• LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

             La Haute-Chapelle, commune réunie en 2016 au sein de la commune nouvelle de Domfront-en-Poiraie, possède plusieurs manoirs d'origine médiévale dont ceux de la Saucerie et de la Chaslerie présentés ci-après :

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     Ci dessus : photo 1 extraite du site http://www.normandythenandnow.com/original-in-all-france-la-saucerie/ ; photo 2 extraite du site http://www.photo-paramoteur.com/photographies-aeriennes/normandie-orne/content/manoir-de-la-saucerie-2_large.html; photo 3 extraite du site http://www.normandythenandnow.com/original-in-all-france-la-saucerie/

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)     « Bâti dans une sorte de bout-du-monde marécageux, le manoir de la Saucerie, classé parmi les monuments historiques en 1955, est aussi remarquable par son histoire que par les vestiges qui en demeurent. »

         « Le manoir de la Saucerie ou la Saucerie est un manoir médiéval des 15e siècle et 16e siècle situé à Domfront-en-Poiraie, commune déléguée de La Haute-Chapelle, dans l'Orne en Normandie. » [1]

     

         « À la fin du 12e siècle, Aliénor d’Aquitaine donna à son saucier et fidèle serviteur Robert les terres des marais de Rouellé-la-Haute-Chapelle. Au 15e siècle, la famille Doynel y fit bâtir un château, dont subsiste une remarquable porte monumentale (15e-16e s.), en grès armoricain paré de granit, couverte par un toit à l’impériale. Elle est encadrée par deux tours rondes percées de meurtrières et coiffées d’un pavillon carré à pan de bois couvert par une toiture en forme de carène renversée. Il existait, à l’arrière de cette porte-châtelet, un second manoir (17e s.) qui a disparu. La Saucerie constitue l’un des derniers témoignages de maison forte médiévale des bocages de l’Orne. » [2]

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)  LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     Plan hypothétique du manoir de la Saucerie ; blason de la famille Doynel de la Saucerie

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)     « En 1198, la duchesse Aliénor d'Aquitaine (reine de France par mariage avec le roi Louis VII le Jeune, puis reine d’Angleterre et duchesse de Normandie par mariage avec le roi Henri II (roi d'Angleterre), mère du roi Richard Ier d'Angleterre (Richard Cœur-de-Lion), et grand-mère du roi Louis IX (saint Louis)...), donne à titre de fief, de nombreuses terres voisines de son château de Domfront, dont ces terres de marais de Rouellé-la-Haute-Chapelle, à son vassal Robert le Saucier, bailli de Domfront et saucier de la reine. Un premier logis seigneurial est construit sur une motte fossoyée dans les marais de La Haute-Chapelle, à qui il donne son nom.

         Au 14e siècle le château seigneurial passe par héritage et mariage, à la famille de Villaines, puis au 15e siècle à la famille Doynel, qui fait construire un puissant château fort sur le précédent, avec logis seigneurial, corps de ferme, et puissante porte châtelet monumentale d'entrée, en grès armoricain paré de granit, constituée d'une tour de fortification principale, flanquée de deux tours rondes latérales, sur quatre niveaux et trois étages, avec créneaux, mâchicoulis, hourds, poternes, meurtrières, échauguettes, pont-levis, douves...

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)     Aux 16e siècle et 17e siècle le château fort est transformé en château Renaissance. Les parties hautes fortifiées sont remplacées par des pans de style maison à colombages normands en bois et briques, avec toitures en forme de carène de bateau renversée, de style dôme à l’impérial à clocheton, couverts de bardeaux de châtaigner. Le logis seigneurial est transformé en manoir Renaissance, avant d’être entièrement détruit par incendie en 1860.

         A la Révolution française, la Saucerie est vendue comme bien national, puis démantelée en grande partie. La famille Doynel la rachète au 19e siècle, puis la transmet par héritage à sa récente propriétaire Élyette Saint-Léger (née Doynel de La Saucerie) descendante de son ancêtre Robert le Saucier. » (…) « Il demeure en outre un colombier en colombages, de forme octogonale. » [1] 

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     

         « Vestige d'un ensemble fortifié dont l'habitation seigneuriale fut incendiée vers 1840. La porte fortifiée qui subsiste, bordée de douves en eau, se compose de deux tours massives circulaires, encadrant un bâtiment à peu près carré. Les tours, percées de nombreuses embrasures pour couleuvrines, sont coiffées chacune par un étage carré construit en pan de bois et briques, et terminé par un comble à l'impériale. La partie centrale est couverte par un dôme surmonté d'un clocheton carré. Sur les angles de la façade postérieure s'élèvent des échauguettes en pans de bois. Entre les tours, au niveau du sol, s'ouvre une porte cintrée surmontée d'un blason sculpté. Elle était précédée d'un pont-levis. Sur la façade postérieure, les traces d'un pont-levis prouvent que le châtelet était entièrement entouré de douves. La poterne, dont la construction peut remonter au milieu du 14e siècle, devait être couronnée par des mâchicoulis et des crénelages. Les parties hautes ont été remplacées au 17e siècle par les constructions en charpente et briques. » [3]

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     Ci-dessus au centre, plan extrait du cadastre napoléonien.

     

         « Monument remarquable et pittoresque de l'ancien duché de Normandie, il est classé aux monuments historiques depuis 1955. » [1] (classement par arrêté du 29 août 1955)

    _____________________________________________________________________

         

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)     « Le manoir de la Chaslerie est un édifice des 14e, 16e, 17e et 18e siècles situé à Domfront-en-Poiraie, commune déléguée de La Haute-Chapelle, en France. (…) Le manoir de la Chaslerie se compose, sur une pente dominant un petit ruisseau, le Beaudouët (affluent de l'Égrenne), d'un ensemble pittoresque de bâtiments construits sur un site ancien (près d'une voie romaine), du 16e au 18e siècle, et de formes très diverses, notamment au niveau des toitures. Il est situé à cinq kilomètres environ au nord de Domfront, sur la route de Lonlay-l'Abbaye. » [1]

    Photo aérienne du manoir ci-dessus empruntée à l'excellent et très complet site internet du manoir de la Chaslerie : http://www.chaslerie.fr/blog.php?b=vie_asso&page=29

     

         « La Chaslerie est un ensemble manorial typique du bocage Domfrontais. Cet ensemble, dénommé localement un « village », fut édifié du 16ème au 18ème siècle sur un site beaucoup plus ancien dont il subsiste des vestiges significatifs (douves et murs percés de nombreuses meurtrières).
         Une cour fermée regroupe les principaux bâtiments (logis avec tours, écuries, colombier). Diverses constructions extérieures à cette cour (chapelle, ferme, cave, pressoir-charreterie, fournil) complètent le dispositif au milieu des prés, des haies et des bosquets.
         Aujourd’hui, la Chaslerie, monument historique classé, est d’abord un chantier de restauration. » [4] 

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

    Plan hypothétique du manoir de la Chaslerie ; blason de la famille Ledin, photo extraite du site http://www.chaslerie.fr/galerie.php?c=Avant-la-Revolution

     

         Le manoir a appartenu, jusqu'à la Révolution à la famille Ledin (dont les armoiries étaient « d'azur fascé, à trois étoiles en chef et un cœur en pointe, le tout d'or »). En termes de féodalité, la Chaslerie relevait de l'abbé et des religieux de Lonlay. L'un des membres de la famille Ledin, gérant les intérêts privés du ministre Sully à cette abbaye, s'était assez enrichi dans ce rôle pour rebâtir le bâtiment principal en 1598, année de l'Édit de Nantes. La violence de ces temps troublés explique le caractère défensif marqué du manoir. La famille Ledin occupa à diverses reprises la charge de vicomte de Domfront et s'éleva socialement, notamment grâce à des alliances, sans toutefois dépasser, du moins dans l'ordre administratif, des charges locales. Un Ledin avait essayé de faire valoir auprès du généalogiste de la Cour d'Hozier l'ancienneté de sa noblesse, en rapport notamment avec un siège de Domfront en 1382 ; mais d'Hozier n'avait pas confirmé ces prétentions. Il est de fait, cependant, qu'au 17e siècle, l'église Notre-Dame-sur-l'Eau, à Domfront, avait été en quelque sorte annexée par la famille Ledin qui y avait fait apposer ses armes à de multiples endroits et déposé les dalles funéraires de nombre de ses membres, y compris un élégant gisant en armure, sculpté dans le calcaire, et qui constitue, à ce jour, le seul gisant restant dans le département de l'Orne. Au moment de la Révolution, la famille Ledin était « tombée en quenouille » ; le gendre propriétaire de la Chaslerie, Louis-Marie de Vassy, comte de Brécey et de Pirou, seigneur de La Forêt-Auvray, fut député de la noblesse aux États généraux de 1789 puis émigra, de sorte que la Chaslerie fut vendue comme bien national. La famille Levêque, des gens de robe originaires du bourg voisin de Saint-Mars-d'Égrenne, en fit alors l'acquisition et la conserva pendant deux siècles. Les derniers propriétaires de la Chaslerie, M. et Mme Pierre-Paul Fourcade, l'ont achetée en 1991 et en mènent la restauration sous le contrôle de l'administration des Affaires culturelles.

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     

         Le manoir de la Chaslerie constitue ce que, dans le bocage normand, on appelle un « village », avec ferme, pressoir avec son « gadage », cave (pour le poiré et le calvados), fournils et puits. Diverses autres dépendances, elles en colombage (démontées depuis 1991 en prévision de leur restauration ultérieure), complétaient les abords. Le manoir proprement dit est bâti autour d'une cour fermée. Le bâtiment principal, à l'est de la cour, est flanqué en diagonale de deux tours coiffées en poivrières ; il porte la date de 1598 ; à l'intérieur, un grand escalier de granit « à mur d'échiffre » dessert le premier étage. À l'ouest de la cour, sont édifiés une tour Louis XIII remarquable par la hauteur de sa verge de cheminée (de l'ordre de quinze mètres), un bâtiment d'écuries et un colombier. Au sud de la cour, la double porte charretière et piétonnière est surmontée d'un élégant dôme « à l'impériale », à courbures inversées, chef-d'œuvre de couverture. Sur l'ensemble des bâtiments sur cour, les cheminées sont décorées de « boules de noblesse », selon une tradition locale censée, du moins sous l'Ancien Régime, éloigner les agents du fisc en rappelant la noblesse des occupants... La chapelle, dédiée à sainte Anne et dont l'intérieur fut richement décoré de peintures murales à trois reprises (à la Renaissance, sous Louis XIV et au 19e siècle), est bâtie à une vingtaine de mètres au sud du bâtiment principal ; avec ce dernier, différents murs percés de nombreuses meurtrières, murets et trois douves, elle entoure un terrain connu anciennement sous le nom de « Pournouët » (ce qui renvoie au caractère marécageux des terrains en contrebas, à l'est). Une allée de deux kilomètres de long relie le manoir au bourg de la Haute-Chapelle.

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)     Depuis 1991, les travaux de restauration ont principalement visé la mise hors d'eaux des habitations et la remise en état des abords, différents murs de soutènement aux alentours, (notamment autour du Pournouët et dans l'avant-cour du manoir) ayant longtemps servi de carrières pour encaisser des chemins agricoles. L'intérieur des bâtiments fait, depuis quelques années, l'objet d'un programme de dé-restauration, réhabilitation et restauration. Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien.

         La restauration des épis de faîtage du manoir a été faite selon les modèles et canons de l'ancienne poterie de Ger, qui a cessé de produire au début du 20e siècle. » [1]

     

    LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne) LES REMPARTS DE LA HAUTE-CHAPELLE (Orne)

     

          « Ancien château, sauf parties classées : inscription par arrêté du 2 novembre 1926. Ancienne allée d'accès du manoir (cad. ZT 5) : inscription par arrêté du 26 octobre 1993. Porche avec son dôme à l'impériale ; façades et toitures du manoir comprenant le logis et ses deux tours d'angle, ainsi que les trois bâtiments qui lui font face (pavillon du 17e siècle et son escalier d'accès, anciennes écuries du 18e siècle, pavillon du colombier du 18e siècle) ; cour avec ses murs de clôture et son bassin ; chapelle, avec son décor intérieur ; terrasse située à l'est du manoir supportant l'ancien jardin avec ses murs de clôture et de soutènement, ses douves et le bief situé à l'angle nord-est ainsi que le bief amont (cad. ZT 5) : classement par arrêté du 4 juillet 1995 » [5]

     

    Site officiel du manoir de la Chaslerie :

    http://www.chaslerie.fr/ 

     

     

     

    Sources :

     

    [1] Wikipédia

    [2] http://www.reve-de-chateaux.com/demeure/707-manoir-de-la-saucerie

    [3] http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00110821

    [4] http://www.ornetourisme.com/tourisme/patrimoine/domfront-en-poiraie_manoir-de-la-chaslerie_11__PCUNOR061FS000B5.htm#ad-image-0

    [5] http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00110820

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.phanelle.fr/gribouille1789/actes_insolites/actes_insolites_003_61_06.htm

    http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article705

    « LES REMPARTS DE VATTEVILLE-LA-RUE (Seine-Maritime)LES REMPARTS DE FAUGUERNON (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Mai à 20:51

    Bonsoir

    Bravo, super bien fait et intéressant votre blog. Je viens de le découvrir.

    Bonne soirée

    Scramasaxe, Patrick

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :