• LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

    ci-dessus : au centre, une photographie aérienne extraite de http://orne.foxoo.com/video,musee-chateau%2Cflers,nx1012211444438048.html ; à droite, une photo aérienne extraite de Flers / © Média TV https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/orne/flers/flers-vaillante-hors-sentiers-battus-destination-decouvrir-normandie-1614875.html

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     « Situé au coeur d’un parc arboré, le château de Flers est bordé sur trois côtés par des douves et un petit étang. Il se compose de deux ailes disposées en équerre. La plus ancienne, construite au 16ème siècle sous l’impulsion de Nicolas III de Grosparmy est caractérisée par ses toits en cloche couronnés de lanternons. La façade d’ordonnance classique, avec son perron monumental, est érigée au 18ème siècle par Ange Hyacinthe de la Motte-Ango. Propriété des comtes de Flers jusqu’à la Révolution, le parc et le château de Flers sont ensuite acquis par le comte de Redern puis par la famille Schnetz. En 1901, Julien Salles, maire de Flers, rachète le domaine pour le compte de la ville. Le château a subi d’importants travaux entre 2012 et 2016. » [1]

    Ci-dessus, une photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)   LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

     Plan de situation du château de Flers ; blason de la famille de Grosparmy dont un des membres a construit la partie actuelle la plus ancienne du château ; blason réalisé par Gilloudifs.

     

    Histoire 

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)" Propriétaires successifs du domaine de Flers :

    10e siècle-12e siècle : famille de Flers

    1180-1320 : famille d'Aunou : Foulques, Thomas

    1320-1396 : Robert III, Robert IV, Robert V d'Harcourt

    1396-1404 : Guillaume de Tournebu

    1404-1547 : famille de Grosparmy

    1547-1736 : famille de Pellevé ; voir à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Pellev%C3%A9

    1736-1806 : famille de La Motte-Ango ; voir à ce sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_La_Motte-Ango_de_Flers

    1806-1820 : Jean Sigismond Ehrenreich de Redern Bernsdorf ; voir à son sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Sigismond_Ehrenreich_de_Redern_Bernsdorf

    1820-1901 : famille Schnetz

    1901 : acquisition du château par la ville de Flers. » [2]

     

    « L’origine médiévale

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     L’origine du château remonte à l’époque médiévale. Il s’agit alors d’une construction modeste, en pierres et à colombages, entourée de fossés. À la jonction de plusieurs vallées, le site est choisi parce que son terrain marécageux offre des possibilités défensives intéressantes. Le domaine appartient successivement aux familles d’Aunou, d’Harcourt et de Tournebu entre le 12e et le 15e siècle.

    Ci-dessus, le château au 11ème siècle extrait de https://www.flers-agglo.fr/wp-content/uploads/2016/06/Chateau_XI.jpg

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

    Ci-dessus : 1. blason de la famille d'Aunou par Gilloudifs ; 2. blason de la famille d'Harcourt par User:Spedona Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par User:Spedona., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2697928 ; 3. blason de la famille de Tournebu par Apn — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=38577818 ; 4. blason de la famille de Grosparmy par Gilloudifs.

     

    Les premières splendeurs du 16e siècle

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     L’aile Est du château, flanquée de ses deux tourelles d’angle, est la partie la plus ancienne. Elle est construite par Nicolas III de Grosparmy entre 1527 et 1541. Selon la légende, celui-ci a acquis une fortune considérable en se livrant à des recherches alchimiques. En réalité, son aisance s’appuie sur la possession des forges de Halouze qui font partie de son domaine. Au milieu du 16e siècle, le titre de baron de Flers revient à la famille de Pellevé, dont l’un des membres, Nicolas, fait une brillante alliance avec l’une des plus grandes familles de Bretagne, les Rohan. Le domaine s’enrichit de la châtellenie de Condé-sur-Noireau, et en 1598, la baronnie de Flers est érigée en comté.

    Ci-dessus, blason de la famille Pellevé par Tretinville Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Tretinville., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18596653

     

    Les grands travaux du 17e siècle

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     De grands travaux d’assainissement et d’embellissement du parc sont engagés. La plaine marécageuse est domestiquée par la création d’une pièce d’eau - le petit étang -, et un moulin est créé sur son déversoir. Un parterre carré ceinturé d’eau est aménagé sous les fenêtres de l’aile Est du vieux corps de logis (à la place du jardin d’enfants actuel). Il est prolongé par un potager et par un verger de même forme. Deux allées de 500 à 600 cèdres soulignent l’axe de cette composition. Après l’incendie des anciens communs, de nouveaux bâtiments sont construits dans l’axe de la cour d’honneur.

     

    L’apogée du domaine au 18e siècle

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     Des travaux sont entrepris par Louis de Pellevé et poursuivis par son fils dans l’aile Ouest en retour d’équerre. Cette aile, remaniée par Ange Hyacinthe de La Motte-Ango au début du 18e siècle, devient le corps de logis principal. Les fenêtres de l’aile du 16e siècle sont élargies pour s’harmoniser avec la nouvelle façade classique et améliorer le confort intérieur. L’axe principal de l’édifice, matérialisé par le perron monumental, pivote de la direction est/ouest à la direction nord/sud pour s’ouvrir sur le parc de chasse qui s’agrémente de la perspective de grandes allées. La grille de la cour d’honneur, décorée d’une couronne comtale, est réalisée vers 1764 par Antoine Pichard et Augustin Delaunay, maîtres serruriers à Flers. C’est le temps de la prospérité. Le château est luxueusement aménagé et meublé. Le domaine s’étend loin vers le sud. Le comte de Flers, avec ses 14 moulins et ses 28 fermes, est l’un des plus puissants propriétaires ornais. » [2]

    Ci-dessus, à gauche, blason de la famille Ango extrait de http://www.wikiwand.com/fr/Armorial_des_familles_de_Normandie#/A ; à droite, blason de la famille de la Motte-Ango par Tretinville Cette image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Tretinville., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18596776

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     « Symbole du pouvoir seigneurial, le château témoigne de la place du comte de Flers dans la région. Ainsi, en même temps qu’il étend son domaine et rénove le château, Ange-Hyacinthe aménage le parc et la cour d'honneur. Plus le château est beau et luxueux, plus son propriétaire est puissant. Au milieu du 18e, le parc était beaucoup plus vaste. Parterre, potager et verger (situés en partie sur l’actuel jardin d’enfant) s’étendaient jusqu’à la rue de la Boule. Le grand étang était, quant à lui, beaucoup plus vaste. Le jardin à la Française, planté par Rénette (jardinier du château), se structure autour de la Grande Avenue et du Grand Rond autour duquel les allées partent en étoile. » [3]

    Ci-dessus, un dessin de J. Tollet.

     

    « Révolution et chouannerie

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     Après la mort d'Ange Hyacinthe de la Motte-Ango en 1788, son fils François Paul hérite du domaine. » [2]

     

         « Sous la Révolution, la comtesse de La Motte Ango, « Jacqueline Le Goué de Richemont » s’engage pour la Monarchie (contre la République). »

         « En revanche, le frère cadet du comte de Flers, le général Louis-Charles de Flers, soutient la Révolution et devient commandant de l'armée des Pyrénées orientales. » [6] 

     

         « Elle autorise le marquis de Frotté, un général chouan défenseur de la monarchie, originaire d’Alençon, à établir l’un de ses quartiers généraux au château en 1793, puis en 1799 et 1800. Il parvient à réunir une armée de huit cent hommes pour sa cause et se charge de soulever la Normandie. La comtesse cache les chouans recherchés et fournit de l’argent. En 1800, les républicains (partisans de la République), voulant mettre fin à une guérilla de dix ans, incendient l’édifice. L’intérieur de l’aile ancienne du château est alors ravagé. Ruiné pendant la Révolution, le comte de Flers est contraint de vendre le domaine.

         Pendant la Révolution, la comtesse accepte de faire fondre les gouttières en plomb du château pour fabriquer des balles de fusil. » [3]

     

    « Les bouleversements du 19e siècle

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     En 1806, le comte Jean Sigismond Ehrenreich de Redern Bernsdorf, un truculent homme d’affaires franco-prussien enrichi dans le trafic de biens nationaux, acquiert le comté de Flers et le château à la famille de La Motte-Ango et pour la somme de 1 100 000 fr, et remet en état le château. Sa tentative de mainmise sur les forges de la région se soldant par un échec, ce personnage hors du commun, met en vente le domaine auprès de ses notaires parisiens Schnetz et Thirion.

    Ci-dessus, blason de Jean Sigismond Ehrenreich de Redern Bernsdorf ; Wappen der Roedern an der Taufkapelle St.Anna in Rohrbach in Oberösterreich http://www.wikiwand.com/de/Redern 

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     En 1822, Antoine Schnetz acquiert la propriété pour son propre compte et devient par la suite maire de Flers. Il ouvre le parc au public qui prend vite l’habitude de s’y promener et de s’y distraire. » [2]

     

     

         « C’est avec l’arrivée de la famille Schnetz que le parc va être modifié : désireuse de faciliter le développement de la ville, elle vend des terrains permettant l'urbanisation de la rue Richard Lenoir. Le percement de la rue Schnetz en 1845 ampute le parc et fait disparaître le Grand Rond. En 1863, l'arrivée de la ligne de chemin de fer Paris-Granville coupe le grand étang en deux parties. » [3]

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     « En 1901, après le retour vers la capitale des derniers descendants de la famille Schnetz, Julien Salles, maire de Flers, rachète le domaine pour le compte de la municipalité. Le château abrite alors l’hôtel de ville et le musée.

         Outre de nombreuses rues, l'ancien parc accueillit également les infrastructures de la gare de Flers. En 1901 le château et la propriété d'une surface supérieure à 37 hectares sont cédés à la ville sur proposition de son maire, M. Salles. Il accueillera désormais l'hôtel de ville et sera un lieu de promenade apprécié des habitants. Fort heureusement, le château n'est pas touché par les dévastations des bombardements de 1944. » [2]

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne) LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

     

         « Après la Seconde Guerre mondiale, la queue du grand étang est remblayée avec les décombres de la ville détruite. Les terrains, ainsi constitués sont aménagés pour implanter le futur parc des sports. » [3]

     

         « L'étang du parc du château est le lieu du suicide par noyade de Fernande Segret, dernière fiancée de Landru, le 21 janvier 1968.

         À la fin des années 1980, une succession de tempêtes détruit de nombreux arbres du parc. Un projet de renouvellement se fait jour, projet qui suscite de nombreuses polémiques en dépit de la dangerosité constatée. » [2]

     

         « L’aménagement actuel vise à restituer une forme classique de parc à la française en recadrant les perspectives et en hiérarchisant les différentes allées. Les essences replantées correspondent au parc historique. » [3]

     

    Le musée

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     « Dominé par deux tourelles d'angle surmontées de lanternons, et bordé par les douves, le château abrite les trésors du musée. On y découvre des collections de Beaux Arts (Corot, Caillebotte, Boudin...), d'Arts décoratifs mais aussi d'Histoire locale qui évoquent l'activité textile au 19e siècle (métiers à tisser) et la vie normande au 18e (reconstitution d'une cuisine). » [4]

     

         De très nombreuses cartes postales ont été éditées au fil du temps montrant le château de Flers sous différents aspects :

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

     

    Architecture :

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)     « L'ancien château remonte aux 16e et 17e siècles. L'édifice se compose d'un corps de logis paraissant remonter aux dernières années de la Renaissance, cantonné aux deux angles extérieurs par des tours émergeant au-dessus des murs en pans coupés qui les relient au logis principal. Au fond de la cour d'honneur, un bâtiment porte les caractères de l'architecture du 18e siècle, édifié à l'emplacement de l'ancienne aile en retour du château primitif. A l'intérieur, tout a été remis à la mode de l'époque de Louis XIV. » [5]

     

    LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)LES REMPARTS DE FLERS (Orne)

     

    Protection :

     

          « Ce château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 24 avril 1907. » [2]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de https://www.musees-normandie.fr/musees-normandie/musee-du-chateau-de-flers/

    [2] Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Flers_(Orne)

    [3] Extrait de https://www.flers-agglo.fr/wp-content/uploads/2016/06/Guide-du-visiteur-2017.pdf

    [4] Extrait de http://orne.foxoo.com/video,musee-chateau%2Cflers,nx1012211444438048.html

    [5] Extrait de http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00110807

    [6] Extrait de Wikipédia 

     

    Ci-dessous : Document N° 61033 DREAL Basse-Normandie / SRMP /  Date de parution : septembre 2013 http://www.donnees.normandie.developpement-durable.gouv.fr/pdf/SITES/61033f.pdf

     

    Ci-dessous : Guide du visiteur du château-musé de Flers 2017 https://www.flers-agglo.fr/wp-content/uploads/2016/06/Guide-du-visiteur-2017.pdf

     

    Bonnes pages :

     

    https://www.ouest-france.fr/normandie/flers-61100/avant/apres-balade-dans-le-passe-autour-du-chateau-de-flers-5591176

     

    « LES REMPARTS DE LONGUEIL (Seine-Maritime)LES REMPARTS DE GOUVIX (Calvados) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :