• LES REMPARTS DE BRIX (Manche)

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) 

     

         1824 : « Quelques vieux pans de murs délabrés, soumis aux caprices du temps, les ruines d’un escalier à vis et l’entrée d’un souterrain, aujourd’hui comblé, dissimulés sous l’épaisse frondaison de la forêt de Brix sont les ultimes témoins de ce qui fut jadis une des plus impressionnantes places fortes de Normandie. » [1] 

     

    Un site historique

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)      La commune de Brix, située entre Cherbourg et Valognes, et dont le nom a subi des modifications au cours des siècles (Brucius, Bruce, Bruys, Bris et enfin Brix), est héritière d’une grande page d’histoire. C’est en effet dans cette commune, sur le site de l’actuelle propriété Bruce Castle, que s’enracine le passé de la famille royale d’Écosse. » [2] Ci-dessus, plan du Haut Brix extrait du livre Brix, berceau des Rois d’Ecosse par Claude Pithois trouvé sur le site :  http://www.pickeringsofyorkshire.com/overseas/france/brix 

     

          « Le nom du village est surtout mentionné sous la forme Bruis, Bruiz et Bruys entre le 11e siècle et le 14e siècle. (...)

          Un prieuré Saint-Pierre est fondé en 1106 par Adam de Bruis à la Luthumière, dépendant de l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Un château en ce même lieu sera le siège d'une baronnie dont le titre, transmis par les Goyon de Matignon, est aujourd'hui porté par le prince de Monaco. Une autre baronnie est fondée, ayant pour siège le château d'Adam, construit par Adam de Brix. De cette dernière baronnie seront issus des rois d'Écosse, dont Robert de Bruce (les de Brix étant également appelés de Bruce). » [3]

     

          « Il n'en reste que quelques ruines. Il est situé sur l'éperon rocheux de la colline où est bâti le bourg, à l'extrémité est du village, « au haut de hautes pentes plongeant directement sur près de 45 mètres dans la vallée ». [4] 

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)   LES REMPARTS DE BRIX (Manche)

     Plan hypothétique du château médiéval de Brix ; blason de la famille de Brix (réalisé par Gilloudifs sur des modèles trouvés sur le net) de la famille de Brix (est-ce le bon blason ?...)

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     « Il a existé dans Brix deux anciens châteaux de barons, le château d'Adam et celui de la Luthumière. Le premier fut bâti sous les ducs de Normandie, rois d'Angleterre, par un seigneur Adam de Brix. C'est la tige des rois d'Écosse, et notamment de ce fameux Robert Bruce, dont la mémoire est encore en vénération parmi les Écossais. En suivant les traces de la maçonnerie de cette forteresse, on voit qu'elle était une des plus étendues du pays. Il ne reste plus que des fondements et quelques souterrains voûtés. Les barons de Brix avaient droit de séance à l'échiquier de Normandie. Ci-dessus la forêt de Brix en 1760 extrait du site http://www.pickeringsofyorkshire.com/overseas/france/brix

     

         Quant au château de la Luthumière, il fut bâti sur des biens concédés par les de Brix. Plusieurs des possesseurs de cette seconde baronnie eurent le titre de connétables. » [5]

     

    « Le Château Adam

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Le château Adam est le plus ancien monument de la commune de Brix. Il tire son nom d'Adam de Bruis ou de Brix, seigneur du lieu, vivant au 11e siècle.

         Il s'agit d'une enceinte formée par une importante levée de terre avec son fossé, et cour intérieure, le tout placé au sommet d'un éperon barré. Cette enceinte principale est accompagnée vers l'ouest d'une basse cour elle-même protégée par une butte et son fossé. Cette dernière enceinte n'est plus que partiellement visible. Photo aérienne ci-dessus extraite du site Google Earth.

     

         Jusqu'en 1204, des constructions de pierres existaient dans l'enceinte située au bout de l'éperon barré. Une tour ronde semble avoir commandé le lieu. Il n'en reste plus que des substuctions difficilement lisibles. » [3]

     

    Le Château d’Adam

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     La construction du château est donc entreprise au 11e siècle, sur un site naturel exceptionnel dominant la forêt de Brix. Cette forteresse, alors l’une des plus importantes du pays, bénéficie d’une position défensive stratégique.

         Il ne reste actuellement que des fondations, et quelques détails de la construction, comme les restes d’un escalier à vis et l’entrée d’un souterrain voûté, comblé en majeure partie. Document ci-dessus : plans du Vieux Château extrait du livre Brix, berceau des Rois d’Ecosse par Claude Pithoi et relevé topographique du site du château de Brix, par Fréderic Scuvée extrait du site http://www.pickeringsofyorkshire.com/overseas/france/brix ou http://closducotentin.over-blog.fr/article-le-chateau-de-brix-forteresse-oubliee-du-cotentin-medieval-96271987.html

     

         En effet, à peine le château d'Adam est-il construit que le roi de France Philippe Auguste recouvre la Normandie (1205). Les seigneurs qui possèdent des terres en France et en Angleterre sont alors contraints d'opter pour l'une des deux nations. Ayant donné leur préférence à l'Angleterre, où ils ont davantage de biens, ils sont dépouillés de leurs propriétés en France. Le château, qui a servi d'asile à Richard Coeur de Lion (12 mai 1194) et à Jean sans Terre (22 octobre 1203) est démantelé par ordre du roi Saint-Louis au début du 13e siècle. Les pierres du château serviront en partie à la reconstruction de l'Eglise(1) au 16e siècle et des habitations du village.

    (1) celle-ci fut édifiée à l’origine par Adam au 12e siècle. Elle fut ensuite détruite par les Normands. » [2]

     

    Description et Histoire du Château d’Adam Bruce

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     L’emplacement du château d’Adam était magnifique : de l’autre côté du Bois Madame, s’élève vers l’est un large monticule aride, hérissé seulement de roches, de pins et de bruyères. Au fond du ravin, coule paisiblement une petite rivière. Vers le sud, l’horizon s’élargit tout à coup et découvre les hauteurs de Besneville et de nombreux clochers. Le château avait donc une défense naturelle de ce côté, mais à l’ouest, du côté de l’église, il en était tout autrement. Le terrain est à peu près uni, aussi y avait-on construit beaucoup de retranchements. On y remarque encore la place d’un large fossé, au bas du « Clos de l’Ecole » et vers les « Câtiaux ». Le château était en outre protégé par un mur d’enceinte qui passait par l’endroit encore appelé, pour ce motif, le « Haut Mur », et par le « Bois des bosses ». Dans l’intérieur de ce mur d’enceinte étaient la Bailliverie et l’église. Le château d’Adam, au dire de M. de Gerville, formait une forteresse imposante, et il en classe les ruines au nombre des antiquités romanes du douzième siècle.

    Photo ci-dessus : Ouvrage fossoyé délimitant côté ouest l'emprise du château ; photo extraite de http://closducotentin.over-blog.fr/article-le-chateau-de-brix-forteresse-oubliee-du-cotentin-medieval-96271987.html

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Bien que ce château, bâti au 12e. siècle, ait été démoli au début du siècle suivant par ordre de Saint-Louis, il en restait encore de nombreux débris, trois siècles plus tard, qui furent employés à la construction de l’église actuelle. En suivant les traces de la maçonnerie de cette forteresse, on voit encore la motte sur laquelle s’élevait le donjon, et là se trouvent encore quelques vieux pans de murs construits avec des pierres de petit appareil, et comme noyés dans un amas de ciment extrêmement dur. Ces quelques ruines, entassées les unes sur les autres, sont recouverts d’une haute couche d’humus sur laquelle croissent, au milieu des ronces et des épines et à l’ombre de vigoureux arbustes, des fougères d’une très grande rareté. Vers le sud, cependant elles présentent une ouverture qui permet de pénétrer dans une grotte peu profonde dont la voûte est parsemée de stalactites. Non loin de là se trouve l’entrée de deux souterrains voûtés dont on ignore le point d’arrivée.

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Le château d’Adam, a été confisqué au début du 13e. siècle ; ceci explique la raison pour laquelle il n’en est pas fait mention dans les registres des fiefs de Normandie qui devaient le service militaire à Philippe-Auguste. La raison de cette confiscation fut sans doute la même que celle de la plupart des châteaux de Normandie : les seigneurs normands qui possédaient des domaines en Normandie et en Angleterre furent forcés d’opter entre les deux pays. Les seigneurs de Brix n’hésitèrent pas à donner leur préférence à l’Angleterre, où ils étaient infiniment plus riches qu’en France. Photo aérienne ci-dessus extraite du site Géoportail.

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche)

    Quelques photos trouvées sur le site anglais http://www.pickeringsofyorkshire.com/overseas/france/brix. On voit successivement la glacière, le rempart, le fossé et un passage souterrain. 

     

         Durant le court espace de son existence, on ne peut guère s’attendre à ce que cette forteresse ait soutenu des sièges. Pendant son long règne, Henri II fut paisible possesseur de notre pays. Aucune guerre n’y amena Richard Cœur de Lion : nous voyons seulement qu’il y vint s’embarquer ou descendre à Barfleur. En 1194, il y débarqua avec une flotte de cent vaisseaux chargés de troupes destinées à secourir Verneuil. Un historien contemporain rapporte qu’il vint coucher à Brix, sans doute au château d’Adam, le 12 mai de cette même année. Jean Sans Terre régna si peu de temps sur la Normandie que l’on ne peut s’attendre à des détails sur nos châteaux pendant le court espace de sa domination. Dans son article sur Brix, M. Renaud mentionne cependant que Jean Sans Terre était à Brix le 21 décembre 1200. Les Etudes géographiques et historiques sur le département de la Manche indiquent, quant à elles, que Jean Sans Terre vint au château d’Adam en 1203. 

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Puissants, d’un rang élevé dans la hiérarchie sociale de l’époque, les seigneurs de Bruis avaient droit de séance à l’échiquier de Normandie, parmi les premiers de la province. Les anciennes armes de ces seigneurs étaient d’argent au lion rampant de gueule. Les armes que portent ou écartèlent aujourd’hui les Bruce sont celles d’Annandale. » [1] 

    A gauche, armoiries de la famille Bruce.

     

         « ... En revanche - contrairement à ce qu’affirment depuis des décennies les historiens locaux – cette forteresse n’a jamais appartenue à la famille de Brix, dont la descendance fit souche après 1066 dans le nord de l’Angleterre et atteint ensuite, sous le nom de Bruce, au titre de roi d’Ecosse. En  définitive les de Brix n'étaient que les intendants de ce château ducal, sorte d’administrateurs héréditaires, ne jouissant en bien propre que d'une portion du domaine à titre de rémunération de leur office. Cela explique aussi pourquoi, en 1204, lors de la conquête de la Normandie par le roi Philippe Auguste, l’édifice se trouva désaffecté et ses dépendances progressivement démembrées… » [7]

     

    Dans les pas de Robert Bruce, roi d’Ecosse

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Cette forteresse bâtie sous les ducs de Normandie, rois d’Angleterre, doit son nom à un seigneur de Brix prénommé Adam. Plusieurs de ces seigneurs, d’origine normande, se nommaient ainsi ; le plus remarquable d’entre eux étant sans conteste le fameux Robert Bruce, dont la mémoire est encore en vénération parmi les Ecossais qui conservent un reste de l’ancien esprit national. Robert Bruce, septième Lord d’Annandale, couronné roi des Ecossais le 25 mars 1306 sous le nom de Robert Ier d’Ecosse, qui mourut en 1329, vit dans sa jeunesse l’Ecosse réduite à l’état le plus triste et le plus abject, subjuguée par Edouard Ier d’Angleterre : il vit périr par le glaive du vainqueur une partie de sa famille. Il sut en peu de temps tirer une vengeance éclatante des horreurs dont son pays avait été le théâtre ; faire éprouver aux Anglais des défaites sanglantes, délivrer sa patrie et la laisser, en mourant, au plus haut degré de gloire qu’elle n’eût jamais acquis.

    Photo ci-dessus : statue équestre de Robert Ier Bruce, roi d'Ecosse de 1306 à 1329 ; cliché extrait de http://www.wikiwand.com/fr/Robert_Ier_d%27%C3%89cosse

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Tous les généalogistes anglais conviennent que Robert de Bruis, Bruce ou Brus, premier du nom, vint de Normandie en Angleterre avec Guillaume le Conquérant, qui, après la bataille de Hastings, l’envoya soumettre le nord de l’Angleterre, et qu’il lui donna près de cent seigneuries dans les comtés d’York et de Durham. Skelton, dans le nord du Yorkshire, fut le chef-lieu de sa baronnie. Son fils s’appelait comme lui Robert, et son petit-fils Adam : celui-ci, né d’un premier mariage avec Agnès, fille de Fouques Laynel, hérita des biens d’Angleterre et de Normandie. Il combattit vaillamment contre les Ecossais à la bataille de Northallerton, en 1133. Il mourut en 1162, laissant pour successeur un fils, prénommé Adam, qui mourut en 1185. Ce n’est pas uniquement dans les baronnages d’Angleterre qu’on doit chercher les noms de ces Adam de Brus. Les cartulaires de quelques abbayes du Cotentin rapportent qu’ils résidaient aussi bien dans leur château de Brix qu’en Angleterre. » [1] 

     

         Ci-dessus photo de la Stèle de Hastings qui se trouve à proximité de l'oratoire N-D de la Grâce à Brix. C'est un monument commémoratif qui commémore la bataille d'Hastings le 14 octobre 1066. Elle a été érigée en 1966 pour marquer le 900e anniversaire de la bataille. Elle est dédiée « aux conquérants normands », dont Robert de Bruce qui fut un compagnon de Guillaume le Conquérant. Photo extraite de http://baguette.over-blog.net/article-foret-de-brix-72064929.html ; à  ce sujet, voir aussi : http://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin-50100/une-stele-aux-conquerants-normands-d-hastings-4610028

     

    Les Bruce

     

         Arrivés en Normandie au début du 11e siècle, et probablement originaires de Grande-Bretagne, les Bruce de Brix vont donner naissance à la lignée dont est issu le très illustre roi d’Ecosse Robert Ier (huitième de ce nom, 1274 – 1329). Grand libérateur de son peuple, « il fut le plus aimé des monarques de toute la longue et sanglante histoire de l’Ecosse ».

         A l’origine, le premier Robert Bruce connu et répertorié des historiens (1025-1066) arrive en Normandie et devient seigneur de Brix. Il apparaît avec son fils Adelme (1050-1094) aux côtés du duc de Normandie Guillaume le Bâtard en 1066, lors de la conquête de l'Angleterre, et prend part à la célèbre bataille d'Hastings. Après la victoire d'Hastings, Guillaume le Bâtard, devenu Guillaume le Conquérant, l’envoie dans le nord de l'Angleterre. Il devient alors l'un des plus puissants seigneurs d'outre-Manche. Adelme, lui, devient seigneur de Brix et de Skelton.

         Deux des fils d’Adelme, Adam et Robert (deuxième du nom), vont à leur tour marquer l’histoire de leur empreinte. Robert devient le premier Lord d’Annandale, il soutiendra la conquête de la Normandie en 1105-1106. Six générations le séparent d’un autre Robert qui décide de prendre en mains le destin des Ecossais en se proclamant roi d’Ecosse sous le nom de Robert Ier, le 29 mars 1306. Adam, quant à lui, devient seigneur de Brix et donnera son nom au château fort érigé au 11e siècle sur les terres du Haut-Brix, et probablement achevé de son vivant. » [2]

     

    Le château actuel

     

           « L'emplacement a été racheté au 19e siècle par une autre famille de Brix. On entreprend la construction du château actuel en 1914, tout près du site de l’ancienne forteresse. Bâti sur une partie de l'ancienne basse cour, dans le style français 18e, le château sera privé de son pavillon droit, car en 1916, période de guerre, la construction ne peut être financée dans sa totalité et doit être interrompue. La demeure fraîchement érigée est alors reliée à un petit corps de ferme datant de 1784, telle qu’elle se présente actuellement. » [2]  

     

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     Ce château aujourd'hui, maison d'hôtes de charme sous le nom de « Bruce Castle », propose des chambres. Il possède un site d'où sont extraits certaines informations de ce blog et la photo ci-contre : http://www.bruce-castle.com/

     

     

    Oratoire Notre Dame de Grâce :

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche)     « Sur l’ancienne route de Valognes à mi-pente d’un chemin escarpé, « la Pierre des Morts » permettait aux porteurs de poser les cercueils le temps d’une halte brève.

         A proximité, se dresse un oratoire, tourelle de style roman contenant une statuette en bois de Notre Dame de Grâce.
          Quelques mètres au-dessus, une stèle sur laquelle a été sculptée une étrave de Drakkar, est dédiée « aux conquérants normands » en souvenir de Robert Bruce fidèle compagnon de Guillaume le Conquérant. » [6]  

     

         Uun sentier découverte part à la découverte de Brix. Il a fait l'objet d'une excellente plaquette. D'autres circuits sont également proposés sur http://www.otbv.fr/randonnee-cotentin-valognes-normandie.html. Le document de ce sentier découverte rappelle que Brix, 3 000 ans avant J.C., était déjà une place forte importante en particulier avec l'aménagement titanesque du « Haut Mur » :

    LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche) LES REMPARTS DE BRIX (Manche)

     

         Enfin, si vous souhaitez découvrir plus à fond cette commune du nord de la Manche, vous pouvez consulter ce PDF vraiment très complet :

     

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Anciens Châteaux de l’Arrondissement de Valognes ; Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie – 1824 http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article971

    [2] Extrait de http://bruce-castle.com/histoire.php?lg=fr

    [3] Extrait de Wikipédia

    [4] Extrait de Petit guide du nord-Cotentin, II. le Moyen Âge, Guillaume Sorel, éd. Heimdal, 1977, pp. 25-26. https://www.wikimanche.fr/Ch%C3%A2teau_de_Brix#cite_ref-Pgnc_1-1

    [5] Extrait du Guide pittoresque du voyageur en France : contenant la statistique et la description complète des 16 départements par Eusèbe Girault de Saint-Fargeau F. Didot, 1838

    [6] Extrait de http://www.coeur-cotentin.fr/communaute/sites_communes/accueil_brix/la_commune_brix/presentation_brix/patrimoine_brix.html

    [7] Extrait du résumé succinct de la conférence donnée à Brix le vendredi 20 janvier 2012, J. Deshayes extrait de http://closducotentin.over-blog.fr/article-le-chateau-de-brix-forteresse-oubliee-du-cotentin-medieval-96271987.html

     

    Bibliographie :

    Brix, berceau des Rois d’Ecosse par Claude Pithois.

     

    Bonnes pages :

     

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k143709j/f5.image

    http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article11841

    http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article9763

    http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article13400
    http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article11842

    http://closducotentin.over-blog.fr/article-le-chateau-de-brix-forteresse-oubliee-du-cotentin-medieval-96271987.html

    http://www.coeur-cotentin.fr/communaute/sites_communes/accueil_brix/la_commune_brix/presentation_brix/histoire_brix.html

    http://www.grangeneuve.net/brixvillage.html

    http://www.otbv.fr/randonnee-cotentin-valognes-normandie.html

    https://books.google.fr/books?id=2qxLAAAAMAAJ&pg=PA169&lpg=PA169&dq=ch%C3%A2teau+de+Brix+Manche&source=bl&ots=wJdH0Ww075&sig=lnUj8Zet6-_zdeGJeYhWbq08Y48&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwidjbuW89PVAhVLIsAKHXgtDog4PBDoAQhKMAU#v=onepage&q=ch%C3%A2teau%20de%20Brix%20Manche&f=false

    http://www.pickeringsofyorkshire.com/overseas/france/brix

    « LES REMPARTS DE CONDE-SUR-NOIREAU (Calvados)LES REMPARTS DE GAMACHES-EN-VEXIN (Eure) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Septembre 2017 à 09:43

    Bonjour Gilloudifs,

    Je tiens à vous signaler que les plans du Haut Brix et du Vieux Château se trouvent dans le livre Brix, berceau des Rois d’Ecosse par Claude Pithois, dont j'ai puisé la plupart des informations pour mon exposé concernant la famille Bruce à Brix. Il mérite donc d'être mentionné parmi vos sources.

    Depuis mon séjour à Bruce Castle en 2016 j'essaie de mettre sur pied un plan pour fouiller le château d'Adam et ainsi assurer sa sauvegarde pour les générations futures. Etant donné l'intérêt des Ecossais pour leur héros national et avec l'implication des passionnés locaux, je suis persuadée qu'une collaboration franco-britannique pourrait mener ce plan à bout avec succès.

    Merci de me contacter à l'adresse e-mail ci-dessus.

    Bien à vous,

    Hazel Pickering

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :