• LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP

     

         Capitale des premiers ducs de Normandie jusqu’à Guillaume Le Conquérant, Fécamp possède encore des vestiges du palais ducal et de son enceinte. Le château de Fécamp est un ancien château à motte dont les ruines se dressent sur la commune de Fécamp dans le département de la Seine-Maritime et la région Normandie.

         Les vestiges du château font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 26 octobre 1910. Afin de valoriser le patrimoine médiéval du centre historique, la ville de Fécamp a acheté en 2013 une grande parcelle abritant une partie des anciens remparts des 11e et 12e siècles.

     

    LES REMPARTS DE FECAMP  LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)

    Plan hypothétique des remparts de Fécamp ; blason par Chatsam — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9544115

     

    LES REMPARTS DE FECAMP     « Selon une tradition fécampoise du 11e siècle, c'est le duc Guillaume-Longue-Epée (vers 927-942) qui aurait choisi le site de Fécamp, où existait une ancienne fortification (oppidum), pour en faire une de ses résidences. Pendant longtemps, le palais qu'il construisit à proximité de l'ancien monastère de femmes du comte Waninge allait être un des séjours favoris de la dynastie princière.

         C'est à Fécamp que naquit le duc Richard Ier (v. 925?-996). C'est là aussi qu'il reçut sa sépulture et que fut inhumé son fils Richard II (996-1026). La grande salle du palais de Fécamp fut encore le cadre du fastueux banquet que présida Guillaume le Conquérant à son retour d'Angleterre en 1067 pour fêter son couronnement. Par la suite, Guillaume tendit à délaisser ses résidences haut-normandes et les séjours des ducs commencèrent à se faire plus rares. Le dernier grand événement fécampois dont les chroniques nous ont conservé le souvenir est la cérémonie qui se tint en 1162 à l'initiative d'Henri II Plantagenêt pour le transfert des restes de Richard Ier et de Richard II en l'abbatiale de la Sainte-Trinité.
         Vaste complexe de bâtiments résidentiels et de service, le palais des ducs s'élevait à l'ouest de l'abbatiale. Dans ses stratifications les plus anciennes, datées du 10e siècle, les fouilles réalisées par Annie Renoux entre 1972 et 1984 ont permis de reconnaître la présence d'un bâtiment de bois aux murs légèrement cintrés, sans doute contemporain de Guillaume-Longue-Epée, et d'un édifice en pierre attribué au palais de Richard Ier. Un texte signale l'existence d'une "aula domini Richardi" qui devait être la grande salle du palais de Richard II, et dont les fouilles n'ont pas permis de retrouver la trace ; elle se situait peut-être à l'emplacement de la tranchée ouverte au 19e siècle pour le passage de la voie ferrée. Seul l'état le plus tardif, de la seconde moitié du 12e siècle, nous est bien connu. La grande salle était alors incluse dans une sorte de bastion s'élevant entre deux tours, à cheval sur le tracé du rempart du château. Ses ruines aujourd'hui restaurées constituent l'unique vestige du palais ducal.

     

    LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP

    A gauche restitution d'André-Paul Leroux, au centre plan Mangin, deux documents extraits de http://www.vieux-fecamp.org/Conf_Lagarde_mars_2010/Conf_Lagarde.html  ; Document à droite extrait de http://www.opusmang.com/opusmangvision/index.php?topic=169.0

     LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)

     A gauche : l'abbaye de Fécamp en 1655 avant les constructions mauristes par J chancerel — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51180089 ; à droite : l'abbaye avec ses fortifications peu avant 1700 par J chancerel — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50931994

     

    LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)     Le château englobait non seulement le palais des ducs, mais aussi l'église de la Trinité et l'ensemble des bâtiments conventuels de l'abbaye. Son origine est peut-être liée à la construction d'un castrum pour la défense de la zone côtière à la fin du 9e siècle. Dans son premier état, il devait être constitué de deux parties, une enceinte résidentielle formée d'un rempart de terre et d'une palissade autour des bâtiments du monastère, un second enclos plus vaste englobant une zone de jardins et de vergers dans la partie basse du site. Au 11e siècle, la palissade primitive fut remplacée par un mur de maçonnerie reposant sur une série de piles de fondation implantées dans l'épaisseur du rempart de terre et reliées entre elles par des arcs : plusieurs de ces arcades sont encore visibles aujourd'hui dans les soubassements du palais. Au 12e siècle, la résidence des ducs fut fortifiée par un puissant donjon de plan carré dont les fouilles ont permis de dégager la souche sur la face occidentale du " bastion ". C'est également à la période ducale qu'appartiennent les petites tours quadrangulaires qui se voient encore ici et là sur le périmètre de l'enceinte. Deux de ces tours encadrent le " bastion " du palais ; l'une au nord, dont ne subsistent que deux pans de murs, abritait le grand moulin de l'abbaye ; la mieux conservée est la tour dite "de la Maîtrise" au sud-est du chevet de l'abbatiale. Jacques Le Maho » [1] ; photo ci-dessus : Les ruines des fortifications et du château ducal à l'Ouest de l'abbatiale par Nikater — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36610838

     

    LES REMPARTS DE FECAMP  LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP

     

    Un site rare

     Ci-dessous : gravure de l'abbaye de Fécamp (Normandie) : dessin C.t Bourgeois http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7740668b.r=fortifications%20Normandie)

     

    LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)     " La protection des remparts traduit est une volonté politique de la Ville qui en 2012 a acquis la propriété Choisy rue des Forts pour 220 000 €. Une parcelle de cette propriété donnant rue d’Estouteville conserve en effet une partie de la première enceinte médiévale de Fécamp, reconnue avec le Palais ducal d’intérêt national. « Fécamp est l’un des très rares sites encore conservés en France témoignant des résidences urbaines du premier âge roman (de l’an mille à 1100 environ). Cette politique normande de construction inspira le roi de France à la cité à Paris, à Étampes etc. », remarque Virginie Sampic, responsable du service animation du patrimoine, alors que l’adjoint à la culture, Pierre Viricel souligne : « Comme en 1974, les bâtiments masquant le Palais ducal furent démolis, l’acquisition de cette propriété permettrait d’effectuer la même opération, à savoir, rendre visible et accessible à tous cet exceptionnel patrimoine, la convention Ville d’Art et d’Histoire, signée en 1992 entre la ville et le ministère de la Culture mentionnant la valorisation de la période ducale. » [2] Gravure ci-dessus : vue générale de l’abbaye de Fécamp Lithographie Villeneuve, 1820 Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, Vol 1, planche 64 © gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France.

     

    LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP

    A droite rempart rue d'Estouteville extrait de http://manoirs-cauchois.blogspot.fr/2012_10_01_archive.html

     

         « Les remparts de Fécamp sont actuellement en cours de restauration.Ils sont édifiés en pierre calcaire de Fécamp. On trouvait au Moyen-Age des carrières par exemple sous l’église Saint-Étienne. Elle est différente de la pierre de Caen. La pierre était un matériau noble et le coût du transport restait élevé. Les fortifications datent du 11e siècle. Pour la restauration, on doit faire venir la pierre de Valence en Espagne.

         Sur le terrain acheté par la commune et comprenant une partie des remparts, on observe le Canal de la voûte qui va jusqu’à Ganzeville : il fut construit au Moyen-Age, captant les eaux de Ganzeville et les menant à l’abbaye de Fécamp. Guillaume de Volpiano, en 1001, explique qu’il y a l’eau courante à l’abbaye. Le canal passe sous la route de Rouen vers la Halle aux vêtements.

     

    LES REMPARTS DE FECAMPPhoto ci-dessus extraite du site : http://www.lecourriercauchois.fr/actualite-23086-journees-du-patrimoine-fecamp-medievale.html

    LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)

    Photos ci-dessus extraites du site : http://www.vieux-fecamp.org/Conf_Lagarde_mars_2010/Conf_Lagarde.html ; Le presbytère et l'école de musique avant 1973. Les fouilles de 1973 à 1984.

     

         Jusqu’en 1974, il était impossible de voir les ruines du palais des ducs de Normandie. Des fouilles archéologiques eurent lieu ensuite. Peu d’écrits sont disponibles aux 11e et 12e siècles. Le château était ceint en pierre. Rollon, premier duc de Normandie, avait un fils, Guillaume Longue Épée, qui installa une résidence modeste en bois servant de pied à terre. Richard Ier, son fils, est né à Fécamp et fit construire une église tout en transformant le palais en pierre. Son fils, Richard, fonda l’abbaye et commanda la construction de la voûte. Les murs à arcades témoignent d’un souci d’économie de la pierre. Les remparts furent incorporés dans le château (avant, ils étaient à l’extérieur). Les fenêtres à croisillons datent du Moyen-Age." [3] 

     

    LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP LES REMPARTS DE FECAMP

    LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime) LES REMPARTS DE FECAMP (Seine-Maritime)

    A gauche : l'abbaye des Mauriste en 1687, Vue vers le Nord par Dom Germain — Bibliothèque nationale de France, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=35885116 ; à droite : vue vers le Sud Par Dom Germain — Bibliothèque nationale de France, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=35700311

     

    Sources :

    [1] http://www.mondes-normands.caen.fr/france/patrimoine_architectural/normandie/Pays_caux/fecamp/0409Fecamp/index.htm

    [2] http://www.paris-normandie.fr/hemerotheque/fecamp-des-remparts-a-redecouvrir-1054243-BWPN1054243

    [3]  http://maupassant-lyc.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article1696

     

    Bonnes pages :

     

    http://www.vieux-fecamp.org/Patrimoine.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_la_Trinit%C3%A9_de_F%C3%A9camp

    http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1982_num_126_1_13903

    http://www.mondes-normands.caen.fr/france/patrimoine_architectural/normandie/Pays_caux/fecamp/0409Fecamp/index.htm

    http://www.ville-fecamp.fr/IMG/pdf/AVAP-diagnostic-juin2016-document-de-travail.pdf

    http://www.vieux-fecamp.org/Conf_Lagarde_mars_2010/Conf_Lagarde.html

     

     

    « LES REMPARTS DE NONANCOURT (Eure)LES REMPARTS DES ANDELYS (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :