• LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus, à gauche, une photo extraite de https://www.revedechateaux.com/fr/le-manoir-d-ango-1245682403/show

     

    Le manoir de Jean Ango à Varengeville-sur-Mer.

     

         " Nous voici en présence d'un palais champêtre, qu'un opulent caprice a jeté en pleine culture dans le gros village de Varengeville, à quelques centaines de mètres de la mer, et à douze kilomètres de Dieppe.
         Ils sont assez nombreux encore, dans la Haute-Normandie, ces châteaux imposants, où le corps principal de logis est flanqué de deux longues ailes en retour d'équerre, qui encadrent ainsi la cour d'honneur. Mais le manoir d'Ango, avec ses quatre immenses corps de bâtiment construits à angle droit autour d'une cour entièrement fermée, doit être unique en son genre. " [9]

     

         " Le manoir d'Ango (autrefois Les Maillets) est une demeure Renaissance, situé dans la commune de Varengeville-sur-Mer, dans le département français de la Seine-Maritime, en région Normandie, et édifié par Jean Ango. " [1]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Situé à Varengeville-sur-Mer à 7 km de Dieppe, le palais d'été construit au début du 16e par le plus puissant armateur de l'époque, Jehan Ango, est un incontournable de votre visite à Varengeville-sur-Mer ! Exceptionnelle architecture, le manoir est un juste équilibre entre le style florentin et normand : groupés autour de la cour, qui fût autrefois entourée de fossés, on trouve le corps du logis et les dépendances.
         Au cours de votre visite du manoir, ne manquez pas le magnifique colombier, imposant, orné de brique, silex et grès, il est l'un des plus beaux de France. " [2]

     

    Ci-dessus, plan extrait du cadastre napoléonien de 1819, Archives de la Seine-Maritime, http://www.archivesdepartementales76.net/

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

     Plan de situation du manoir d'Ango à Varengeville-sur-Mer ; il était à l'origine entouré d'eau et accessible par deux portes à l'est  et à l'ouest ; blason de la commune de Varengeville-sur-mer, de gueules à une molette de huit rais d'argent ajourée d'azur, au chef aussi d'argent chargé d'un lion passant du champ, par Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par Spedona le 20/08/2008., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4592293 Ce blason aurait été celui de Jean Ango.

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

    Histoire

     

         " Jean Ango, armateur, gouverneur de Dieppe et conseiller maritime de François Ier, le fit édifier par des artistes italiens de 1530 à 1545. Il l'a habité comme résidence d'été jusqu'à sa mort en 1551. 

         De la partie est, il pouvait voir entrer et sortir ses bateaux du port de Dieppe, ce qui n'est plus possible à cause des nombreuses hêtraies. " [1]

     

    Ci-dessus : le manoir de Jean Ango (Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Plan restitué du rez-de-chaussée, état vers 1545. a : banc en pierre ; CH : chambre ; Col : colombier ; CU : cuisine ; éc : écurie ; ét : étable ; GM : garde-manger ; Gr : grange ; Po : porche dans-œuvre ; Pr : pressoir ; S : salle pour les serviteurs.Extrait de La demeure noble en Haute-Normandie par Xavier Pagazani in https://books.openedition.org/pufr/8067

     

    Jean Ango

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Jehan Ango ou Jean Ango est né à Dieppe en 1480.
         L'activité privée de Jean Ango allie commerce maritime régulier et course contre les Espagnols et les Portugais Ango, qui a été autorisé à armer ses propres navires pour la guerre, aide François Ier dans sa lutte contre Charles Quint et contre l'Angleterre, il contribue à payer la rançon du roi de France fait prisonnier à Pavie (1525). François Ier le fait gouverneur de Dieppe. En outre, il est conseiller du roi pour les affaires maritimes et développe les ports de Rouen, de Honfleur et du Havre.

         Mécène, Jean Ango s’entoure d’architectes et d’artistes, italiens surtout. " [3]

     

    Ci-dessus : à gauche, Jean Ango, sa femme et sa fille en prière, miniature du Maître des Heures Ango tirée de son livre d'heures, vers 1514-1515, BNF, NAL392, f.6v. Par Maître des Heures Ango — Cette image provient de la Bibliothèque en ligne Gallica sous l'identifiant ARK btv1b105326038/f16.item, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=54388726 ; à droite, Jehan Ango, buste d'Eugène Bénet, Musée Château de Dieppe par Eugène Bénet (1863–1942) — Musée Château de Dieppe (Municipalité de Dieppe), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36783766

     

         Jean Ango reçoit en 1534 dans sa maison de Dieppe, la visite de François 1er et de la reine Claude avec toute la cour de Fontainebleau. Le roi lui rend une nouvelle visite à Varengeville-sur-Mer en 1540. Le roi est accompagné cette fois-ci par sa favorite, Diane de Poitiers. [NdB]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " En 1525, il fait construire face au quai sa maison de Dieppe, qu’il baptise “ La Pensée ”, archétype de l’ancienne maison normande revue par la Renaissance Italienne : tout en bois sculpté et doré, elle suscite l’admiration de tous.

         Le “ Médicis dieppois ” achète à la famille de Longueil la terre de Varengeville. Entre 1530 et 1542, il y fait construire son château de Varengeville, sorte de palais d’été florentin pour lequel il utilisera beaucoup de matériaux locaux comme le grès, le silex, la brique, sur un domaine d’environ 5 000 hectares à l’origine.

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     À la mort de François Ier, tombé en disgrâce, il est un temps emprisonné (1549), mais il aide en 1550 au siège maritime de Boulogne.
         Ango sait profiter des ressources royales : il est fermier du roi et organise pour le compte de ce dernier des explorations en direction de l'Afrique, de l'Amérique - en 1524, Giovanni Verrazano, capitaine de son navire la Dauphine, longe la côte est et découvre le site de la future New York.
         Endetté, privé de son protecteur, le roi de France, Ango meurt ruiné à Dieppe en 1551. " [3]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

         " Honoré de Balzac l'a mentionné dans son roman Sur Catherine de Médicis comme " le splendide manoir d'Ango ". Des écrivains comme Louis Aragon ou André Breton y ont séjourné. " [1]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " À la mort de Jehan Ango, en 1551, le manoir devint la propriété de son filleul, Jacques de Bauquemare. Il passa au 17e siècle dans les mains de Pierre de Guillebert. Incendié en 1789, il fut ensuite vendu comme bien national et devint une exploitation agricole. Laissé à l'abandon durant le 19e siècle, il fut pillé. Classé Monument historique en 1862, il fut successivement la propriété des familles Pewrel, d'Estonville, de Longueil, Schlumberger, Lemaitre et Charaire. André Breton y séjourna en août 1927 et y écrivit " Nadja ". André Breton y accueillit Aragon, qui y écrivit son " Traité du style ", Jacques Prévert, Robert Desnos et Yves Tanguy. " [4]

     

    Ci-dessus, blason de la famille de Bauquemare https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Le_Roux

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Breton, après sa rupture avec Simone Kahn, passe seul l'été 1927 au Manoir d'Ango à Varengeville, il y rédige les deux premières parties de Nadja qui sera publié en 1928. Breton a rencontré Nadja en octobre 1926, la voit jusqu'en février 1927, date de son internement psychiatrique définitif. " [5]

     

         " De 1928 à 1976, le manoir a été la propriété de M. et Mme Hugot-Gratry qui ont activement contribué à la restauration du monument. " [1]

     

    Description

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Il se présente comme un château fort vu de l'extérieur, mais comme un chef-d'oeuvre de la Renaissance à l'intérieur de la cour, avec sa loggia au décor de pilastres, médaillons et frises d'arabesques. " [6]

     

    Ci-dessus, plan du manoir d'Ango extrait de http://didiertougard.blogspot.com/2017/08/tourisme-en-normandie-le-manoir-dango.html

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " L’accès au château se faisait, à l’est comme à l’ouest, par deux entrées voûtées, dont une piétonne : il ne reste plus qu’une entrée à l’Ouest, et la voûte piétonne côté Est a été murée. " [3]

     

     

         " Le bâtiment est formé d'un rectangle comprenant au sud la partie noble autour de la cour d’honneur. " [1]

     

    Le châtelet d'entrée

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Le manoir d'Ango a été bâti sur les ruines d'un fortin dont les deux tours ont été conservées et constituent l'entrée de l'édifice. La tour de droite faisait office de chapelle privée, celle de gauche est parée de ses meurtrières. L'entrée piétons se faisait par le petit porche de droite (fenêtre aujourd'hui). Cet ancien porche est surmonté des armoiries de Jehan Ango sur fond d'albâtre. " [7] 

     

     LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    L'aile sud avec sa loggia

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus, à gauche une lithographie du 19e siècle exécutée d'après Fragonard.

     

         " On remarquera que l'aile sud du manoir, qui est une façade d'apparat, n'est pas perpendiculaire au châtelet d'entrée, de façon à être mieux vue par les visiteurs, et est raccourcie par un effet de perspective. " [7]

     

         " Les communs sont dans la partie Sud dont l'étage supérieur, au-dessus de la loggia décorée de fresques, était une galerie de réception. " [1]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " La loggia, alors très en vogue en Italie, a une fonction d'apparat et d'accueil des invités. L'accès se faisait par un escalier à double rampe, qui a disparu au 19ème siècle. C'est sur ce perron que Jehan Ango a accueilli François 1er en 1534.
         Les arcades et la loggia sont encadrées de médaillons représentant Eole, dieu du vent, Ops déesse de l'abondance, François 1er et la reine Claude, enfin les Médicis : le doge de Venise et le pape Jules II.
    La tour est décorée sous chaque fenêtre de dessins en grès et silex différents. En haut sur le côté à droite des fenêtres est dessinée, en pierres plus foncées, une croix.
         Au-dessus de la loggia s'étendait à l'époque, tout au long du bâtiment, une grande pièce d'un seul tenant qui était la salle de réception. Elle comporte cinq grandes fenêtres à meneau côté cour et autant, en vis-à-vis, côté jardins.
         Au milieu du bâtiment, trois petites portes ont été exécutées à Florence dans la pierre de Toscane, remontées sur place et serties dans une tapisserie de silex et de grès.
         À droite, les fenêtres en forme de hublot donnent sur l'« étuve », qui était la salle de bain de l'époque.
         Pour accéder à la loggia, on doit emprunter l'escalier de la tour. De cette tour (que l'on peut gravir jusqu'à la 3ème fenêtre, la partie supérieure devant être réparée), Ango, dit-on, surveillait sa flotte (le plateau était à cette époque moins boisé). (...)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

          Le château, construit face à la mer, tourne le dos au midi. C'est pourquoi la façade sud est aveugle, sauf dans sa partie supérieure, qui était occupée par la salle de réception et ses grandes fenêtres Renaissance. De celles-ci, les dames pouvaient suivre la chasse.
    Cette aile sud est remarquable par ses dimensions imposantes (50 mètres de long et 18 mètres de haut). Les murs font deux mètres d'épaisseur à leur base. L'effet monumental est accentué par les raies horizontales formées par les couches de grès et de silex. " [7]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    L’aile est 

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Au-dessus des deux voûtes d'entrée, des médaillons représentent François Ier, dont le visage a été mutilé, et la reine (Éléonore de Habsbourg, sœur de Charles Quint), entourée, de chaque côté, par Jehan Ango et son épouse réunis dans le même médaillon, et par « le bon sauvage ». À droite au-dessus de la porte d'entrée de la tour apparaissent les écussons en forme de coquille Saint-Jacques, qui furent l'emblème de Dieppe au Moyen Âge.
         Les fenêtres à meneau (croisillon) sont typiques de la Renaissance, et sont en calcaire blanc.
         À gauche, du côté du colombier, les petites portes basses étaient celles d'un chenil, autrefois plus profond, qui abritait des chiens de chasse.

         L'aile est comprend trois pièces ouvertes au public dont :

     

    - La pièce d’agrément

     

         Pièce de gauche. Belle cheminée où sont représentés, en haut des pilastres (colonnes), Jehan Ango et son épouse, Anne de Guillebert.

     

    - La cuisine

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

         Pièce de droite. Cette salle était la cuisine. Les dalles de grès du sol sont d'origine.
         Les repas étaient préparés dans la cheminée ; les pierres incrustées dans le mur du fond de celle-ci faisaient office de plaque de cheminée.
    Les gardes dormaient dans les niches supérieures, de part et d'autre de la cheminée. De cet emplacement, ils surveillaient le porche d'entrée (condamné depuis et remplacé par une pièce). Dans la niche de droite, une tête de chien aux yeux exorbités symbolise la garde. " [7]

     

    L’aile nord

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

         " Cette partie, qui remonte à l'origine du manoir, était à vocation agricole. Elle abritait jusqu'en 1976 une grange et une étable. Elle a été transformée en salle de réception, qui peut être louée pour des mariages et autres événements (capacité de 300 personnes assises). " [7]

     

    L'aile ouest

     

         " On peut remarquer la façade de l'aile ouest, côté cour, garnie de trois fenêtres Renaissance. " [7]

     

         Une salamandre, symbole de François Ier, recu avec sa cour au manoir, est sculptée sur ses murs. [NdB] 

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    Le colombier

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Construit en 1532, le colombier ( le mot « pigeonnier » ne s'utilise que depuis le 17ème siècle ) est alors le plus grand de France (11 mètres de haut et 22 mètres de circonférence). Il se compose de 1 600 boulins (niche abritant un couple de pigeons) pouvant héberger 3 200 pigeons. Le droit de colombage est issu du Moyen Âge. Il était un privilège de la noblesse et le nombre de boulins indiquait la richesse de son propriétaire, ce qui donne une idée de la puissance de Jean Ango. C'est le premier des droits féodaux à être supprimé à la Révolution, car ces élevages de pigeons faisaient beaucoup de dégâts parmi les récoltes.


    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     La forme en bulbe du toit, sans équivalent en France, reflète l'influence byzantine, à l'époque de l'alliance entre la France et la Turquie.
         On admirera la savante marqueterie du mur, réalisée à partir des matériaux locaux : briques, silex et grès.
         La corniche de pierre à mi-hauteur porte le nom de « larmier » : elle fait office de barrière contre les rongeurs escaladant la façade pour aller dévorer les œufs des pigeons.
         Ango y fit élever des pigeons voyageurs pour rester en contact avec ses navires.
         Ayant servi les siècles suivants d'étable, on n'y trouve plus aujourd'hui qu'une mangeoire circulaire et quelques boulins. " [7]

     

    Ci-dessus, le manoir d’Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Élévation et coupe du colombier. Dessin aquarellé de Gabriel Malençon, 1879. Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine. [Cliché RMN.]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

         " Enfin, (légende ou réalité ?) un système de souterrains aurait relié le château de Varengeville, le château d’Arques-la-Bataille et celui de Dieppe. " [3]

     

    Protection

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     " Il est classé monument historique depuis 1862 sur la liste établie par Prosper Mérimée. " [1] 

         Il a été d'ailleurs l'un des premiers à être classé M. H. sur la liste établie par Prosper Mérimée, qui comprend, entre autres, le Louvre, Notre-Dame de Paris, le château de Versailles, Chambord, Chenonceaux, etc... [NdB]

     

         Le manoir est ouvert aux visites d'avril à septembre. " [1]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)     Le manoir Ango fait partie des Maisons des Illustres. Ce label du ministère de la culture distingue les maisons de grands personnages. Elles doivent ouvrir au moins 40 jours par an et proposer un programme de visite de qualité.

         Adresse : manoir d’Ango, chemin de Cayenne, 76119 Varengeville-sur-Mer [NdB]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)

     

    Ci-dessus en bas à gauche une vue aérienne extraite du site Géoportail.

     

    A proximité :

     

         A Varengeville : " Le village-rue à quelques encablures de Dieppe mérite à lui seul le voyage. Son église du 12e siècle semble suspendue à la falaise, dans un écrin de verdure. Autour d’elle, un cimetière marin où repose l’artiste Georges Braque, qui réalisa un vitrail pour l’église. Le lieu, d’une poésie extraordinaire, offre une vue inoubliable sur la côte. À quelques centaines de mètres, le bois des Moutiers est un autre site admirable au bord des falaises. La maison, le parc, les jardins ont été créés à la toute fin du 19e siècle par Guillaume Mallet. Ambiance british, et pour cause : les jardins ont été aménagés par Gertrude Jekyll, fameuse paysagiste anglaise, et le manoir conçu par l’architecte Edwin Lutyens... Ici, rhododendrons, azalées ou magnolias se confondent avec la flore sauvage de la côte... " [8]

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime)         " L'église Saint-Valery et le cimetière marin (classés monument historique sont situés au bord de la falaise, non loin du « Câtelier » que les autochtones nomment « la tombe du petit doigt de Gargantua ». (...)

     

    LES REMPARTS D'ANGO (Seine-Maritime) Elle est connue pour son cimetière marin, où sont enterrés, entre autres, Jean Francis Auburtin, Georges Braque, concepteur d'un vitrail de l'église, Georges de Porto-Riche et Albert Roussel. L'impressionniste français Claude Monet a visité Varengeville et peint ses paysages. [voir ci-contre] " [1]

     

    Sources :

     

    [1] Extrait de Wikipédia

    [2] Extrait de https://www.seine-maritime-tourisme.com/diffusio/fr/je-choisis/une-visite/chateaux-monuments/varengeville-sur-mer/manoir-d-ango_TFOPCUNORM00FS000DI.php

    [3] Extrait de https://www.manoirdango.fr/Site_Manoir_dAngo/Manoir_dAngo_Historique.html

    [4] Extrait de https://www.lieux-insolites.fr/seinemar/ango/ango.htm

    [5] Extrait de https://www.andrebreton.fr/work/56600100485500

    [6] Extrait de https://www.manoirdango.fr/Site_Manoir_dAngo/Manoir_dAngo_Historique.html

    [7] Extrait de http://didiertougard.blogspot.com/2017/08/tourisme-en-normandie-le-manoir-dango.html

    [8] Extrait de https://www.detoursenfrance.fr/destinations/escapades/les-joyaux-de-varengeville-sur-mer-1900

    [9] Extrait de La Normandie monumentale et pittoresque... Seine-inférieure, 1re [-2e] partie... - Éditeur Lemâle (Le Havre) 1893 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62340920/f453.image.r=%22manoir%20d'Ango%22?rk=686698;4

     

    Bonnes pages :

     

    Site officiel :

    https://www.manoirdango.fr/Site_Manoir_dAngo/Manoir_dAngo.html

     

    https://monumentum.fr/manoir-ango-pa00101079.html

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/pays-caux/dieppe/varengeville-mer-au-manoir-jehan-ango-maison-illustres-1007933.html

    https://www.linternaute.com/sortir/escapade/1225712-escale-a-etretat/1226878-manoir-d-ango

    https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0001193376/0002/v0001.simple.selectedTab=otherdocs

    http://nanienormandie.canalblog.com/archives/2015/08/01/32432423.html

    http://le50enlignebis.free.fr/spip.php?article15653

    La Normandie monumentale et pittoresque... Seine-inférieure, 1re [-2e] partie... - Éditeur Lemâle (Le Havre) 1893 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62340920/f453.image.r=%22manoir%20d'Ango%22?rk=686698;4

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1416712/f316.image.r=%22manoir%20d'Ango%22

     

    « LES REMPARTS DE GUITRY (Eure)LES REMPARTS D'ARGENTELLES (Orne) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :