• LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)

    Ci-dessus, à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)      « La Heuze, autrefois appelée la Grande-Heuze, était un château situé sur le bord de la forêt d'Eawy et dont les seigneurs brillèrent d'un vif éclat au moyen-âge. Ils avaient alors un château entouré de fossés, avec haute justice à deux piliers et droit de présentation à l'église. Aujourd'hui, tout cela a disparu et une tristesse profonde s'est assise en ces lieux. » [1]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne (1950-1965) extraite du site Géoportail.

     

         Les vestiges du château de la Grande Heuze se dressent sur la commune de Bellencombre dont le chef-lieu possédait un château déjà traité dans ce blog. [NDB]

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)

     Plan de situation du château de la Grande Heuze à Bellencombre ; blason de la famille de la Heuze par Gilloudifs

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)     « Selon la tradition, le domaine de la Grande Heuze aurait été fondé au 10e ou 11e siècle. Le logis daterait du 13e ou 14e siècle. Remanié à plusieurs époques : porte d'entrée première de la moitié du 16e siècle. Porche, baies et enduit de la façade postérieure à la deuxième moitié du 18e siècle. La chapelle Saint-Christophe mentionnée en 1234, est reconstruite au début du deuxième quart du 16e siècle, dédicacée en 1531. Un aveu de 1615 mentionne un manoir, des étables, un colombier, des granges, un pressoir et justice à deux piliers. A part le logis, ces bâtiments ont été détruits. » [2]

     

    Ci-dessus, une photo extraite de https://www.geocaching.com/geocache/GC6F197_la-heuze?guid=52e417d0-1bac-4a18-81e9-542de233d363

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)     « Enfin, la terre de la Heuze, qui a fourni si longtemps des seigneurs au bourg de Bellencombre, n'était originairement qu'un désert de la forêt d'Eawy, laquelle fut en grande partie donnée par Rollon, vers l'an 912, à l'un des guerriers qui avaient partagé ses périlleux exploits. Le nom de la Heuze était fort commun au moyen-âge ; Dom Toussaint Duplessis prétend que ce nom dérive du mot teutonique Hausse, qui signifie maison, établissement domestique ; mais nous ne partageons nullement cette opinion. Le mot Heuze, dont on a fait Houze ou Houseaux, désigne littéralement de fortes bottes en cuir.
         La maison de la Heuze, comme nous venons de le voir, portait pour armes trois houzes ou trois bottes de sable sur un champ d'or. Il est donc probable que le compagnon de Rollon, qui avait reçu cette terre en récompense de ses services, avait été surnommé Grande-Heuze à cause de ses longues bottes, de même que plus tard Robert II, duc de Normandie, fils ainé de Guillaume le Conquérant, fut appelé Courte-Heuze, c'est-à-dire petite botte. C'est donc ce guerrier qui a transmis son nom au fief dont nous parlons, et non pas le fief qui l'a donné à la famille de la Heuze. Dans la liste des gentilshommes qui s'enrôlèrent pour la première croisade en 1096, on voit que Pierre de la Grande-Heuze accompagna, à la conquête de la Terre-Sainte, Robert Courte-Heuze, duc de Normandie. La Grande-Heuze portait le titre de paroisse en 1266 ; mais, ayant été ruinée par les guerres des anglais, dans les 14e et 15e siècles, cette paroisse, devenue simple hameau, n'eut longtemps pour église qu'une chétive chapelle. Ce n'est qu'en 1531 que le cardinal d'Amboise, archevêque de Rouen, cédant aux sollicitations de Louis du Quesnoy, alors possesseur de cette terre, lui rendit, par décret daté du 20 septembre, son ancien titre de paroisse. Suivant un aveu du 12 août 1484, il y avait aussi à la Grande-Heuze, dans l'enceinte du manoir seigneurial, une chapelle dont les possesseurs du fief avaient seuls le droit de nommer les titulaires, sans ce que personne ecclesiastique ne seculiere y ait que veoir, dit ce même aveu.

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1807, Archives de la Seine-Maritime,http://www.archivesdepartementales76.net/


    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)     La seigneurie de la Heuze était encore un plein-fief de Haubert en 1615, époque où elle faisait partie du duché de Longueville. En 1694, après la mort de l'abbé Louis-Charles d'Orléans, duc de Longueville, la terre de la Heuze, comme Gournay, la Ferté, etc., etc., retourna à la princesse Marie d'Orléans, sœur de ce même duc, et veuve de Henri de Savoie, duc de Nemours. Cette dernière étant morte à son tour, en 1707, sans laisser d'enfants, Jacques III de Matignon , comte de Thorigny, son héritier, vendit la terre de la Heuze, le 9 mai 1715, à Jacques de Saint-Ouen, écuyer, capitaine au régiment de Piémont, etc. Ce Jacques de Saint-Ouen laissa Yves de Saint-Ouen, seigneur et patron de la Heuze. François-Alexandre-Barthélemy de Saint-Ouen, chevalier, héritier de Yves de Saint-Ouen, vendit la Heuze, le 8 janvier 1760, à Aimable Theroulde de Bellefosse, lequel revendit cette terre, le 19 décembre 1766, à un sieur Devalliers.
          Ce dernier la revendit à son tour le 26 février 1783, à M. de Saint-Ouen d'Ernemont. Quatre ans après, la baronnie haute-justicière de la Heuze, à laquelle étaient alors réunis les fiefs de Virville, des Grandes-Ventes et-des Petites-Ventes, ainsi que le patronage des chapelles de la Frenaye, d'Orival-sur-Varenne, de Saint-Ouen-sur-Bellencombre, de Saint-Remi-en-Rivière, etc., etc., appartenait à messire François le Cordier de Bigars, chevalier, conseiller du roi en la chambre des Comptes de Normandie, marquis de la Londe, baron du Bourg-Theroulde, seigneur et patron de Saint-Ouen de la Londe, d'Amfreville-la-Campagne, de Montaure, de Saint-Aubin d'Écrossille, etc., etc. Ce fut le dernier seigneur de la Heuze. Lors du rétablissement du culte, l'église de la Heuze ne fut pas comprise au nombre des paroissiales. On voulut plus tard réparer cet oubli et un décret fut publié à ce sujet, au nom de l'empereur Napoléon, le 2 octobre 1813. « Ce décret, rendu à une époque où le grand colosse commençait à trembler sur sa base, est signé Marie-Louise. » Bientôt, néanmoins, la Grande-Heuze , définitivement rayée du nombre des paroisses, fut réunie à Bellencombre. » [3] 

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)     La demeure possède une chapelle Saint-Christophe, patron des voyageurs. Cet édifice religieux, construit au 12e siècle par le seigneur de la Grande Heuze a été reconstruit au 16e siècle. Elle était, à l’origine, destinée à accueillir les lépreux. A la Révolution, le lieu perdit sa vocation ecclésiastique. [NDB]

     

    Ci-dessus, une photo extraite de http://www.normandie-visuels.fr/galerie/displayimage.php?album=13&pid=1203#top_display_media

     

    LES REMPARTS DE LA GRANDE HEUZE (Seine-Maritime)     « Dès 1250, l'église de La Heuze était une paroisse, sous l'invocation de Notre-Dame, située dans le manoir de Martin de La Heuze (miles), au milieu de la forêt d'Eawy. L'archevêque Bigaud reçut le prêtre Boger, présenté par le seigneur, pour cette paroisse de 15 livres de revenu.

         La guerre fit sans doute supprimer cette paroisse, car, en 1531, nous voyons l'archevêque de Bouen ériger de nouveau en cure l'église de La Heuze. C'était sur la requête de Louis du Quesnoi, seigneur du lieu. Cette fois, ce fut sous l'invocation de saint Christophe, dont l'image n'a guère moins de 4 mètres de hauteur. Il a les pieds dans l'eau et porte l'enfant Jésus sur ses épaules, comme le veut la légende. De tout temps, les seigneurs de La Heuze ont présenté à la cure de cette église qui n'est que la chapelle de leur château. Comme au temps de saint Louis, elle est renfermée dans l'enceinte du manoir. C'est une bâtisse du règne de Louis XIV, sur la porte de laquelle brillent les armes parlantes du seigneur. » [1]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Les Églises de l'arrondissement de Dieppe, Volume 1 par Jean Benoît Désiré Cochet ; J.-B.-S. Lefebvre, 1846 - 536 pages https://books.google.fr/books?id=XT0bAAAAYAAJ&pg=RA1-PA404&lpg=RA1-PA404&dq=Grande-Heuze+Bellencombre&source=bl&ots=Ouxzq4MR5q&sig=ACfU3U1BM8EKI7jGO-8IcyeE1sdmLrmkTg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjl556zyPjhAhUI6KQKHeMZBjA4HhDoATAGegQICRAB#v=onepage&q=Grande-Heuze%20Bellencombre&f=false

    [2] Extrait de Source Base Mérimée, culture.gouv.fr/culturepatrimoine http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee.fr

    [3] Extrait de Histoire communale des environs de Dieppe, contenant les cantons de Longueville, Tôtes, Bacqueville, Offranville, Envermeu et Bellencombre par Auguste Guilmeth,... Seconde édition ; auteur : Guilmeth, Alexandre-Auguste (1807-1860?). Éditeur : (Paris) ; date d'édition : 1838 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65229955/f289.item.r=%22la%20Grande-Heuz%C3%A9%22.texteImage


    Bonnes pages :

     

    O http://herve.laine-bucaille.pagesperso-orange.fr/noblesse/L/La_Heuze_2496761.htm

    O http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article3675

    « LES REMPARTS DE BEMECOURT (Eure)LES REMPARTS DE LA VOVE (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :