• LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)

     

         " Guerville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie. (...)

         Le nom de la localité est attesté sous la forme Guerrevilla au 12e siècle. (...) Église Saint-Gilles, construite sur le site de l'ancienne du 12e siècle qui a brûlé en 1803. " [1]

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)     Lorsqu'on parcourt une ville ou un village dont le parcellaire a été conservé, on s'interroge parfois sur l'organisation du réseau des rues et on observe que celui-ci est l'héritier d'un plan radio-concentrique c'est à dire lorsque des quartiers s'organisent à partir en cercles concentriques, depuis un centre-ville à la périphérie. " Ce type de plan a connu un grand succès au Moyen Âge. On le définit habituellement par une enceinte ronde, moins coûteuse à construire et plus courte, donc économisant le nombre des défenseurs, et par la subordination des rues principales à un centre où se trouvent le ou les éléments générateurs de la ville, à savoir une église, une forteresse, un monastère ou tout simplement une place de marché." (Wikipédia) Souvent toutes traces des défenses médiévales ont disparu. Ne subsiste que le réseau de communications et le parcellaire ancien révélé par le cadastre. Tel est, sans aucun doute, le cas de Guerville en Seine-Maritime. [NDB] 

     

    Ci-dessus, cadastre actuel de Guerville extrait du site de Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)

     

    Plan de situation de la haute cour de la basse cour et du bourg castral de Guerville ; blason de la famille de Monchaux https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=11333

     

         " ... Une dégradation accrue, un comblement souvent accéléré des fossés ainsi qu’un parcellaire plus dense rendent souvent des sites remodelés et partiellement effacés. La compilation d’informations diverses est souvent requise pour saisir les formes générales d’un site, notamment dans les zones où le relevé topographique serait fastidieux et souvent inutile.

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)     À Guerville (76), une plateforme circulaire de 80 m de diamètre, et surplombant de 2 à 4 m le relief environnant, est largement érodée vers le nord, au contact du village (voir ci-contre). Au nord-est, un fort talus témoigne d’une importante extension dont les formes sont perceptibles par la lecture du parcellaire : deux enclos alignés et tangents à l’enceinte principale donnent une extension de 450 m à l’ensemble. Ce que l’on peut interpréter comme une haute cour, une basse cour, puis un bourg castral. " [2]

     

    Ci-dessus : Guerville, relevé de la fortification. Cadastre de 1823 et hypothèses sur le cadastre médiéval (Bruno Lepeuple). " Les fortifications de terre médiévales de Haute-Normandie. Méthodes et premier bilan du PCR 2004-2008 Mediaeval earth fortifications in Upper Normandy: Methods and first report of PCR 2004-2008 Anne-Marie Flambard Héricher, Gilles Deshayes, Daniel Étienne, Thomas Guérin, Bruno Lepeuple, Jimmy Mouchard et Aude Painchault - p. 225-228

     

    " Le Vieux Château

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)     Le village de Guerville est établi à l'ouest du plateau séparant les vallées de l'Yeres et la Bresle. L'érosion a créé un éperon qui, en plan, évoque un triangle isocèle. Construit sur la base de ce triangle, le château protège le plateau ensuite voué à l’agriculture. Si vers 1830, on voyait encore quelques restes des murs d'enceinte et de tourelles semi-circulaires, seuls subsistent aujourd'hui le tertre et une petite partie de la contrescarpe. Le parcellaire du village conserve néanmoins le plan de la basse-cour et des aménagements de l'enceinte villageoise.

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1823 (tableau d'assemblage de 1823)

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)      Le tertre, entaillé au nord-ouest, présente l'aspect d'une plateforme circulaire d'environ 80 m de diamètre surplombant le relief extérieur de 2 m à 4 m. Il était entouré d'un fossé, d'une profondeur d'au moins 5 m, vraisemblablement en eau. Une surélévation sur le pourtour sud de la plateforme pourrait marquer la présence de bâtiments enfouis. Au nord du tertre, un fossé, réutilisé pour y placer une sente, matérialise le tracé de l’ancienne basse-cour en forme de croissant et enveloppant le tiers nord-est du site. L'actuelle rue de l'Église coupe la basse-cour en son milieu, témoignage de l'ancien chemin menant de l'église au château. L'enceinte du bourg est encore visible sur une partie de son tracé sud, le long de l'actuelle rue aux Juifs ; son tracé nord s'est probablement conservé dans une sente reliant la basse-cour à la place de la Mairie.

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1823 (Section B)

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)

     

    1. blason de la famille de Monchaux https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=11333 ; 2. blason de la famille des comtes d'Eu de la Maison de Normandie : D'azur, au lion d'or,l'écu semé de billettes d'or par CaranornCette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personnelCette image vectorielle contient des éléments, éventuellement modifiés, qui ont été extraits de : Meuble lion.svg.iLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Caranorn., CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4147414 ; 3. blason de la famille des comtes d'Eu de Brienne par Odejea, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3919569

     

    LES REMPARTS DE GUERVILLE (Seine-Maritime)     Il s’agit d’une zone de défrichement isolant, à partir du milieu du 11e s., la haute forêt d'Eu de celle du Triage. La première mention date de 1130, quand l'archevêque de Rouen fait don d'une pièce de terre située dans une zone nouvellement essartée de la forêt de Guerville. Au milieu du 12e s., la terre de Guerville appartient à Raoul de Monchaux qui l'échange avec Henri Ier comte d'Eu, qui fait probablement construire le château, bien que la tradition attribue cette fondation à Jean Ier de Brienne, comte d'Eu à la fin du 13e s. Les comtes d'Eu vont y séjourner relativement souvent. Le village, vraisemblablement contemporain du château, compte alors cinquante parrochiani ; des portes sont mentionnées en 1240 et un moulin a vent est attesté en 1488. Le talus longeant l'actuelle rue du 1er septembre, anciennement rue Bâtarde, pourrait indiquer un accroissement du bourg dans cette direction. Enfin, des vignes étaient encore cultivées sur la commune à l’extrême fin du 18e s. (Responsable de l’étude et du relevé : Etienne Daniel). " [3]

     

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    Sources :

     

    [1] extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de Les fortifications de terre médiévales de Haute-Normandie. Méthodes et premier bilan du PCR 2004-2008 - Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, par François Erlenbach (dir.) ;, Marie-Clotilde Lequoy (dir.) ; et, Muriel Legris (dir.).3-5 avril 2009. Nouvelle édition [en ligne]. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010 (généré le 08 novembre 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/purh/6841>. ISBN : 9791024010656. DOI : 10.4000/books.purh.6841.

    [3] Extrait de Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie - Responsable(s) des opérations : Anne-Marie Flambard-Héricher, Bruno Lepeuple, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin et Aude Painchault - Notice rédigée par : Anne-Marie Flambard-Héricher, Bruno Lepeuple, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin et Aude Painchault – 2006 - https://journals.openedition.org/adlfi/5262#tocto1n7

    « LES REMPARTS DE COURTEILLES (Eure)LES REMPARTS DE ST-QUENTIN-DE-BLAVOU/St-JULIEN-S/SARTHE (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :