• LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)

    LES REMPARTS DE GUITRY (Eure) LES REMPARTS DE GUITRY (Eure) LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)

     

    Ci-dessus, à droite, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

          Il y avait autrefois un château à Guitry. Vers 1020, Baudry était seigneur de cette forteresse ; celle-ci est rasée en 1137 par le roi d'Angleterre, Etienne de Blois, et détruite à nouveau en 1152 par Henri II Plantagenêt. Celle-ci a laissé la place à proximité à un château de style classique. Je n'ai trouvé que peu d'informations sur ce " châtel " disparu. [NdB]

     

    LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)   LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)

     

    Plan de situation supposé du château médiéval de Guitry ;  blason " fascé d'argent et de gueules à huit pièces " de la famille de Chaumont-Guitry par Twocats — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=63967837

     

    LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)     " On a longtemps écrit et on prononce encore généralement Qui tri. - Au 11e siècle, le seigneur, en bâtissant l'église, y avait établi trois chanoines qui furent remplacés par des moines de l'abbaye de Saint-Wandrille ; ce prieuré fut réuni à l'abbaye vers 1385. - On a découvert à plusieurs reprises, dans les terrains voisins de l'église, des tombeaux en pierre renfermant, avec des ossements, des croix et des chapelets. -

         En 1137, Etienne, roi d'Angleterre, rasa la forteresse de Guitry, parce qu'elle était devenue un centre de rébellion et de brigandage. -

         En 1152, Henri II la brûla. - Il en est resté une portion de tour et des pans de murailles incorporés dans les bâtiments de la vaste ferme qui occupe le sommet du mamelon. -

         On trouve qu'en 1420, le sire de Guitry défendit vaillamment Montereau et Orléans contre les Anglais. " [1] 

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1836, Archives de l'Eure - https://archives.eure.fr/

     

         " Guillaume de Chaumont est un peu mieux connu. Fils d`Osmond, seigneur de Chaumont-Guitry, il se signale à plusieurs reprises, tout comme son père, par sa bravoure sur les champs de bataille aux côtés de Louis VI, luttant contre Henri Ier d'Angleterre. S'il n'est pas du tout assuré qu'il ait participé à la bataille de Brémule (20 août 1119), il est présent au siège du château de Tillières et y est même fait prisonnier. Son mariage avec Isabelle daterait, selon J. Depoin, de 1114, selon Achille Luchaire du printemps 1117. On ignore la date de sa mort, antérieure cependant å 1175. " [2] 

     

          " Le premier seigneur de Chaumont, connu dans l'histoire, est Robert I, surnommé l'éloquent ; il tomba de cheval au retour d'une course qu'il avait faite en Normandie, et périt accablé sous le poids de ses armes.
         Osmond I, Gasse, son fils, chef de la branche des seigneurs de Poissy, fit la guerre aux anglais et fut fait prisonnier à la bataille de Breninville en 1119. Il mourut à l'abbaye de Saint-Germert de Flaix, où il s'était fait religieux.
         Guillaume I, son successeur, avoit aussi été fait prisonnier par les anglois en 1119 ; il vivait encore en 1137, quand Etienne, roi d'Angleterre, prit son château de Guitry, et le fit raser. Ce Guillaume est le père d'Osmond-Gonthier dont saint Bernard parle dans ses épîtres, et de Philippe de Chaumont, chanoine de Rouen. (...) " [3] 

     

         " L'érection de châteaux durant la période d'anarchie qui suit la mort d'Henri Ier (1135), le phénomène est particulièrement marqué en Vexin normand, que les Plantagenêt durent céder au roi de France jusqu'en 1160 (Bacqueville, Baudemont, Etrépagny, Guitry, Gamaches, Guiseniers, Hacqueville, Longchamps, Tourny) et semble avoir affecté la plaine de Saint-André (Damville, Grandvilliers, Groœœuvre et peut-être Saint-André). " [4]

     

         " Plus tard, Etienne d'Angleterre revint à la charge et réussit à enlever et à détruire le château de Guitry, qu'Orderic, en normand fidèle, appelle « un repaire de brigands ». " [5]

     

     Guitry (Eure). La Place Verte

     

    LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)     Le château de Guitry, cité en 1137, est probablement une ancienne place de la famille de Chaumont-Quitry qui y avait fondé une collégiale, convertie en prieuré dans les années 1030-1040. Sur le terrain, château et prieuré sont mal identifiés. Une lecture étendue de la topographie du site, une butte de sables indurés qui domine les plaines alentours, liée à l’étude de quatre sites de caves médiévales, permet de formuler une hypothèse quant à la localisation du château.

         À l’extrémité ouest du cœur de village, la Place Verte, vide de constructions anciennes, est bordée par un dénivelé supérieur aux pentes naturelles. Elle est aussi partiellement encadrée par une rue courbe dans l’axe de laquelle se trouve un cellier sur deux niveaux. Celui-ci est composé d’une galerie principale qui dessert à un premier niveau une cave rectangulaire bordée de deux cellules (15 m²), puis à un second niveau, inférieur, un couloir encadré de deux paires de deux cellules identiques (20,5 m²) et dont l’extrémité forme une cinquième cellule.

         Le décaissement du couloir au niveau bas et le percement d’un espace troglodyte dans la dernière cellule met en évidence un remblai antérieur à la construction de la cave dont l’extrémité butte sur une pente façonnée du terrain naturel. La surface de la cave et la nature du terrain plaident pour une maçonnerie installée dans un espace ouvert, déjà partiellement remblayé. Ajoutée aux anomalies topographiques et parcellaires, cette donnée permet d’envisager un fossé courbe, dont l’ouverture peut être estimée à 15 m. Il isole un espace semi-circulaire d’environ 50 m de diamètre. La construction de la cave et du bâtiment qui lui était associé annule ou déprécie certainement la fonction défensive du site. L’architecture de cette cave et un tesson de céramique en contexte stratigraphique orienteraient vers un remblai entre le 14e et le 16e s.

             Autour de cette probable haute cour, d’autres enclos ont pu être intégrés à l’espace défendu. Un autre cellier, implanté sur le côté sud de l’église Saint-Pierre, pourrait avoir également été placé dans un fossé préexistant entourant la totalité de la plateforme naturelle du site. (Relevé et étude : Gilles Deshayes et Bruno Lepeuple) " [6] 

     

    Ci-dessus, plan extrait de la carte d'Etat-Major (1820-1866) extraite du site Géoportail. On y voit un espace concentrique qui pourrait marquer l'emplacement de l'ancien château de Guitry.

     

    A proximité :

     

    - Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul

     

    LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)     " De l'église du 11e siècle subsiste le bras sud du transept (absidiole). Nef 16e siècle. Choeur 18e siècle. Patronage : l'abbé de Saint-Wandrille (Seine-Maritime) " [7]

     

    - Un château de style classique se dresse au centre du village.

     

    Sources :

     

    [1] Extrait du Dictionnaire topographique, statistique et historique du département de l'Eure par Louis Léon Gadebled - Canu, 1840 - 540 pages https://books.google.fr/books?id=LCLsfI8ktQEC&pg=PA257&lpg=PA257&dq=guitry+ch%C3%A2teau+eure&source=bl&ots=kdREC13iY9&sig=ACfU3U28ERFbbmflF8U4NG25iqzs1_IniQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwikgvaI78fpAhVwxoUKHXj_C044ChDoATAGegQIChAB#v=onepage&q=guitry%20ch%C3%A2teau%20eure&f=false

    [2] Extrait de la Bibliothèque de L'Ecole des Chartes Revue d'Erudition - Librairie Droz, 2003 - 407 pages

    [3] Extrait des Antiquités nationales ou Recueil de monumens pour servir à l'histoire générale et particulière de l'empire françois, tels que tombeaux, inscriptions, statues... tirés des abbayes, monastères, châteaux et autres lieux devenus domaines nationaux. Tome 4 par Aubin-Louis Millin (1759-1818). Éditeur Drouhin (Paris) 1790-1798 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6383758p/f214.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20Guitry%22?rk=21459;2

    [4] Extrait de Château et territoire : limites et mouvances par Yves Guéna - Presses Univ. Franche-Comté, 1995 - 221 pages.

    [5] Extrait du Cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin de Pontoise. Fascicule 5 publié d'après les documents inédits par Joseph Depoin (1855-1924) – Éditeur (Pontoise) 1895-1909https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5679545g/f49.image.r=%22ch%C3%A2teau%20de%20Guitry%22?rk=85837;2

    [6] Extrait de Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie. Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher, Aude Painchault, Diégo Cocagne, Bruno Lepeuple et Gilles Deshayes Notice rédigée avec Anne-Marie Flambard Hericher - p. 324-326 https://journals.openedition.org/archeomed/11138

    [7] Extrait de https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA00017238

    « LES REMPARTS DU GRAND TAUTE (Manche)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :