• LES REMPARTS DE L'HÔME-CHAMONDOT (Orne)

    L'Hôme-Chamondot - Ruines du château de Gannes

     

    LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne) LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne) LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne)

    Ci-dessus, deux cartes postales montrant le château de Gannes ; à droite, photo extraite de http://www.proxiti.info/journeespatrimoine2016.php?o=61289&n=MONT-ORMEL 

     

         « Dans un site sauvage, dans la petite vallée de La Jambée, se dresse encore, ceinturée par un vaste étang, les ruines du château de Gannes I.S.M.H. détruit en 1428 lors de la Guerre de Cent Ans. Légende de la Dame Blanche. » [1]

     

         « Le monument est situé dans le département français de l'Orne, à 1 km au nord-est du bourg de L'Hôme-Chamondot. » [3]

     

         « Accès : Accès par chemin communal (chaussée d'étang) partant de la route départementale 291 (du village de L'Home-Chamondot vers Saint-Maurice-les-Charencey) ». [1]

     

    Coordonnées par GPS : 48° 35' 55" Nord et 0° 43' 46" Est

     

    LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne)  LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne)

     

    Plan de situation du château de Gannes à l'Hôme-Chamondot (en attendant mieux...) Blason du Perche par Bruno Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons de la Wikipédia francophone — Travail personnel i Le code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Bruno., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1425366

     

         « Sur le chemin du retour, je passe devant le lieu historique du Château de Gannes situé sur la commune de l’Hôme-Chamondot, en bordure du bois de Charencey.

         Selon l’histoire, ce château féodal élevé sur une motte fut anéanti en 1428 par les Anglais. Défendue par les marécages qui l’isolaient, la forteresse, imprenable selon la légende, dut sa destruction à la félonie de la fille du châtelain : éperdue d’amour pour un capitaine anglais, trahissant les siens, la jeune fille ouvrit la poterne à l’ennemi… quelle tristesse mais tellement romantique !

          On peut s’approcher pour observer les ruines visibles de la route mais le Château de Gannes est une propriété privée et il est absolument interdit de franchir la clôture en raison des chutes de pierres. Je n’ai pas fait le tour complet de l’étang en face du château mais je sais que cela est possible. A l’occasion d’un prochain week end dans le Perche peut-être. » [2]

     

    LES REMPARTS DE L'HÔME-CHAMONDOT (Orne) LES REMPARTS DE L'HÔME-CHAMONDOT (Orne)

     Deux très belles photographies aériennes du château de Gannes, la première par cerf-volant. Kite Aerial Photography. © Septembre 2014, François Levalet www.francoislevalet.fr https://www.flickr.com/photos/levalet/15166726629 ; la seconde extraite de http://www.photo-paramoteur.com/photographies-aeriennes/normandie-orne/content/home-chamondot-2_large.html

     

         « Ruines du château de Gannes inscrites au titre des Monuments historiques depuis le 11 octobre 1933. La tradition locale dit qu'il a été brûlé par les Anglais en 1428. Quesnay de Beaurepaire, dans La Normandie monumentale, op. cit., p. 211-218, a rapporté longuement le siège et la destruction de ce château et l'existence de la Dame blanche de Gannes. Élevé sur une motte et défendu par des marécages qui l'isolaient, le château, qui d'après la légende était imprenable, dut sa destruction à la félonie de la fille du châtelain : éperdue d'amour pour un capitaine anglais, trahissant les siens, la « Dame blanche » ouvrit la poterne à l'ennemi. » [3]

     

     LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne)  LES REMPARTS DE L'HOME-CHAMONDOT (Orne)

     Ci-dessus à gauche : sur ce plan extrait du cadastre napoléonien, on voit le château de Gannes entouré de douves. L'étang actuel n'a pas encore été créé. par contre un autre étang aujourd'hui disparu se trouvait plus au sud. A droite, une carte postale ancienne montre les ruines du château.

     

         « Il ne semble rester du château que la base du donjon, quadrilatère de 15m sur 20m dont les murs n'existent plus que sur deux côtés. A l'intérieur se trouve l'amorce d'une vis qui devait permettre l'accès à cet étage du donjon. L'entrée devait se faire par le premier étage. » [4]

     

    Les châteaux « Ganne/s » dans l'ouest...

         « Dans ses études sur le cycle arthurien et les légendes de Normandie, Jean-Charles Payen, professeur de littérature médiévale de l’Université de Caen, en a recensé un bon nombre, outre La Pommeraye, dans le Calvados : La Haye-Pesnel au nord d’Avranches, Périers-en-Beauficel au nord-ouest de Mortain, La Lande-Patry à l’ouest de Flers, Cahan de l’autre côté de l’Orne par rapport à La Pommeraye, Banville, Banneville, Saint-Denis-d’Orques (au nord-ouest du Mans), Aubigné, Margon et même l’Home-Chamondot, près de Longny-au-Perche, un territoire qui correspondait à la Marche de Bretagne, aux confins de la Neustrie. Cette liste n’est pas exhaustive, il faudrait se livrer à une recherche systématique pour la compléter. Elle semble refléter, plus que des évènements historiques, le succès rencontré en Normandie par la Chanson de Roland. » [5]

     

    Sources :

    [1] http://www.proxiti.info/journeespatrimoine2016.php?o=61289&n=MONT-ORMEL

    [2] http://unweekenddansleperche.fr/notre-dame-de-la-salette/

    [3] Wikipédia

    [4] http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00110823

    [5] https://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2012-2-page-291.htm

     

       Ci-dessous, la légende de la Dame Blanche de Gannes racontée par Quesnay de Beaurepaire (Jules de Gouvet) dans La Normandie Monumentale et Pittoresque, Orne, 1896 :

    « LES REMPARTS DE LONGUEVILLE-SUR-SCIE (Seine-Maritime)LES REMPARTS DE GRIMBOSQ (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :