• LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)            Il existe une " motte féodale très bien conservée, à la Neuville-Gouvion (propriété privée) " [1] sur le territoire de la commune de Conteville. [NdB]

     

     

     

         " Conteville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie. (...)

         Le territoire a possédé plusieurs mottes féodales, dont une vers Gaillefontaine et Criquiers, mentionnée en 1871 comme détruite. Une autre motte, très élevée et dénommée le Catel ou le Château, (celle de La Neuville-Gouvion) dont le diamètre au sommet atteignait 30 m, constituait l'origine de l'ancienne ligne de défense appelée " le Fossé du Roy ", édifiée au cours du 12e siècle aux confins du duché de Normandie et du royaume de France. Cet ouvrage, long de 12 kilomètres, traverse Ronchois, Illois, le Mesnil-David et Sainte-Beuve, pour finir à Bétonval, est édifié en retrait d'Aumale, entre Gaillefontaine et la basse forêt d'Eu. " [1] 

     

    Ci-dessus, la motte de La Neuville Gouvion : photo extraite d'un site néerlandais très complet et fort bien documenté sur les mottes en Europe dont celles de Normandie : http://www.basaarts.nl/vraagbaak.php

     

         " Neuville-Gouvion, motte qui est à la tête d'un grand fossé,
    s'étendant sur plusieurs communes, désigné sous le nom de Fossé du Roy. Fouillée en 1861, elle a fourni des fers oxydés et des tuiles à rebords. " [2] 

     

    LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)   LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)

     

    Plan de situation de la motte de La Neuville-Gouvion à Conteville ; blason de la Seine-Maritime par I, Koro, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2487547

     

    LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)     " Neuville-Gouvion, actuellement, une des sections de Conteville, était jadis une seigneurie et avait une chapelle détruite peu avant 1789.
    Une grande partie des dépendances du manoir forme le village ; mais l'emplacement de ce château est la propriété de M. le baron d'Anvin de Hardenthun.
         On y remarque une très belle motte, dominant tout le pays, par sa grande élévation. Elle a 30 mètres environ de diamètre, à son sommet, où l'on trouve un puits très bien conservé. Les herbages environnants sont couverts des débris des murs d'enceinte et de ceux du château, qui, à en juger par les vestiges, devait être important, à l'époque de la féodalité. La petite place située près de cette ancienne seigneurie porte encore le nom de
    place du Catet, ou du Château.
         De cette motte, sur laquelle on n'a pu nous donner des renseignements authentiques, part le chemin dit :
    le Fossé du Roi, ou Fossata Regis.
         Ce nom lui était attribué dès 1314, et l'on pense qu'il servait de démarcation entre deux peuplades anciennes.
         Cependant, d'après une tradition populaire, très accréditée dans les communes de Conteville, Ronchois, Illois, et Sainte-Beuve, que traverse ce chemin, qui se perd dans la forêt d'Eu, le manoir de Neuville-Gouvion et le fossé du Roi seraient plus anciens de construction. On prétend
    que la reine Blanche de Castille, mère de Saint-Louis en fut la fondatrice, et que le chemin, dont quelques parties sont fort bien conservées, lui servait pour se rendre à Eu, par la forêt, en toute sûreté. On ajoute, même, que, pour faire perdre la trace de sa mule, elle la faisait ferrer au rebours. Les titres seigneuriaux ne donnent aucun renseignement positif sur la motte, ni sur le chemin.

         A l'entrée du village, sur la rue de Conteville, se trouve un Ecce homo, ou chapelle de Saint-Sauveur, construit par M. Hignard, ex-instituteur de Beaufresne, sur sa propriété, il y a peu d'années.
    Notre opinion, sur le manoir de Neuville-Gouvion, et sur le fossé du Roi, diffère de la légende

         1. en ce que nulle histoire ne nous dépeint la reine Blanche de Castille, comme en butte aux vexations, et obligée de se cacher pour les éviter.

         2. Que le chemin de la Hétrelaye, et une partie de la grande rue de Criquiers, portant le nom de Chaussée Brunehaut, nous penserions plutôt que le manoir et le fossé du Roi pourraient bien être attribués à cette reine qui, comme on sait, fut en guerre ouverte avec sa rivale Frédégonde, et fut immolée à son ressentiment.
         Une motte semblable à celle de Neuville-Gouvion, existait encore il a quelques années, aux limites sud-est de Conteville, près de celles de Gaillefontaine et Criquiers. " [3]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE LA NEUVILLE-GOUVION (Seine-Maritime)     « Neuville-Gouvion (Section de Conteville).
         Epoque incertaine. — C’est sur ce village que commence le célèbre terrassement connu dans le pays sous le nom de fossé du Roy, fossata Regis.
         Ce retranchement prend naissance à une motte très élevée dont le diamètre, au sommet, n’a pas moins de trente mètres. On y remarque l’ouverture d’un puits très bien conservé. Cette motte porte le nom de Câtel ou de Château.
         En 1861, M. de Hardentun fouilla cette butte antique, et y découvrit des ferrements oxydés et des tuiles à rebords.


    Pape, « Notices historiques et biographiques sur la ville et le canton d’Aumale " p. 101. " [4]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Google Earth.

     

    Le Fossé du Roy :

     

         " Au hameau de Neuville Gouvion commence le retranchement “ Le fossé du Roi ”. [5]


         " L'ancienne ligne de défense appelée " le Fossé du Roy ", et bordé d'arbres à des endroits où il peut atteindre 7 à 8 mètres de profondeur.
    Ses traces sont encore bien visibles sur la route reliant la Neuville-Gouvion à Ronchois (profondeur jusqu'à 8 m).
    Le site a été remis à jour par l'association « Détours en Bresle » entre les années 2005 et 2008."
    [1]

     

         Voir sur ce même sujet : ici ici ici ici et/ou ici 

     

    Sources : 

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de Matériaux pour l'histoire positive et philosophique de l'homme : bulletin des travaux et découvertes concernant l'anthropologie, les temps anté-historiques, l'époque quaternaire, les questions de l'espèce et de la génération spontanée par Gabriel de Mortillet (1821-1898) – Éditeur (Paris) 1864-09

    [3] Extrait des Notices historiques et biographiques sur la ville et le canton d'Aumale par E.-A. Pape – Éditeur : Veuve Caron (Aumale) 1849 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6516955m/f108.item.r=Neuville-Gouvion.texteImage

    [4] Extrait de La Seine-Inférieure historique et archéologique : époques gauloise, romaine et franque... par M. l'abbé Jean Benoît Désiré Cochet (1812-1875). Editeur (Paris) 1864 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k32141851/f387.item.r=Neuville-Gouvion.zoom

    [5] Extrait de http://www.tourisme-aumale-blangy.fr/accueil/decouvrir-notre-territoire/culture/le-petit-patrimoine-de-la-vallee-2/

    « LES REMPARTS DE CORNEUIL (Eure)LES REMPARTS DU REPAS (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :