• LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

     

          « Le domaine du château d'Imbleville est situé sur la commune d'Imbleville dans le canton de Tôtes le long de la route de la vallée de la Saâne. On le surnommé la « Perle de la Saâne », il apparaît parfois dans certains écrits sous le nom de « château du Vivier » ou encore « château de la Couture (…) ou bien encore « château de Bimorel » (NDB)

         Situé sur la D2 entre Imbleville et Auzouville-sur-Saâne en Seine-Maritime et idéalement bâti entre deux bras de la Saâne, ce château de briques roses et son domaine visaient à protéger et à contrôler le passage de la vallée. Le château et les bâtiments alentour, si disparates en apparence, constituent un ensemble architectural harmonieux. (...) » [1]

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)     « Ses assises sont de grès et silex. Ses briques anciennes changent subtilement de couleur selon les saisons et la lumière : plus roses par temps gris, plus dorées au soleil,  
    nacrées au clair de lune. » [2]

     

         « Au moment de sa construction à la fin du 15e siècle, le château de Bimorel était un petit château fort, garni, de tous les côtés, de tourelles. A l'entrée de la cour, à laquelle on ne pouvait accéder que du côté nord, se trouvait un corps carré (sorte de poterne), flanqué de quatre tourelles, que l'on traversait, après avoir passé le pont-levis jeté sur les fossés. » [3]

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)   LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

     Plan de situation du château d'Imbleville ; blason de la famille de Dampierre par Travail personnel Jebulon — Pierre-Paul Dubuisson: Armorial des principales maisons et familles de Roiaume, particulièrement celles de Paris et de l'Isle de France, tome second, page 146. Paris, 1757, aux depens de l'auteur. Réédition Jean de Bonnot, 1987., CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18286047

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

     

    Historique

     

         « Au 15e siècle, les terres alentour constituaient une seigneurie sous l'égide de Zanon de Dampierre, seigneur de Biville-la-Baignarde, Thiédeville, Imbleville et Eurville. C’est lui qui, en 1491, construisit, dans un îlot formé par la Saâne, une maison forte qui, après transformation, devint le château actuel. » [1]

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)     « Sur la porte de cette antique demeure seigneuriale, se trouve l'inscription suivante placée, en 1491, par Janon de Dampierre sur une pierre frontale aujourd'hui fort usée par le temps : « L'an de grâce 1491, noble homme, Messire Janon de Dampierre, chevalier, seigneur de Biville-la- Baignarde, et autres seigneuries, fit édifier cette maison. Et était pour lors, sa femme, noble dame Marie de Gouvis. Leurs hoirs feront leur devoir de prier pour eux. »
    Au-dessus, étaient les armes de la famille de Dampierre, et celles de la maison de Gouvis qui portait de de vair plein. » [3]

     

         « On peut voir, à l'entrée du cimetière, une croix en grès dont il fit don à la paroisse en 1510. (…)

         À la fin du 16e siècle, la terre et le château furent acquis par Nicolas Baudry, avocat au parlement de Normandie. Son fils Charles mourut à Imbleville en 1651. Ses descendants conservèrent le domaine jusqu’au début du 18e siècle. 

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)     Divers partages firent revenir le château entre les mains de Pierre Eustache de Dampierre qui mourut en 1795, laissant trois filles. En 1801, la terre fut attribuée à l’ainée qui avait épousé le marquis de Bimorel. Le dernier Bimorel mourut en 1842. Son gendre Louis de Folleville hérita du domaine qui resta dans sa famille jusqu’en 1917. C’est dans cette période du 19e siècle que le château subit de profondes transformations. (...)

         D’importants travaux de réfection ont été exécutés par madame de Saint Remy et son fils Gilbert entre 1917 et 1961. Notamment fut érigé au pied de la colline boisée, un élégant escalier à double révolution provenant de l’ancien château des ducs d’Elbeuf. (...) » [1]

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

    Ci-dessus : à gauche plan extrait du cadastre napoléonien de 1806, Archives de la Seine-Maritime http://www.archivesdepartementales76.net/ ; au centre extrait de la carte d'Etat-Major extraite du site Géoportail ; à droite, photo aérienne extraite du site Géoportail.

     

    Architecture 

     

         « À l’origine, la Saâne arrivait directement sur la face sud de la cour. Elle se divisait en deux bras qui défendaient le château. (…) Entre 1850 et 1860, la Saâne qui, lors de ses crues, inondait les abords du château, fut détournée et les douves furent créées. (…) 

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)     Au nord, quatre tours, dont deux subsistent, abritaient la herse d’un pont-levis qui seul permettait l’accès. Au nord, des bâtiments de service s’élevaient entre la chapelle et le pont-levis. À l’est, reliant l’étage du logis avec celui de la chapelle, il y avait une longue galerie supportée par des arcades en plein cintre ouvertes sur la cour. Cette galerie servait de nef au public qui y était admis le dimanche. (…) Deux ailes carrées furent construites aux extrémités de l’ancien corps de logis. (...)

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)     Au sud, un long mur crénelé et une vaste tour (sud-ouest) ont été également abattus au 19e siècle. (...) » [1]

     

         « Les ornements de la toiture sont attribués à Ferdinand Marrou, célèbre ferronnier actif à Rouen de 1870 à 1917. On lui doit également les quatre clochetons entourant la flèche de la cathédrale de Rouen. » [4]

     

         « Le parc est remarquable à plus d'un titre. Il comprend de nombreux éléments, des pièces d'eau, des canaux et surtout des douves alimentées exclusivement par des eaux de source indépendantes de la rivière. » [1]

     

    Eléments protégés :


         « Manoir et son parc : inscription par arrêté du 1er février 1944. » [5] 

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de l'article Wikipédia sur le château.

    [2] Extrait de http://www.chateau-imbleville.com/Historique.htm

    [3] Extrait de La Normandie monumentale et pittoresque... Seine-inférieure, 1re [-2e] partie... Article de Paul Jardin ; Éditeur : Lemâle (Le Havre) ; 1893 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62340920/f471.item.r=%22ch%C3%A2teau%20d'Imbleville%22.texteImage

    [4] Extrait de http://www.reve-de-chateaux.com/demeure/313-chateau-dimbleville

    [5] Extrait de https://monumentum.fr/manoir-bimorel-pa00100724.html

     

    LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'IMBLEVILLE (Seine-Maritime)

     Promenades en barque...

     

    Bonnes pages :

     

    Site officiel du château d'Imbleville : http://www.chateau-imbleville.com/

     

    O http://nanienormandie.canalblog.com/archives/2012/12/22/25972547.html

    O http://www.parcsetjardins.fr/haute_normandie/seine_maritime/jardins_du_chateau_d_imbleville-1387.html

    O https://lejardindemilie.wordpress.com/2015/06/21/chateau-imbleville-2/

    O http://chateau.over-blog.net/76-diaporama-imbleville.html

    « LES REMPARTS D'ILLIERS-L'EVÊQUE (Eure)LES REMPARTS DE LA LANDE DE GOULT (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :