• LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

    Photo 1 extraite de http://lehavredavant.canalblog.com/archives/2008/02/18/7998275.html ; photo 2 extraite de http://aplemontphoto.blogspot.fr/2016/11/motte-dautomne.html ; photo 3 extraite de https://www.google.fr/search?q=motte+Le+havre&client=firefox-b&dcr=0&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjTw7TI7NzWAhXLiRoKHXe5DX0Q_AUICigB&biw=1440&bih=768#imgrc=er43ZFYBDL0WZM

     

    La motte d'Aplemont ou motte de la Vieille Tour ou motte Totinel au Havre :

     

         « La motte d’Aplemont est un monument tout à fait exceptionnel. En effet, il est rarissime qu’une motte féodale subsiste en milieu urbain. Bien avant la fondation du Havre, elle témoigne de l'ancienneté des villages situés à la périphérie de la ville. » [1] 

     

         « ...il s'agit d'une motte féodale édifiée au 11ème siècle, appelée motte féodale d'Aplemont ou « Motte de la Vieille Tour »...

         

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)     LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

     Plan hypothétique du site de la motte d'Aplemont au Havre ; blason de la famille Malet de Graville par Elements by Sodacan — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50627124

     

         « La motte d'Aplemont pourrait correspondre à un ouvrage de défense complémentaire permettant de surveiller la mer, l'estuaire et la Seine. 

         A l'origine, la motte s'élevait à 4 m de hauteur sur 35 m de large. Construite en bord de falaise, elle offrait un point de vue remarquable. Son sommet était bordé par un parapet de terre. Au nord, un profond fossé complétait le système de défense formé par l'abrupt de la falaise du sud. » [2]

     

         « Elle est décrite en 1867 « comme ayant une douve énorme, l'abrupte de la Côte servant de douve du côté déclivé, au sommet un parapet de terre, avec vue sur une autre motte située à Orcher » [5]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

    Photo 1 extraite de http://lehavredavant.canalblog.com/archives/2008/02/18/7998275.html ; photo 2 extraite de https://actu.fr/loisirs-culture/decouvrez-lancien-chateau-fort-de-graville-au-havre_355156.html ; photo 3 extraite de http://aplemontphoto.blogspot.fr/2008/02/motte-fodale-d-inauguration.html

     

         « En son centre, un édifice en bois avait été construit : il pourrait s'agir d'un logis seigneurial ou plus vraisemblablement d'une tour de guet (d'où le nom de "Vieille Tour" encore conservé de nos jours). » Textes de la Ville du Havre situés sur les plaques explicatives du petit parc. [2] 

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)  LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

     Ci-dessus : panneaux explicatifs de la motte d'Aplemont extraits de http://aplemontphoto.blogspot.fr/2008/02/motte-fodale-daplemont.html

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)   LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

    Ci-dessus, à gauche document extrait de http://gghsm.forumpro.fr/t291-une-motte-feodale-du-xieme-siecle-a-aplemont ; à droite, plan des environs du prieuré Graville (Bnf, reproduction d'un plan du 17e siècle, d'après Patrimoine normand no 82) par Frédéric Rabat — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=31355444

     

    « La motte féodale 

    (À l'angle des rues Pablo-Neruda et Dal-Piaz)

         La position dominante de la partie sud du site d'Aplemont, au bord de la falaise et surplombant l’estuaire de la Seine, explique certainement pourquoi au 11e siècle la famille Malet, qui occupait le fief de Graville, y construisit une enceinte de terre et de bois. Il est possible que cette motte castrale ait été considérée comme un élément de défense complémentaire destiné à protéger le château de Graville situé alors en contrebas. Cette motte féodale dite « Motte féodale des Hallates » ou « Motte de la vieille tour » ou encore « Motte Totinel », sur un plan tracé vers 1700, est le plus ancien vestige visible de l'histoire de la ville. Le site est redécouvert en 2000 par Serge Launay, un habitant du quartier, et fouillée par Jean-Pierre Watté, archéologue du Muséum d'histoire naturelle. La motte fut réduite par le percement de la rue Pablo Picasso (anciennement rue de l'abbaye). Le site est rénové en 2008, il est clos et enceint d'un parc où l'on peut voir deux panneaux explicatifs. » [6]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

     Ci-dessus à gauche une photo aérienne extraite du site Géoportail ; à droite document extrait de http://gghsm.forumpro.fr/t291-une-motte-feodale-du-xieme-siecle-a-aplemont 

     

    A proximité :

     

    Le château de Graville

     

          « Il y a des siècles de cela, juste au-dessous de l'«abbaye», trônait une puissante forteresse. Des hautes murailles ne demeurent plus aujourd’hui que quelques gravures et souvenirs.» [3]

     

    « A cette époque, Graville constituait un fief, c'est-à-dire une terre concédée à un vassal par son seigneur, le plus souvent en échange de services militaires. Dès la première moitié du 11ème siècle, ce fief fut occupé par la famille Malet, fondatrice de la collégiale Sainte-Honorine, aujourd'hui connue sous le nom de « prieuré de Graville ».

         Le château des Malet, grande enceinte de terre et de bois, se trouvait dans le bas-graville, au pied de la collégiale. » [2]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

    Documents ci-dessus : à gauche, photo de Gilloudifs d'un document exposé à l'abbaye de Graville montrant l'emplacement de la motte du château de Graville ; à droite, les ruines du château de Graville (©Bibliothèque municipale du Havre). https://actu.fr/loisirs-culture/decouvrez-lancien-chateau-fort-de-graville-au-havre_355156.html

     

         « Ce dernier était composé d’un donjon carré entouré d’une muraille et de fossés inondés. Occupé et détérioré lors de la guerre de Cent ans par les Anglais, le château demeura en ruine à partir du 16e siècle. Il sera complètement détruit au 18e siècle. » [4]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

     Le château de Graville figure sur nombre de plans anciens (©Bibliothèque municipale du Havre). Documents extraits de https://actu.fr/loisirs-culture/decouvrez-lancien-chateau-fort-de-graville-au-havre_355156.html

     

         Guillaume Malet, ancêtre de la lignée, combat aux côtés de Guillaume le Conquérant à la bataille d’Hastings, en 1066. C’est peut-être son fils qui fonde le château de Graville, au Havre, au crépuscule du 11e siècle. À cette époque, en effet, les trois fils du Conquérant se disputent, armes à la main, son héritage et tous les seigneurs du pays de Caux profitent de l’atmosphère d’anarchie pour se bâtir des forteresses. Le premier château est sans doute constitué d’une grande motte ovale entourée de fossés inondables, couronnée de palissades et d’une belle tour en bois. La motte castrale que l’on peut encore voir à Aplemont, rue Pablo-Neruda, date certainement de la même époque.

     

    Propriété du Cardinal

     

         Au siècle suivant, si nous en jugeons par les maigres éléments dont nous disposons, le château est reconstruit en pierre. Des gravures du 18e siècle représentent quelques pans de murs et surtout un beau donjon presque carré, identique à ceux que l’on édifie au 12e siècle. Il existe, dans la cour, des bâtiments résidentiels et notamment une grande salle, signalée dans un compte de 1480. Le site est acheté par le célèbre cardinal de Richelieu en 1626, pour y installer une fonderie de canons. Mais l’ensemble est déjà très ruiné, comme l’atteste cette description contemporaine : « Il y a un vieil et antien chasteau en figure de forteresse à l’antique, toute ruinée et démolie par vétusté, paroissant y avoir eu autrefois pont-levis et fossé à fond de cuve, dont partie seroit remplie d’eau d’une fontaine qui s’y répand, servant présentement d’estan où se peut nourrir et eslever carpes et autres espèces de poisson. »

         On parle également d’anneaux scellés dans un mur pour amarrer les navires. Tout est détruit au 19e siècle. » [3]

     

    Le château de Frileuse

     

         « Le plateau de Frileuse est rattaché à la seigneurie de Graville qui appartient à la famille Mallet de Graville dès le 11e siècle. Guillaume Malet, seigneur de Graville est le compagnon d'armes de Guillaume le conquérant. (...) Dès le Moyen Âge (11e siècle), Aplemont-Frileuse possédait un donjon sur motte ou «motte féodale» appartenant au seigneur de Graville. »

         « Le plateau de Frileuse fut le cadre d'une importante activité militaire à plusieurs reprises au cours de son histoire. Il accueille un château, sans doute pendant la période de l'occupation anglaise (14e et 15e siècles). Le château est indiqué sur la carte de la ville réalisée en 1530 par le graveur Adam Frissard. Il est légendé «Vieux château». Le château aurait appartenu au troisième frère cadet de Guillaume Malet.

         Georges de Brancas, duc de Villars et marquis de Graville, alors gouverneur du Havre de Grâce, en aurait par la suite fait don à des capucins pour la fondation d'un hospice. L'abolition de la féodalité en 1789 provoque la vente des terres où se situait le château. Une légende, rapportée par l'Abbé Pleuvry, évoque la présence d'un trésor enfoui par les anglais dans les souterrains du château.

         La seigneurie de Graville devient marquisat en 1611 puis est vendue au cardinal Richelieu en 1626.

         En 1756, après la déclaration de guerre du Royaume-Uni (guerre de sept ans), le plateau de Frileuse est transformé en camp militaire destiné à accueillir 20 000 hommes de troupe réunis pour envahir l'Angleterre ou pour faire face à une invasion anglaise. Le camp s'étendait du haut-Graville à Bléville. Il accueillait « tout ce qui est nécessaire à la vie » et une salle de spectacle.

         Les ruines du château de Frileuse, longtemps visibles, sont arasées de 1820 à 1825. » [6]

     

    L'abbaye de Graville

     

         « Le quartier de Graville ou Graville-Sainte-Honorine se trouve à l'est de la ville du Havre en Seine-Maritime. Il est connu pour son abbaye médiévale, l'abbaye de Graville.

            En 1831, la commune absorbe celle voisine de Leure qu'elle cède au Havre en 18521. C'est en 1919 qu'elle est réunie au Havre. » [7]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)

     

         « La famille Malet exerça une grande influence sur le territoire. C’est en effet l’arrière-petit-fils de Guillaume Malet, Guillaume III Malet de Graville, qui fonda vers 1200 un prieuré bâti sur une partie de la forêt de Hallatte. Guillaume Malet fit bientôt appel à des chanoines réguliers de Sainte-Barbe en Auge pour créer la nouvelle communauté. Il leur donna à cette occasion des droits d’usage dans la forêt de Hallatte et sur les terres alentours, essentiellement agricoles, leur assurant de la sorte un revenu.

         Le Prieuré fit office d’église paroissiale jusqu’à la Révolution. L’église, placée sous le patronage de Sainte-Honorine, fut érigée à l’emplacement d’une ancienne chapelle. » [4]

     

    LES REMPARTS DE GRAVILLE (Seine-Maritime)     « L’Abbaye de Graville est le plus en aval des grands établissements religieux installés en bord de Seine. Depuis le Moyen Age, elle a connu des moments de grande prospérité et de rayonnement, mais aussi de violence face aux aléas de l’histoire.

         Chef-d’oeuvre de l’art roman en Normandie, l’église de Graville connaît plusieurs périodes de construction depuis le 11e siècle. Accrochée au coteau, elle domine la ville du Havre et le fleuve, ses jardins en terrasses dévoilent un superbe panorama sur les côtes de Basse Normandie jusqu’à Caen.

         L’abbaye de Graville est un musée, abritant une statuaire religieuse parmi la plus belle de Normandie ainsi que des éléments lapidaires venant d’édifices religieux de la région ou de l’abbaye même. Elle est également le siège d’une collection de maquettes de la fin du 19e siècle et du commencement du 20e siècle illustrant l’habitation humaine en son ensemble. » [8]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de https://www.geocaching.com/geocache/GC56357_la-motte-feodale-daplemont?guid=41715767-1967-443b-be37-4dc1c5ad5255

    [2] Extrait de http://lehavredavant.canalblog.com/archives/2008/02/18/7998275.html

    [3] Extrait de https://actu.fr/loisirs-culture/decouvrez-lancien-chateau-fort-de-graville-au-havre_355156.html

    [4] Extrait de http://lireauhavre.fr/fr/contenu-standard/jean-gamot-plan-de-la-forest-et-bois-de-hallatte

    [5] Extrait de http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr

    [6] Exrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Aplemont-Frileuse

    [7] Extrait de Wikipédia

    [8] Extrait de http://www.musees-haute-normandie.fr/musee/abbaye-de-graville

     

    Bonnes pages

     

    http://aplemontphoto.blogspot.fr/2008/02/motte-fodale-d-inauguration.html

    http://aplemontphoto.blogspot.fr/2008/02/motte-fodale-daplemont.html

    https://actu.fr/societe/la-motte-feodale-daplemont_540079.html

    http://gghsm.forumpro.fr/t291-une-motte-feodale-du-xieme-siecle-a-aplemont

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Aplemont-Frileuse

    http://lehavredavant.canalblog.com/archives/2008/02/18/7998275.html

    https://college.clionautes.org/IMG/motte/VIS1.HTM

    http://ged.lireauhavre.fr/media/Plan_de_la_forest_et_bois_de_Hallatte/54263/

    « LES REMPARTS D'ETREPAGNY (Eure)LES REMPARTS D'ANNEBECQ (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :