• LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

    A droite, photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     Joué-du-Bois possède un manoir du 15e siècle muni d'une enceinte, de grosses tours cylindriques et entouré par une pièce d'eau. Très endommagé lors des bombardements du village en août 1944, le manoir a été restauré par la suite. (NDB)

    Photo extraite du site https://monumentum.fr/manoir-pa00110989.html

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

     Plan de situation du manoir de Joué-du-Bois ; blason de la famille de Beaurepaire par Yves LG — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14631280

     

    Histoire

     

          « Joué du Bois était un plein fief de haudebert relevant de la baronnerie d'Annebecq. » [1]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

     

         « Les de Beaurepaire [De Beaurepaire, vieille famille noble de Normandie dont l'ancienneté de noblesse fut reconnue par Monfaut. Leur blason était de gueules à la croix ancrée d'argent liée en coeur d'azur d'après M Jules Appert : de sable à 3 gerbes d'or montantes, 2 en chef et une en pointe, suivant le comte de Contactes. (La Chaux, p. 13).]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     Ont-ils été les premiers possesseurs du fief de Joué ? Y eut-il une famille pri­mitive du nom de Joué ? Renoult de Joué, qui fieffa en 1298 le tènement des Grandières et le champ Durillon était-il un des membres, de cette vieille race ? Jean de Joué, prêtre qui fit aveu du fief de la Brumanière l'an 1378 en fut-il le dernier rejeton ? Le fait est difficile à établir puisque les de Beaurepaire sont constamment désignés dans les actes publics sous le nom de Joué.

         En tous cas, nous savons d'une manière positive par les pièces conservées au chartrier de Rânes qu'en 1381 un de Beaurepaire (Guillaume) fit aveu à Guillaume de Chamborand, baron d'Anne­becq pour le fief de Joué 17 septembre 1381)... » [2]

     

         « Ses descendants conservèrent Joué du Bois jusqu'en 1516 date de la mort de François de Beaurepaire, fils d'Amboise, il laissa ses trois sœurs se partager l'héritage. De Marguerite morte trop tôt ses enfants héritèrent. (…) Aux gendres de Edmond de Colbard revinrent le manoir et les terres du bourg... » [1]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Jean Le Verrier devint sieur de Champsegré en 1527. La mort de son frère le fit peu après sieur du Champ-de-la-Pierre : enfin la vente de Joué-du-Bois par les gendres de Edmond de Cobar et, celle de la Chaux par M. de Montreuil (1539) lui remirent aux mains une grande étendue de terre. Après la mort de Jean (1550), Josselin Le Verrier, son fils, s'établit au manoir avec sa vieille mère Suzanne. (…) Josselin vécut pendant la triste époque des guerres de religion et fut maltraité par les réformés. L'on montre, au haut de la tou­relle de l'escalier les ravages faits par les boulets des protestants ; on dit même que la tour, dont les pieds se baignent dans la grande douve, eut de telles avaries qu'il fallut la reconstruire en entier. (…) Josselin Le Verrier mourut vers 1593, sa veuve, Guyonne de Marconney. lui survécut plusieurs années (1601). Les héritiers furent nombreux. (…) » [2]

    Blason ci-dessus visible sur l'un des vitraux de l'église de Joué-du-Bois extrait du site http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « En 1593 Gabriel de Fontenay, seigneur du Bel acheta  le château de Joué du Bois et mourut peu après. Marguerite Terre sa veuve apporta l'acquit de par son  mariage à Philippe Langlois seigneur de La Poterie, décédé en 1615 trois ans après sa femme laissant un fils, Claude. » [1]

    Blason ci-dessus visible sur l'un des vitraux de l'église de Joué-du-Bois extrait du site http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Claude Langlois, fils de Philippe, épousa Catherine du Four. (…) L'aîné de leurs enfants, Philippe, mourut en 1643 à l'âge de vingt ans d'une maladie contractée au régiment. Le cadet Henri (M. de St-Roch) eut une fin tragique, il fut traitreusement tué en duel pendant la guerre d'Italie (1657). Un de ses amis le vengea en perçant d'un coup d'espadon le bravache qui, dans une hôtelle­rie, se vantait de sa mauvaise action. Devenue veuve en 1653, Catherine du Four mena en son logis une vie retirée et économe. La bonne gestion de sa fortune, lui permit d'accroître ses propriétés par de constantes acquisitions. » [2]

    Blason ci-dessus visible sur l'un des vitraux de l'église de Joué-du-Bois extrait du site http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

     

         « En 1649, Suzanne Matrot épousait François Langlois seigneur de Joué du Bois fils de Philippe cité plus haut et de Catherine du  Four. (...) » [1]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Après la mort de François Langlois, le logis de Joué fut habité par Jacques de Lonlay. Sa femme, Catherine Langlois y mourut en 1717, à l'âge de 66 ans. (...) Et quand Jacques de Lonlay se fut éteint à son tour en 1726, Urbain Langlois apparut à Joué-du-Bois avec son épouse Marie-Cécile d'Origny de Roussel. Urbain Langlois (...) retourna à Mont-Ormel et à la Poterie, où il mourut le 17 novembre 1752. (…) Marie-Madeleine Langlois devint l'héritière d'Urbain Langlois, son frère. Née le 1er juillet 1700, la nouvelle maîtresse du fief et seigneurie de Joué-du-Bois avait épousé le 10 juillet 1730, noble homme Joseph-Alexandre Blanchard, sieur d'Amanville (…) Madame d'Amanville atteignit les années de l'extrême vieillesse. Elle mourut le 26 mars 1783 et fut inhumée non dans le choeur de l'église avec ses ancêtres, mais dans un caveau creusé au milieu du cimetière de la Poterie au pied de la croix que la pieuse châtelaine avait fait ériger l'année précédente. » [2]

     

         Son neveu Louis des Rotours tombé dans la gêne vendit les terres et le manoir du bourg à Thomas Lenoir Grandpré qui fut le dernier seigneur de Joué du Bois. » [1]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Thomas Le Noir dirigeait depuis longtemps le grand moulin banal de Joué, dit de la Chaux. La roue bienfaisante de dame Fortune avait bien tourné pour lui, si bien que ses contempo­rains n'ont pu en découvrir l'explication. (...) Le vieux meunier défendit les privilèges de sa seigneurie avec autant de vigueur que le plus exigeant des nobles. » [2]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Son petit fils Jean-Jacques épousa en 1830 Victoire du Bois Tesselin (dont la tombe existe encore aujourd'hui au cimetière de Joué du Bois et restaurée par le patrimoine en 2006). » [1] 

     

    Blason visible sur l'un des vitraux de l'église de Joué-du-Bois extrait du site http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     1944 « Un des sinistres les plus regrettables est celui qui anéantit le délicieux manoir de Joué-du-Bois, si connu et si apprécié des touristes, des peintres et des amis du passé.

         Fut-il construit au début du 15ème siècle ou vers le milieu, ou par Ambroise de Beaurepaire à la fin du siècle ? En tout cas, il avait vaillamment résisté aux injures du temps. Ayant gardé complète l'ordonnance de ses douves avec leurs jolies tourelles d'angle, formant un ensemble assez rare, habité et amoureusement conservé par Mme Paul Lory, le château renfermait un mobilier ancien et beaucoup d'objets dont la perte est irréparable. Signalons en particulier une très bonne toile du peintre H.N. Léveillé, originaire de la commune.
         Tous ceux qui l'ont visité regretteront la magnifique grande salle avec sa cheminée monumentale et ses solives apparentes : la voilà victime de cette guerre du 20e siècle !

         Formons ici le vœu qu'une restauration intelligente puisse conserver au moins la tourelle et quelques vestiges de cette relique ! » [3] 

    Photo ci-dessus extraite de ce même site http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

     

    Architecture

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Initialement plate-forme militaire, le manoir est bâti sur un quadrilatère entièrement entouré de douves. Trois ponts-levis, transformés en ponts fixes au milieu du 17e siècle, donnaient accès à la place, défendue alors par sept tours, dont six subsistent. Des communs Renaissance s'ordonnaient à l'ouest de la cour d'honneur. La tour carrée nord-est a été refaite en 1820 à usage de four à pain. Le manoir est un bâtiment de plan rectangulaire flanqué d'une tour d'escalier polygonale. La façade nord est flanquée d'une tour carrée. » [4]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Le manoir qui servit d'habitation aux vieux seigneurs existe toujours. La tradition populaire et une certaine analogie de style avec la partie ancienne du château de Rânes nous portent à croire qu'il fut bàti au commencement du 15e siècle, et probablement même cinquante ans plus tôt, au déclin de la possession anglaise.

         Les lots de 1516 nous le montrent organisé comme il l'est présentement. Le jardin, la cour, le domaine et la métairie sont à peu près les mêmes. Il était entouré de douves et défendu par des communs munis de meurtrières et flanqué de sept tours. D'après les lots de 1530 une des douves traversait le grand jardin.

         Il suftit d'un coup d'oeil pour reconnaître que l'aile droite n'a pas été construite.

         Les trois ponts-levis qui mettaient cette demeure à l'abri d'un coup de main furent changés en ponts fixes sous Louis XIII, et les murs de clôture reçurent les couronnements en granit qu'on y voit encore.

         La cour et les salles du rez-de-chaussée, envahies par l'humi­dité, ont été exhaussées d'environ 0 m. 50, ce qui a donné à la monumentale cheminée de la cuisine un aspect moins gracieux.

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

    Ci-dessus : à gauche, plan extrait du cadastre napoléonien de 1817, Archives de l'Orne, http://archives.orne.fr/ ; à droite, un extrait de la carte d'Etat Major, document extrait du site Géoportail.

     

         Les meneaux en forme de croix qui coupaient si bien les grandes fenêtres, ont été brisés et les petites ouvertures de l'aile du manoir agrandies.

         L'oratoire adjacent à la chambre principale a été converti en cabinet. On y remarque encore des vestiges de fenêtres gothiques 14e s. En perçant le plafond, on retrouve, parait-il, la voûte primitive.

         Enfin l'on a fait disparaître les constructions qui avaient été accolées du côté des petites douves quand « M. de la Lande et ses belles-soeurs avec leurs maris » avaient été contraints d'y faire une commune habitation.

         Les communs d'un beau style renaissance, ont été détruits, il y a vingt ans, et l'on ne peut plus admirer les avenues majestueuses. qui, allant au Theil et à la Drouarderie, dominaient la con­trée et encadraient gracieusement le vieux castel. » [2]

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

     

    Protection :


    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)     « Portail d'entrée ; façades et toitures du logis et des deux tours d'angle carrées ; vestiges des deux tours d'angle circulaires ; cour d'honneur, avec l'ensemble des murs, des douves et des ponts qui la cernent ; jardin et son portail du 17e siècle (cad. H 366 à 368) : inscription par arrêté du 21 mai 1991. » [5]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

    [2] Extrait de Joué du Bois, paroisse, fiefs, commune, du 15e siècle à la fin du 18e siècle par l'abbé C. Macé ; Renaut de Broise imprimeur à Alençon, 1895 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k164252t.r=%22Jou%C3%A9%20du%20Bois%2C%20paroisse%2C%20fief

    [3] Extrait de http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

    [4] Extrait de http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/manoirs-orne-manoir-a-joue-du-bois-manoir-de-joue-du-bois.html

    [5] Extrait de https://monumentum.fr/manoir-pa00110989.html

     

    LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne) LES REMPARTS DE JOUE-DU-BOIS (Orne)

     

    Bonnes pages :

     

    O http://joue-du-bois.pagesperso-orange.fr/1.%20Joue%20du%20bois.htm

    O Joué du Bois, paroisse, fiefs, commune, du 15e siècle à la fin du 18e siècle par l'abbé C. Macé ; Renaut de Broise imprimeur à Alençon, 1895 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k164252t.r=%22Jou%C3%A9%20du%20Bois%2C%20paroisse%2C%20fiefs%2C%20commune%20%22?rk=85837;2

    « LES REMPARTS DE DAMPIERRE-EN-BRAY (Seine-Maritime)LES REMPARTS DE LOUVAGNY (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :