganne que la légende attribue au père de Ganelon dont la traitrise aurait causé la mort de Roland à Roncevaux. Le même récit, à quelques détails près, s’attache à tous les châteaux éponymes. Dans tous les cas un épisode légendaire relatant une trahison est attaché à la forteresse.

         Toutefois, le château de La Pommeraye a été qualifié, très tôt, dès le 15e siècle du nom de Ganne. La légende y fait intervenir Mellia, sœur de Ganelon et fille chérie de Ganne, dans un épisode guerrier qui se déroule après le désastre de Roncevaux : Charlemagne, voulant venger son neveu Roland, s’attaque au père du traître et l’assiège dans son château qui manque bientôt de ressources. Pour aller chercher du secours au dehors, Mellia, déguisée en homme, sort clandestinement, mais elle est interceptée par les assaillants qui découvrent sa supercherie. Soucieuse de porter secours aux siens, convaincue par les belles paroles de leur chef dont elle est éprise, Mellia accepte de retourner au château et d’ouvrir les portes à l’ennemi. Une fois dans la place, oubliant leurs promesses de clémence, les agresseurs s’emparent du vieux Ganne, l’enferment dans un tonneau garni de pointes de fer et le précipitent du haut de la falaise du Martret. Comprenant qu’elle a été trompée et se sentant responsable de la mort de son père, Mellia, de désespoir, met fin à ses jours.

         Soutenu par la présence des ruines monumentales et suggestives, le souvenir de la légende est toujours vivace dans la région. La malheureuse aventure de Mellia a été mise par écrit à plusieurs reprises, notamment par Octave Féré en 1836 et, presque un siècle plus tard, par l’abbé Delacotte qui en a tiré une pièce de théâtre. La présentation de celle-ci au public en 1935, au cœur des ruines, devant 3000 spectateurs, hante encore les mémoires. La renommée des comédiens et la diffusion du spectacle sur Radio Normandie ont contribué à fixer l’événement dans les esprits. » Extrait de http://www.unicaen.fr/crahm/chateauganne/spip.php?article106 

     

    Bonnes pages :  http://www.unicaen.fr/crahm/chateauganne/

     

    LES REMPARTS DE LA POMMERAYE (Calvados)  Livre recommandé : "Le château Ganne, premiers résultats de la fouille archéologique" par Anne-Marie Flambard-Héricher, publications du CRAMH, 2008

     

     

    Ci-dessous document PDF " Les représentations du château Ganne au 19ème siècle : légendes et réalité " par Anne-Marie Flambard Hericher : association les Annales de Normandie 2006 : http://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2012-2-page-291.htm

    « LES REMPARTS DE CHAMBOIS (Orne)LES REMPARTS DE BRICQUEBEC (Manche) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :